Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Va'a V6 - Moloka'i Hoe : " Ramener la victoire à Tahiti "


Shell Va'a est actuellement à Hawai'i en vue de participer à la Moloka'i Hoe, une course de va'a à changements qui existe depuis 1952. Après la victoire en 2017 du team Red Bull Wa'a renforcé par quelques Tahitiens, Shell Va'a a la ferme intention de " ramener la victoire à Tahiti ". Réponse le dimanche 7 octobre prochain.


Shell Va'a, un team au palmarès encore inégalé
Shell Va'a, un team au palmarès encore inégalé
Le team Shell Va’a a marqué l’histoire de la Moloka’i Hoe en s’imposant pas moins de huit fois d’affilée entre 2006 et 2013. Après la victoire sur le fil d’Edt Va’a en 2014, Shell Va’a avait pu remporter les deux éditions suivantes en 2015 et 2016 pour engranger dix victoires au total. En 2017, coup de théâtre, quelques rameurs d’Edt Va’a intègrent le team Red Bull Wa’a qui remporte la course.
 
Que se passera-t-il cette année ? Comme l’année dernière, Red Bull Wa’a pourra compter sur le renfort de Tahitiens issus d’Edt Va’a. En début d’année 2018, Shell Va’a a dû se renouveler suite au départ du différentes pointures. Les choix du nouveau coach David Tepava se sont avérés concluants puisque Shell Va’a a pu remporter le Faati Moorea, les courses du Heiva ainsi que la Tetiaroa Royal Race.
 
Cette dernière, qui est comme la Moloka’i Hoe une course à changements, a été en quelque sorte une répétition générale avant la course hawaiienne. Avec deux victoires en deux étapes, Shell Va’a arrive à Moloka’i en confiance avec en plus le renfort de Moana Mairau. Originaire des Australes, champion des courses de porteurs de fruits, Moana Mairau a été comme David Tepava un rameur emblématique de Shell Va’a.
 
Quatre équipes tahitiennes sont pour l’instant inscrites, Shell Va’a, Team Opt, Talifit Bora Bora et les vétérans de Ruahatu. SB

David Tepava, coach et barreur emblématique de Shell Va'a
David Tepava, coach et barreur emblématique de Shell Va'a
Parole à David Tepava :
 
Tu as repris le coaching de Shell Va’a ?
 
« Oui, depuis le début de l’année. J’ai coaché et en même temps barré la pirogue. On a décidé ça avec le staff, comme j’étais le plus ancien. J’ai beaucoup gagné à Moloka’i, du coup j’avais une certaine expérience que j’essaie partager avec les jeunes. C’est pas évident mais cela vient tout doucement. Comme je suis sur la pirogue, je vois si la sensation est bonne ou pas. Dès que ce n’est pas bon, j’essaye de corriger, c’est plus facile on va dire. »
 
Il y a eu des départs importants, des arrivées ?
 
« Je me suis basé sur un choix. Quand tu viens à Shell Va’a, c’est pour l’équipe avant tout. Donc il faut tout faire pour que l’équipe gagne. Tout ce qui est individuel, c’est un autre choix. Voilà, c’est ça la différence. Cela a été un choix de recruter certains bons éléments. Je voyais en eux des qualités. J’ai tout assemblé et cela commence à donner. Il faut aussi un coup d’œil pour savoir choisir aussi selon les caractères de chacun qu’il faut essayer d’assembler. »
 
Par rapport à Moloka’i, comment cela se présente ?
 
« Pour moi, bien. Franchement, ça va, on est bien. Ce qui est sûr, c’est que si on va à Moloka’i, ce n’est pas pour faire de la figuration, c’est pour gagner. Je connais un peu le terrain donc je partage un peu avec les copains pour améliorer le niveau qu’il va falloir avoir là-bas. On a utilisé la Tetiaroa Royal Race pour se préparer. Je suis satisfait de notre préparation. »
 
Un dernier mot, un remerciement ?
 
« Je remercie notre patron Albert Moux qui nous soutient tout le temps. C’est grâce à lui si on est là aujourd’hui. Il nous soutient et ça nous motive. On oublie pas non plus nos familles, parce qu’arrivés à ce niveau-là, c’est beaucoup de sacrifices. » Propos recueillis par SB

Taaroa Dubois a intégré Shell Va'a en début d'année
Taaroa Dubois a intégré Shell Va'a en début d'année
Parole à Taaroa Dubois :
 
Comment se passe ton arrivée à Shell Va’a ?
 
« Plutôt bien. Au début, c’était un peu dur parce que c’est une nouvelle équipe qu’on a mis en place. Chacun amenait son petit grain de sel mais après le Marathon Polynésie 1e, on est parti sur une seule base, celle de David Tepava, qui marche pour l’instant, qui marche très bien même avec les dernières courses que l’on a gagné. On aimerait bien continuer sur notre lancée avec Moloka’i Hoe et Hawaiki Nui Va’a. »
 
Quelques mots sur votre coup de rame ?
 
« David a remis à l’ordre du jour le « huuti paari » qui est coup assez lent et profond. Le V1 et le V6 c’est différent. Le V1 tu peux travailler sur le feeling, en V6 tu peux travailler sur le feeling mais il faut que les six ne fassent qu’un. C’est le coup de rame que Shell avait il y a longtemps. David disait qu’il n’avait pas retrouvé ce coup de rame depuis 2005. »
 
Deuxième au Super Aito ?
 
« Cela fait du bien de réussir en individuel, surtout lors du Super Aito. Mais c’est l’entrainement collectif qui m’a permis de me surpasser et de revenir au top en individuel. On peut voir d’ailleurs que plusieurs rameurs de Shell Va’a sont dans les 15 premiers du Super Aito. C’est bien, mais il faut savoir rester humble. »
 
Par rapport à Moloka’i ?
 
« J’ai fait trois fois Moloka’i et j’ai gagné les trois fois. Deux foix avec Shell Va’a en 2009 et 2010 et en 2014 avec Edt Va’a. Du coup, cette année, cela se présente plutôt bien. On va essayer de ramener cette victoire à Tahiti. L’année dernière ce sont les Hawaiiens qui l’ont gagnée avec un renfort de quatre ou cinq Tahitiens. »
 
Qu’est ce qui avait fait la différence l’année dernière ?
 
« Il ne faut pas oublier que cela fait deux ans qu’Edt Va’a travaille avec l’équipe de Red Bull. Ils font des échanges, c’est ce qui a fait qu’ils ont pu avoir la même vision. Avec le renfort des cinq Tahitiens, cela leur a donné un plus. Le coaching aussi est important. On ne pourra battre ça qu’avec le tahoe, le respect et l’envie de gagner. Je tiens à remercier le staff de Shell Va’a, nos familles qui nous soutiennent et aussi Albert Moux qui met les moyens, ce qui nous motive beaucoup. » Propos recueillis par SB

Albert Moux, toujours au plus près pour encourager ses rameurs
Albert Moux, toujours au plus près pour encourager ses rameurs
Parole à Albert Moux :
 
L’année 2018 se passe bien pour Shell Va’a ?
 
« Oui, très bien. On a des rameurs moyens, des rameurs inconnus mais le plus important, il y a une entente. Premièrement, ils écoutent leur coach David et deuxièmement ils sont très sérieux. Il y a cinq rameurs qui sont partis, on en a récupéré deux seulement. On a complété l’équipe avec des rameurs moyens. On a gagné en cohésion, ce qui est primordial, et en sérieux à l’entrainement. »
 
Certaines « stars » sont parties mais Shell Va’a a pu se reconstituer ?
 
« Les rameurs en général sont fiers de ramer pour Shell Va’a, c’est ce que j’ai remarqué. Quand on perd un entraineur ou autre, on en retrouve un tout de suite. On attend pas deux-trois ans avant de regagner une course. Tous les ans on gagne des courses, sauf Hawaiki Nui qu’on a pas gagnée depuis cinq ans. »
 
Deux courses importantes à venir ?
 
« J’ai envie que Shell Va’a gagne cette année à Moloka’i, on a nos chances. Mon objectif cette année est de gagner aussi Hawaiki Nui Va’a. Avec David Tepava, ils sont revenus sur l’ancien coup de rame long et efficace qui a été notre base. Ce sont eux qui décident pour ça, avec l’entraineur. Mais c’est sûr que tout le monde a remarqué que le coup de rame avait changé. »
 
Tu restes un soutien important pour ton équipe ?
 
« Ce sont les rameurs qui me demandent. Avec l’effort qui est fait tous les soirs, tous les samedis à l’entrainement, c’est normal et logique que je vienne soutenir l’équipe, s’ils me le demandent. Même si j’ai plein de travail, plein de rendez-vous, je me dis « non, c’est une nouvelle équipe, je dois l’encourager. » »
 
Comment est venue cette passion pour le va’a ?
 
« J’ai fait la pêche au « ature » un peu partout dans chaque commune dans les années 70 et 80. Dans chacune des deux pirogues, il y avait quatre bons rameurs costauds pour diriger ces pirogues-là, avec le grand filet. C’est comme ça que tout a commencé. Je tiens à remercier ma jeune équipe. J’ai vu le travail qui a été effectué depuis le début d’année avec beaucoup de victoires au Faati Moorea au Heiva et à Tetiaroa…Merci à tous. » Propos recueillis par SB

Rédigé par SB le Lundi 1 Octobre 2018 à 17:30 | Lu 2119 fois





Signaler un abus

Sports | Territoriales 2018 | Les jeux | Présidentielles 2017 | Va'a 2017 | Parau Ha'uti | La tribune politique | La video de la semaine | OPEN | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Entrepreneurs du fenua | Mieux comprendre | SportLive | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Hawai Nui va'a 2016 | Observatoire des Prix | Tiki | Legislatives 2017 | Les Portraits | MISS TAHITI | Heiva i Tahiti