Tahiti Infos

Une zone de développement prioritaire en réflexion


Tahiti, le 4 novembre 2021 – La création d'une Zone de développement prioritaire (ZDP) dans la commune de Moorea-Maiao est en cours de construction. Ce projet vise à redynamiser le secteur en menant une réflexion sur le développement économique de l'île qui passe par le logement, par la valorisation des espaces publics littoraux et par l'amélioration des flux de passagers en provenance de Tahiti.
 
Le ministre du Logement et de l'Aménagement, Jean-Christophe Bouissou, a présenté ce jeudi à l'occasion d'une conférence de presse le projet de Zone de développement prioritaire (ZDP) de Moorea-Maiao. Un projet qui porte sur différents sites de la commune et qui concerne plusieurs secteurs.
Cette ZDP encadre les dispositions en matière d'incitation fiscale pour la réalisation de grands projets. Le fait qu'elle touche différents sites de l'île permettra, selon le ministre, “de relancer l'économie de manière durable et d'inciter à la réalisation de projets”. L'intérêt d'une telle zone serait de décliner une réflexion sur l'aménagement, la construction et l'exploitation d'ensembles immobiliers, d'équipements, d'espaces paysagers, de logements et de loisirs.
 

DES LOGEMENTS POUR FAVORISER LA MIXITÉ

Le Pays possède de nombreuses parcelles sur la commune de Moorea-Maiao. Parcelles qui peuvent être mises à profit. En effet, la commune bénéficie depuis quelques années d'un regain d'intérêt pour les achats. Par exemple, en 2020, 199 permis de construire ont été délivrés. A la fin août 2021, il y en avait 256, dont 177 en faveur de fare OPH. Les parcelles du Pays situées à Paopao, Teavaro, Ha'apiti et Papetoai ont pour vocation de devenir des zones “pour des logements sociaux, mais aussi des logements libres car il est intéressant de favoriser la mixité”, explique le ministre.
Pour gérer ces espaces, Jean-Christophe Bouissou souhaite proposer au gouvernement de créer un observatoire de l'habitat. Il aura vocation à informer les décideurs sur l'efficacité des politiques publiques en vue d'aider à la prise de décisions. Par ailleurs, il propose la mise en place d'une mission d'autorité de contrôle des plus-values immobilières par la direction des Affaires foncières pour rendre l'évaluation des biens plus transparente.

VALORISER LES ESPACES PUBLICS LITTORAUX

Le directeur de l'Agence de l'aménagement et du développement durable des territoires de Polynésie française (dite OPUA), Olivier Solari, s'est vu confier une étude pour les aménagements des accès publics à la mer. La volonté est de pouvoir créer “des accès et des points d'arrêts de bains de mer pour les riverains et les visiteurs”. Ainsi, près d'une cinquantaine de points d'accès à la mer potentiels ont été repérés. Il reste encore à mesurer l'accessibilité des sites, ainsi que la qualité des eaux, la profondeur et la surface disponible dans les sites en question.

LE RETOUR DE L'AEROPORT

Jean-Christophe Bouissou a insisté sur la nécessité de créer un centre-ville à Moorea pour pouvoir redynamiser l'île. Ce centre-ville serait visiblement envisagé dans la zone de l'aéroport et du port.
En ce sens, il souhaite également remettre en place les vols entre Tahiti et Moorea, mais aussi créer une extension pour accueillir des jets privés. Il a également précisé vouloir “assouplir les contrôles pour les vols domestiques”, notamment dans le but de permettre des rotations rapides et simplifiées entre Tahiti et les îles, dont Moorea. Le directeur de l'aviation civile, Georges Puchon, explique qu'ils sont actuellement “en phase d'études préliminaires pour redimensionner la plateforme pour permettre de construire un tarmac pour dix jets privés et une hélistation pour quatre hélicoptères”.
Pour mener à bien ces objectifs, un comité stratégique d'aménagement et du développement durable sera créé prochainement. Il sera composé de cinq membres du gouvernement, de cinq représentants de la municipalité, de trois représentants de la société civile et du directeur de l'agence OPUA pour s'assurer de la consultation des différentes parties concernées.

Jean-Christophe Bouissou, ministre du Logement et de l'aménagement

Les manifestations dues “à un manque de communication”
 
 
Il y a eu beaucoup de contestation ces derniers temps sur différents projets à Moorea. Vous vous attachez à prouver que le Pays s’y intéresse, contrôle et régule le développement qui va se passer.
“C'est ça. Je peux comprendre les gens qui manifestent au sein des associations. C'est certainement dû à un manque de communication. Moi je ne communique que dès que nous avons des projets qui commencent à se préciser. Je ne peux pas agir sur des opérations privées, des questions de ventes et d'acquisitions de terrains. L'application du PGA de Moorea relève des autorités et notamment de la municipalité et des comité locaux d'aménagement qui regroupent l'ensemble des acteurs. Donc si aujourd'hui des projets hôteliers sont autorisés, c'est parce que la règlementation du PGA de Moorea, voulue par la population de Moorea qui a soutenu les instances qui existent aujourd'hui, le souhaitait. Donc le président a bon dos, moi aussi. Mais au bout d'un moment, il faut distinguer le vrai du faux.”
 
C'est donc le maire de Moorea qui est en cause ?
“Absolument pas. D'abord parce que nous nous sommes rencontrés avec le conseil municipal la semaine dernière. Et ce que je vous ai présenté, c'est ce que nous avons présenté au niveau de la commune. Le maire souhaite ce développement et il le fera savoir. Mais c'est un développement concerté. Nous allons créer un comité stratégique du développement durable de la commune de Moorea. Je ne pense pas que mes propos aient été de mettre à l'index quiconque. Bien au contraire nous sommes tous bien d'accord.”

Rédigé par Ariitaimai Peckett le Vendredi 5 Novembre 2021 à 08:04 | Lu 1436 fois