Tahiti Infos

​Escroquerie : les faux voyages de Mama Nita


Tahiti, le 25 mai 2021 - Voyages vers les États-Unis, croisières au large du Mexique ou à destination de Honolulu à prix défiant toute concurrence, Mama Nita est poursuivie pour l’escroquerie d’au moins 85 victimes avec un préjudice évalué à 55 millions de Fcfp, entre 2014 et 2017. Les voyages étaient vendus sans prestation à la clé.

Même avec la meilleure volonté du monde, je ne peux prendre connaissance d’un dossier d’une telle volumétrie en quelques minutes”, a observé Me Teremoana Hellec mardi, en ouverture d’audience, quelques minutes à peine après avoir été commis d’office. Au rôle du tribunal correctionnel, une vaste affaire d’escroquerie au voyage organisé qui a assez peu fait parler d’elle. Le dossier compte pourtant à ce jour au bas mot 85 victimes, pour un préjudice évalué à 55 millions de Fcfp. Les débats prévoyaient d’occuper le prétoire toute la matinée. Mais le jeune avocat n’a pas relevé la gageure de défendre l’unique prévenue, Mama Nita. Une quinquagénaire inquiétée pour escroquerie, exercice illégal de la profession de voyagiste, exercice illégal de la profession de changeur manuel et travail clandestin, entre 2014 et septembre 2017. Un renvoi d’audience a été sollicité pour préparer sa défense. Demande acceptée. Le procès est renvoyé au 18 janvier 2022 à 8 heures. L’occasion “d’approcher les victimes pas encore touchées”, a estimé le procureur de la République en requérant favorablement.

Quatre ans après les faits, 14 victimes sont venues s’ajouter mardi matin à l’interminable liste de 71 plaignants déjà connus de la justice, sur signalement de maître Patrick Abgrall qui défend les intérêts de 48 d’entre elles. “Beaucoup de gens ne se sont pas manifestés”, constate l’avocat. “Un certain nombre de clients ont fait le deuil des sommes perdues. De petites sommes. Ils ne se manifestent pas en pensant que les honoraires d’avocat leur coûteraient plus cher. Ils n’ont pas porté plainte.”

Des voyages sur le papier

Au cœur de cette affaire, l’activité commerciale prolifique de Mama Nita, portée par la crédulité de ses clients. Sous l’enseigne Nita Tours, cette mère de famille a vendu entre 2014 et septembre 2017 des voyages à destination unique de Los Angeles et Las Vegas. Des séjours de deux semaines, comprenant le billet d’avion aller-retour, l’hébergement en hôtel et service de chauffeur. Le tout en moyenne pour la modique somme de 180 000 Fcfp par personne. Des séjours qui pouvaient être bradés jusqu’à 41 600 Fcfp lors de ventes flash. A Las Vegas, le package comprenait même un billet d’entrée pour le concert de Céline Dion.

Avec l’option croisière également au nombre des offres commerciales de Mama Nita, difficile de résister plus longtemps à l’invitation au voyage : pour 80 000 Fcfp de plus par personne, soit un budget de 260 000 Fcfp tout compris, les clients de Nita Tours s'imaginaient déjà à bord d'un paquebot au large du Mexique ou à destination de Honolulu. L’organisatrice avait même un package spécial shopping, pour les amateurs. Pour 107 000 Fcfp par personne, la voyagiste commercialisait même des séjours d’une semaine à Los Angeles, billet d’avion aller-retour au départ de Tahiti et, une fois sur place, l’hôtel et le transport en van compris. Des voyages qui se vendaient d’autant mieux que Nita Tours proposait un échelonnement du règlement qui pouvait aller jusqu’à 24 mois à sa clientèle de gens modestes. Problème : ce qui semblait une offre défiant toute concurrence a vite montré le visage d’une vaste escroquerie. Si les premiers séjours ont effectivement été honorés, très vite Mama Nita semble s’être affranchie de fournir les prestations qu’elle vendait. “Elle est même allé jusqu’à annuler des voyages le jour du départ”, explique Me Abgrall. “Les gens venaient à l’aéroport. Là, elle les réunissait pour leur expliquer que le départ était finalement reporté. Ils rentraient donc chez eux avec leurs valises. On imagine leur frustration.” D’autant que, pour la plupart, ces projets de voyage ne sont restés que promesses sur papier.

L’escroc présumée avait débuté son activité en 2014, en achetant les packages par le biais d’une agence voyage de la place. Les premiers séjours ont effectivement été honorés. “Sauf qu’elle ne les payait pas”, constate l’avocat. L’agence a rompu ses relations avec elle en 2016 avec 12,8 millions de Fcfp d’impayés. A partir de là, tout a dérapé.

Signalement Tracfin
 
Ce sont d’importants mouvements bancaires constatés sur le compte de Mama Nita qui ont attiré l’attention de Tracfin. Entre janvier 2014 et décembre 2016, le service administratif chargé de traqué les circuits financiers clandestins constate en effet plus de 66 millions de Fcfp au crédit du compte de la prévenue : 264 versements en espèce, 115 virements bancaires, des paiements par carte bancaire. Durant la même période, 63 millions de Fcfp sont enregistrés au débit de ce compte : des opérations d’achat de devises, essentiellement des dollars américains et pour plus de 20 millions de Fcfp de retraits en espèces. Une activité surprenante, d’autant que l’intéressée ne dispose pas de licence pour exercer l’activité d’agent de voyage, ou de guide touristique. Trafin constate aussi que Mama Nita exerce parallèlement une activité d’agent de change, toujours sans autorisation. “Elle prétendait être en mesure de fournir des dollars américains pour la moitié de leur cours légal”, explique Me Abgrall. Des billets verts dont nombre de victimes n’ont bien entendu jamais vu la couleur. C'est Tracfin qui avait transmis l'affaire au parquet.
Ce dossier d’escroquerie devait être évoquée le 31 mars 2020. Le procès a été recité pour cause de confinement. Le 18 janvier prochain, le tribunal prévoit d’y consacrer la journée.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mardi 25 Mai 2021 à 19:36 | Lu 6861 fois