Tahiti Infos

Vers une nouvelle organisation des transports en commun à Tahiti


On estime que guère plus de 5% de la population utilise régulièrement un mode de transport en commun à Tahiti.
On estime que guère plus de 5% de la population utilise régulièrement un mode de transport en commun à Tahiti.
PAPEETE, 3 novembre 2015 - Le nouveau schéma directeur des transports en commun doit être examiné à l’assemblée dans le courant du premier trimestre 2016, après 11 mois d’étude. Son ambition est de poser les bases de l’organisation et de la politique des transports terrestres sur l’île de Tahiti, pour les dix à 15 années à venir.

Aux heures de pointe, entre 6 et 7h30 et entre 16 et 17h30, à Tahiti, accéder à Papeete ou s’en extraire peut prendre jusqu’à 40 minutes. A bord des véhicules, à ces heures-là dans le trafic routier, souvent une voire deux personnes. Tahiti a pourtant tenté, il y a bientôt quinze ans, de remédier à ce phénomène. Visiblement, cela n'a pas fonctionné. Le système de transport en commun, jugé peu fiable, mal organisé, pas suffisamment ramifié et inadapté aux besoins, n’est pas considéré comme une alternative à la voiture. Une première volonté d’organisation des transports collectifs avait été à l’origine, en 2001, d’une délégation de service public visant à structurer une offre jusqu’alors confiée à des groupements de petits entrepreneurs réunis en GIE.

Trois sociétés sont depuis délégataires de service public : RTU (Réseau de transport urbain), RTC-Est (Réseau de transport collectif Est) et RTC-Ouest (Réseau de transport collectif Ouest). Aujourd’hui majoritairement détenues par un investisseur privé, Willy Chung Sao, ces trois sociétés gèrent un parc de 150 autobus à Tahiti et ont la charge des transport publics et scolaires.

530 000 trajets par jour sur l’île de Tahiti

En dépit de cette organisation, les moyens de transport collectifs sont toujours aussi peu attractifs, à Tahiti. On estime que guère plus de 5% de la population utilise régulièrement un mode de transport en commun, alors que la demande de déplacements est évaluée à 530 000 trajets par jour sur l’île de Tahiti, dont 460 000 sur la zone urbaine de Papeete et près de 145 000 en ville. On sait aussi que le réseau routier de Tahiti n’a pas la capacité d'accueillir un nombre de véhicules automobiles en constante augmentation.

C’est pour remédier à cette situation qu’une mission chargée de définir une nouvelle organisation des transports publics a été initiée en mars dernier et placée sous la direction d’un comité de pilotage. Ce comité de pilotage du schéma directeur des transports collectifs et déplacements durables sur l’île de Tahiti se réunissait pour la première fois au grand complet, mardi après-midi, à la Présidence. Composé des ministres en charge de l’Equipement, de l’Education du Tourisme, de représentants de l’Etat, des communes, de la société civile et de l’ADEME, il doit présider à la définition de ce qui sera la feuille de route, pour la décennie à venir, de l’organisation des transports collectifs.

L’élaboration de ce schéma directeur est confiée à un groupement de bureaux d’études et notamment à la société EGIS, mandataire, et aux bureaux SYSTRA et Pae Tai – Pae Uta. (PTPU). La mission est financée à parts égales par le Pays et par l’Agence pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie (ADEME). L'objectif est de soumettre à l’assemblée de la Polynésie française un nouveau schéma directeur des transports collectifs terrestres, au premier trimestre 2016. Albert Solia, le ministre de l'Equipement a répondu à quelques questions, mardi en marge de la réunion de ce comité de pilotage :

Albert Solia, ministre de l'Equipement.
Albert Solia, ministre de l'Equipement.
Avez-vous déjà des pistes, à ce stade de la réflexion sur l’organisation des transports terrestres ?

Albert Solia : Nous sommes dans la phase où l’on sait exactement où sont les problèmes et on commence à aborder les manières de traiter en termes de schéma directeur. Nous sommes dans une phase intermédiaire.

Quels problèmes avez-vous identifié à ce stade ?

Albert Solia : Ils sont nombreux : la régularité de la fréquence ; la qualité des transports ; la définition des circuits ; la traversée de la zone urbaine ; l’adaptation des prochains moyens de transport, les bus, par rapport à la demande… Tout ça devra faire l’objet de décisions dès que l’on aura achevé le schéma directeur.

A partir de quand pourra-t-on voir les effets de cette réflexion sur l’amélioration du service de transports en commun ?

Albert Solia : La délégation de service public en vigueur aujourd’hui, avec les trois compagnies qui assurent le service public, s’achève fin 2016. Le nouveau service sera mis en œuvre au début de l’année 2017 suite à des appels d’offre, courant 2016.

L’organisation actuellement en vigueur est-elle perfectible ?

Albert Solia : A la décharge de ceux qui font marcher ce système, on doit se souvenir qu’ils ont pris trois sociétés qui étaient en mauvais état et ont tant bien que mal essayé de les faire fonctionner (…) sans arriver à nous donner un service de très haute qualité.

Il a été question d’un réseau de transports propres dans la zone urbaine : tramway voire funiculaire. Cela est-il toujours d’actualité ?

Albert Solia : Non, justement le diagnostic a permis d'évoluer par rapport à ces pistes : funiculaire ; monorail ; navettes maritimes. Le bus reste l’option retenue. Ensuite, on entend parler de TCSP (transports collectifs en site propre), c’est-à-dire avec une voie dédiée. Le problème chez nous c’est que nous n’avons pas l’espace foncier pour aménager des voies réservées dans les deux sens. Il nous faudrait 3,5 mètres de chaque côté, donc 7 mètres : je vous laisse imaginer sur la route de ceinture.
Nous avons décidé d’opter pour une meilleure organisation, fondée sur des bus de meilleure qualité, mais en utilisant le réseau routier actuel. (…) Nous avons déterminé, avec des comptages assez précis, la manière dont sont utilisés aujourd’hui les transports en commun. A partir de là, nous allons déterminer les nouvelles lignes qui seront mises en place avec le nouveau schéma directeur
.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mardi 3 Novembre 2015 à 16:15 | Lu 4609 fois
           



Commentaires

1.Posté par Hiro le 03/11/2015 16:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ne retirez pas les trucks!!! ameliorez mais ne retirez pas les trucks, gardons l identitee de tahiti. c est important de ne pas ressembler aux autres...les bus sont tagues et sales les trucs sont respectes....

2.Posté par R C le 03/11/2015 18:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

evynstarr
" M. le ministre, s'il n'y a pas d'espace foncier, il faut opter pour des lignes en hauteur, c'est à dire, construire des passerelles etc. Faites donc travailler vos ingénieurs en génie civil ! ! ! "

3.Posté par pif paf le 03/11/2015 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut compléter les mesures avec des incitations à l'utilisation des transports en commun (p. ex. tarifs subventionnés)

Et des mesures pour faire baisser l'influence de la voiture.


4.Posté par Ricky le 03/11/2015 20:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour éviter les embouteillages, j''utilise un 2 roues. Sauf que depuis le 1/11, obligations pour les 2 roues de stationner sur les emplacements spécifiques, et bien il n''y a pas assez de places.
Oui à la réflexion pour désengorger l''accès à Papeete!!

5.Posté par Teraiapiti le 03/11/2015 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On continue sur la voie qui ne marche pas. Les bus, quoi que l'on propose ne seront jamais attractifs pour les polynésiens. Leur image en est trop dégradé.
Quand on regarde les compétence des 2 sociétés qui ont fait l'étude, on comprend mieux le choix du bus. Le tram est trop coûteux et prend trop de place comme les couloirs de bus. Quant au métro même pas en rêve.
Pourtant le transport urbain par câble possède beaucoup d'avantages pour le développement durable des transports en communs. Il peut être aussi un moyen de redonner envie au polynésien de prendre les transport en commun en prenant de l'altitude. Pour lecture je vous conseil : http://www.colibris-tahiti.org/sites/tram-aerien et aussi http://www.strmtg.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/ExeTransportsCablesComplet.pdf.

6.Posté par Teraiapiti le 03/11/2015 22:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On continue sur la voie de garage. Les bus, hormis les trucs ne séduisent plus les polynésiens.
Quand on regarde les compétence des 2 sociétés on comprend mieux le choix du bus. Le tram est trop coûteux et prend trop de place comme les couloirs de bus. Quant au métro même pas en rêve.
Pourtant le transport urbain par câble possède beaucoup d'avantages pour le développement durable des transports en communs. Il peut être aussi un moyen de redonner envie au polynésien de prendre les transport en commun en prenant de l'altitude. Pour lecture je vous conseil : http://www.colibris-tahiti.org/sites/tram-aerien et aussi http://www.strmtg.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/ExeTransportsCablesComplet.pdf.

7.Posté par Martin le 04/11/2015 05:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En chine, un projet de bus/tramway révolutionnaire
La fin des bouchons dans les grandes villes ? C'est l'objectif de chercheurs chinois via ce bus-tramway d’une hauteur de 4,5 mètres sur 6 mètres de large, sur deux étages qui circulerait sur des rails placés des deux côtés de la chaussée, et laisserait passer les voitures au premier étage.

8.Posté par Albatros le 04/11/2015 06:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les trucks sont depuis longtemps hors circuit mis à part quelques uns privés (association).
Si le même type de transport est renouvelé avec les mêmes routes, je ne vois pas comment la situation pourrait s'améliorer !
Le meilleur type de transport 'comme il fonctionne déjà dans d'autres grandes villes saturées en autos) aurait été le système de télécabines: propre, très peu de place pour les pylônes et les gares, régulier et fiable.Mais:la question fondamentale qu'il faut se poser :qui y gagne à maintenir le même type de transport ? On œuvre pour des intérêts particuliers ou .....pour un intérêt commun ?
Certains ont déjà la réponse.. si si !

9.Posté par Jean BON le 04/11/2015 08:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne vois en tout cas qu'une seule solution pour que ce nouveau schéma directeur fonctionne : démolir le carrefour du Pacifique et remplacer les feux de signalisation par un rond-point qui permettra de fluidifier efficacement la circulation...

(Ben quoi, après tout, ici aussi on fête les 30 ans de "Retour vers le Futur" ! )

10.Posté par Maohi le 04/11/2015 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Commencez par obliger les bus de s'arrêter uniquement sur les arrêt de bus!! Rien que ça changera bcp la circulation...avec des horaires fixe.

Construisez des passerelles, commencez par des passerelles pour piétons sur le front de mer, ça améliorera la circulation.

Embauchez de vrais ingénieurs, car certains on se demande d'où ils viennent pour pendre des projets débiles (ex : le rond point du pacifique...mettre des feux n'arrangera en rien la circulation.

11.Posté par uwe le 04/11/2015 09:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Teraiapiti

merci ^^ c'est une bonne idée :)

12.Posté par Albatros le 04/11/2015 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Teraiapiti et aux autres: oui, la solution du transport par câble (télécabines en hauteur) est la seule viable la moins chère à mettre en place, mais les intérêts particuliers sont plus grands... En plus, la mairie de PPT ne veut pas de ce projet.....c'est facile de comprendre pourquoi les bus ont toujours un avenir ici ! Il ne faut pas chercher bien loin ...

13.Posté par tutua le 04/11/2015 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les trucks de tahiti, il y a longtemps qu'ils on été abandonnés. je parle des vrais trucks, en bois avec des rangement sur le toit, et non pas ces cars trop gros et rarement bien remplis. Ils avaient un style qui leur était propre, rendez nous nos trucks, les vrais.
Sinon, les trams suspendus, une station tous les 500 mètres, pas de place perdue au sol

14.Posté par Ariitaia le 04/11/2015 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut arrêter avec les bus privés. Ils n'en font qu'à leur tête, ne respectent aucun arrêts, ni horaires.
Il arrive de voir deux bus se suivre et puis plus rien ensuite.
Il faut mettre en place une compagnie avec de vrais horaires et des chauffeurs salariés et non propriétaires.

15.Posté par Tuams TUAMS le 04/11/2015 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

simples quidams que nous sommes nous n'avons pas les données nécessaires à la décision. Mais l'on peut imaginer un centre ville hyper piétons (livraisons camions autorisées à des heures particulières (tôt ou tard dans la journée) ou utilisation d'utilitaires de petites capacités (cela fera des sociétés a créer) de grands axes de traverses bien entendu et.... de gros parkings périphériques (mahina et paea en ceinture lointaine) camps d'arue et punauia pour la ceinture proche. de là partant toutes les dix minutes des navettes gratuites et électriques jusqu'au centre ville.. avec un choix stratégique d'arrêts pour les récalcitrants une taxe de circulation vl centre ville (cela se fait à LONDRES) exclus de taxe.. taxi ambulances etc... etc.. et vl des élus sinon ce projet ne naitra jamais à réfléchir c pas si bête !

16.Posté par SaRah le 04/11/2015 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'habite dans les hauteurs de Pirae, comme beaucoup de personnes donc on est obligé de prendre la voiture pour descendre et revenir à la maison puisque les bus ne montent pas dans toutes les "montagnes". Une des solutions pourrait être celle de combiner une possibilité de parking importante en bas des hauteurs, augmenter la fréquence des bus et les horaires (au delà de 17h00 pour le dernier bus) avec des tarifs attractifs. Ainsi la fréquentation des transports en commun pourrait augmenter et réduire le nombre de voitures. Favoriser aussi le co-voiturage en créant une plateforme dédiée efficace qui permettrait aux gens d'un même quartier qui ne se connaissent pas de communiquer leurs disponibilités et leurs conditiions.
Je suis une personne qui ne conduit pas et j'ai toujours utilisé les transports en commun. Je trouve que Tahiti est vraiment à la traîne comparé à certains pays du tiers monde.

17.Posté par Michel le 04/11/2015 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien sûr qu'il faut chercher un moyen pour ne pas augmenter l'emprise au sol et avoir des horaires réguliers prévisibles.
La meilleure réponse me parait aussi être le cable (ou tout autre système aerien). Il semble que le télécabine soit le plus facile à mettre en oeuvre, sans infrastrudture lourde et longs taravaux, économique à l'exploitation, et permettant des HORAIRES réguliers. Car une des choses qui me retient le plus de prendre le bus por aller de Taravao à Papeete, c'est qu'on ne sait jamais quand ils partent (ni quand ils arrivent).
En plus, prendre le télécabine est vraiment attractif et il est certain que tout le monde essayera au moins une fois !
Mais il est sûr aussi que des intérêts privés feront prendre (ont déjà fait prendre) d'autres décisions....
Et puis ces deux modes de transport s'excluent-ils mutuellement ?

18.Posté par Popoti le 04/11/2015 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faudrait déjà de la cohérence dans les aménagements. Comment se fait il qu'il n'y ait pas de piste cyclable sur la cote est alors qu'elle existe à Faaa ??
Comment se fait il que le rond point de la mairie de pirae n'ait pas été élargi pour que 2 véhicules puissent l'emprunter en même temps (goulot d'étranglement et bouchon matin et soir assurée).

"Nous sommes dans une phase intermédiaire" disait il, moi je serai en phase terminale que rien ne sera résolu

19.Posté par Fab. le 05/11/2015 23:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bus de TARAVAO à PAPEETE, le dernier bus de la journée et dont l'arrêt se situe en face du magasin carrefour pour le trajet par la côte ouest, est de 14 HEURES à 14 HEURES 30 , mieux vaut se présenter avant 14 HEURES à cet arrêt pour être sûr de ne pas louper le bus de couleur blanc et vert.
Bien sûr il serait bien qu'il y en ait de programmé pour une heure ou deux plus tard.