Tahiti Infos

Violent contre les gardiens, agressif devant la Justice


Violent contre les gardiens, agressif devant la Justice
Tahiti, le 1er juillet 2021 - La chambre des appels correctionnels avait à traiter du dossier d’un homme soupçonné de menace de mort et violences à l’égard de surveillants de la prison de Nuutania. Le parquet général demande une contre-expertise psychiatrique. L’arrêt sera rendu le 5 août prochain
 
Le mis en cause est incarcéré et figure derrière les barrières du prétoire du Palais de Justice de Papeete. Défavorablement connu des forces de l’ordre pour de précédentes agressions ou outrages à leur encontre, il avait été placé en détention initialement pour avoir brûlé sa maison.
 
Alors qu’il purgeait sa peine à Nuutania pour cet acte de pyromanie, c’est pour une toute autre histoire que cet homme était jugé en appel ce jeudi 1er juillet. L’affaire avait déjà été renvoyée en juin, pour être finalement jugée une seconde fois cette semaine. Le ministère public avait interjeté appel deux fois dans le courant du mois d’avril. 
 
Lors d’une altercation dans sa cellule, l’homme aurait adressé des menaces de mort et agressé physiquement des surveillants de la maison d’arrêt de Nuutania. L’un des gardiens a écopé de cinq jours d’ITT. Pour sa défense, le détenu se dit lui-même victime d’une clef d’étranglement et accuse le personnel pénitentiaire d’avoir cherché à le tuer. Le prévenu nie toute insulte ou menace à leur égard.
 
Retour en geôle
 
Le 8 avril dernier, peu de temps après les faits, une expertise psychiatrique révélant des troubles schizophréniques avait été réalisée. "Si nous suivons cette expertise, et en admettant qu’il ait commis les faits reprochés, le prévenu est alors déclaré irresponsable pénalement. La Cour devrait prononcer des mesures de sûreté à son encontre, soit un placement en soins psychiatriques", déclare l’avocat général dans son réquisitoire. Il s’interroge, et demande une contre-expertise : "Est-on certain de son état de santé mentale ?"
 
Plusieurs fois durant l’audience, l’homme s’énerve contre la Cour. Il répond à la présidente, qui ordonne peu après les réquisitions du parquet général son retour en geôle avant le délibéré. La Cour d’appel rendra son arrêt le 5 août.

 

Rédigé par Valentin Guelet le Jeudi 1 Juillet 2021 à 19:26 | Lu 3677 fois