Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Vers de nouvelles conventions avec les universités francophones



Vers de nouvelles conventions avec les universités francophones
PARIS, le 15 décembre 2017. Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, a annoncé ce jeudi travailler à la mise en place de conventions avec des universités francophones plus proches des territoires ultramarins.


Les députés ont étudié cette semaine le projet de loi "relatif à l'orientation et à la réussite des étudiants", qui vise notamment à supprimer le tirage au sort et réduire le taux d'échec en première année de fac. Ce texte prévoit aussi la possibilité d'une année de césure pour les étudiants.

Danièle Obono, députée de Paris, du groupe Insoumis, a mis en avant "les limites de ce projet de loi, et les problèmes qu’il pose – limites et problèmes qui ne sont qu’accentués en outre-mer (….) La priorité devrait être de corriger les inégalités économiques, au bénéfice des familles, des étudiants et des étudiantes à bas revenus. (…) L’introduction de l’année de césure, en ouvrant des parcours à la carte, va privilégier celles et ceux qui disposent déjà d’un capital."

Pour faire face aux difficultés du coût lié à l'éloignement, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, a souligné travailler à la "mise en place de conventionnements avec des universités francophones plus proches des territoires ultramarins, de manière à élargir l’offre de formation proposée aux étudiants de ces territoires. Nous travaillons également à la création de doubles diplômes avec ces universités francophones de proximité. Le double diplôme a cet avantage de préserver les droits d’inscription des diplômes français pour les étudiants ultramarins."
Les députés ont aussi longuement discuté de l'adaptation du projet de loi aux Outre-mer, les échanges étant nourris en particulier sur la Nouvelle-Calédonie, avec Philippe Gomès (UDI, Agir) et Jean-Luc Mélenchon notamment, mais également sur la Polynésie française avec Nicole Sanquer.

La députée polynésienne a demandé à ce que soit proposé aux élèves des classes préparatoires aux grandes écoles de Polynésie française la possibilité de bénéficier d’une inscription à l’université et d’équivalences, ce qui est le cas en métropole.

En Polynésie française, l'Etat est compétent pour l’enseignement supérieur universitaire. Pour Frédérique Vidal puisque " l’amendement porte à la fois sur les classes préparatoires aux grandes écoles, les sections de techniciens supérieurs et les formations universitaires, cette assemblée n’est pas (…) en mesure d’apporter des modifications en la matière". Pour que ce soit applicable, la ministre propose que ce point soit discuté à part avec le Pays.

Rédigé par Mélanie Thomas le Vendredi 15 Décembre 2017 à 13:55 | Lu 1351 fois

Tags : DEPUTES, FRANCE





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Janvier 2018 - 21:43 Une nuit pour lire et écouter des histoires

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués