Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Veolia/Suez: l'Elysée dément toute intervention



Paris, France | AFP | mercredi 07/10/2020 - Le porte-parole du gouvernement a "démenti formellement" mercredi l'information de Mediapart sur une intervention de l'Elysée dans le rachat de Suez par Veolia, face à l'opposition et aux syndicats qui exigent "la lumière" sur cette affaire.

"Je démens formellement, c'est totalement faux, le secrétaire général de l'Élysée n'est pas intervenu", a assuré le porte-parole, Gabriel Attal, lors du compte-rendu du conseil des ministres, interrogé sur les conditions dans lesquelles l'énergéticien Engie a décidé lundi de vendre ses parts de Suez à Veolia.

Selon Mediapart, le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, aurait appelé les deux représentants de la CFDT au conseil d'administration d'Engie pour leur demander de ne pas prendre part au vote qui a donné le feu vert à la vente des actions, malgré l'opposition de deux représentants de l'Etat.

M. Attal a réitéré les propos tenus la veille par le Premier ministre Jean Castex à l'Assemblée nationale: "la ligne du gouvernement sur ce dossier (est) la question de l'emploi et de la souveraineté" et "ce rapprochement doit se faire à l'amiable: c'est la position que les représentants de l'État ont défendue dans le cadre du conseil d'administration d'Engie lundi soir par leur vote contre".

 Commission d'enquête

Les révélations de Mediapart ont suscité de fortes réactions de l'opposition,  à l'image de Jean-Luc Mélenchon qui a exigé "la vérité et la punition des comploteurs" sur Twitter. 

Sur Franceinfo, le numéro deux de LFI, Adrien Quatennens, a quant à lui réclamé une commission d'enquête.  

"Nous, nous allons nous en donner les moyens, y compris indépendamment s'il le faut à la France insoumise, d'une commission d'enquête", a-t-il expliqué. "Nous avons besoin de lumière dans cette affaire", a-t-il affirmé, soulignant que si les informations de Mediapart s'avéraient exactes "l'affaire Benalla à côté, c'est du pipi de chat".

Au Sénat, la présidente de la commission des Affaires économiques, Sophie Primas (LR), a annoncé mardi que la commission prendrait "une initiative dans les prochains pour obtenir les réponses à ces questions majeures", refusant de donner plus de précisions pour l'instant.

La cheffe de file socialiste à l'Assemblée Valérie Rabault a dénoncé une "humiliation" pour l'Etat, qui détient environ 22% du capital d'Engie et qui n'a pas été en mesure d'empêcher le feu vert du conseil d'administration à la vente à Veolia de sa participation de 29,9% chez Suez pour 3,4 milliards d'euros. 

Sur les révélations de Mediapart, en revanche, elle a dit avoir "du mal à croire à cette hypothèse, parce que organiser son impuissance est un double aveu d'impuissance (...). Cela serait un vrai sabordage".

Sur Twitter, le député (LR) Olivier Marleix, qui avait présidé la commission d'enquête sur la vente de la branche énergie d'Alstom à General Electric (GE) en 2014, a accusé l'Etat d'avoir "organisé lui-même cette pantalonnade". 

"Il était évidemment favorable à l'opération sinon elle n'aurait pas été votée", a ajouté celui qui a saisi le parquet de Paris il y a deux ans sur les circonstances de la vente d'Alstom à GE, soupçonnant un "pacte de corruption".

L'ancien ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, qui s'était opposé à la vente d'Alstom, a également réagi sur twitter après avoir adressé une lettre ce week-end au Premier ministre Jean Castex dans laquelle il s'interrogeait sur "une collusion possible au sein de l'Etat". 

"CQFD", a-t-il écrit dans un tweet succinct.

Du côté des représentants du personnel, l'intersyndicale de Suez a dénoncé "un scandale d'Etat" et demandé "l'annulation de la délibération du conseil d'administration d'Engie". 

Pour sa part, la CFDT Suez, opposée au rachat par Veolia, a demandé sur Twitter "que toute la lumière soit faite sur cette histoire". 

Lundi soir, le conseil d'administration d'Engie, actionnaire principal de Suez, a décidé d'accepter l'offre de Veolia, qui expirait à minuit, et de lui vendre l'essentiel de ses parts dans son concurrent Suez pour 3,4 milliards d'euros, passant outre l'opposition de l'Etat, qui possède 22% d'Engie.

le Mercredi 7 Octobre 2020 à 04:14 | Lu 191 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus