Tahiti Infos

​2 424 hectares de rāhui dans le lagon de Tubuai


Tahiti, le 23 novembre 2022 – Le conseil des ministres a acté mercredi, après concertation avec la population et sur demande de la commune, la création de trois zones de pêche règlementée sur 2 424 hectares dans le lagon de Tubuai. 

C’est la première zone de pêche règlementée (ZPR) des îles Australes. Le conseil des ministres a acté mercredi la création de trois zones de pêche règlementée sur 2 424 hectares dans le lagon de Tubuai. Situées dans chacune des communes associées de l’île, ces zones seront interdites à toute forme de pêche durant 5 ans afin de préserver les ressources lagonaires et de reconstituer les stocks naturels. Il s’agit de la sous-zone dénommée “Rāhui no Mataura” d’une superficie de 405 hectares, de la sous-zone dénommée “Rāhui no Ta’ahuaia” d’une superficie de 1446 hectares et de la sous-zone dénommée “Rāhui no Mahu” d’une superficie de 573 hectares.

Ce classement est le résultat d’une volonté forte de la commune de Tubuai qui a émis le souhait par délibération municipale d’une gestion durable de ses ressources marines dès 2015. Si les stocks de poissons, crustacés et mollusques ne sont pas, à proprement parler, menacés dans ce lagon, la commune a voulu anticiper les problèmes qui pourraient découler d’une surpêche. Depuis 2018, la commune de Tubuai s’est lancée dans une consultation de la population pour la création de zones protégées à l’occasion de laquelle plus de 25 réunions ont été tenues. 

La pêche reste sous contrôle à Manihi

Toujours en matière de pêche règlementée, et après concertation avec la population de l’atoll, la zone de pêche règlementée de Manihi créée en août 2017 pour 5 ans fait l’objet d’une prorogation jusqu’en décembre 2026. Un arrêté a été adopté dans ce sens mercredi en conseil des ministres. 

Depuis la mise en place de cette ZPR, la population a pu constater très rapidement un retour progressif des poissons aux alentours du village. Après quatre ans d’application, c’est une situation d’abondance qui est observée. Les discussions auprès des villageois et la consultation publique organisée le 15 septembre dernier ont permis de recueillir un véritable enthousiasme vis-à-vis de cette zone protégée. La population s’est positionnée en faveur de son renouvellement pour une durée de 5 ans avec quelques modifications mineures qui tiennent compte de l’expérience passée. Des mesures spéciales pour renforcer la préservation de deux espèces emblématiques, à savoir le napoléon (mara) et la loche marbrée ou (kito), ont ainsi été adoptées.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 23 Novembre 2022 à 17:35 | Lu 809 fois