Tahiti Infos

Une tragique odyssée et un gourou à Huahine


Tahiti, le 30 novembre 2022 - Le journal The New York Times a révélé lundi une histoire aussi folle que macabre : celle de l’odyssée de deux Américains qui, galvanisés par les idées d’un gourou évangéliste et étourdis par le chaos du Covid, vont se perdre dans le Pacifique en quête d'un paradis spirituel. Un "maître à penser" aujourd’hui installé en Polynésie.
 
Matthew Mellow, le “gourou” et l’instigateur de cette tragique odyssée, vie désormais paisiblement, avec sa mère sur l’ile de Huahine, où il avait trouvé refuge après son périple en mer. Encore aujourd’hui, il distribue aux habitants et aux touristes des tracts et des flyers d’inspiration complotiste sur le vaccin et la pandémie. Des idées qui il y a 2 ans, ont su embrigader 2 jeunes américains sur les eaux du Pacifique, où ils perdront la vie.

Retour sur une histoire invraisemblable

Le New York Times s’est intéressé lundi à l’histoire tragique de deux Américains dont on a perdu toute trace depuis octobre 2020, au large de Wallis-et-Futuna. Leur histoire, explique le NY Times, commence dans les premiers mois de 2020, quand la pandémie n’en était qu’à ses débuts. Les deux hommes étaient inconnus l’un pour l’autre et rien ne les rapprochait, si ce n’est un vif ressentiment envers les mass media et leur couverture de la crise Covid. Deux Américains qui vont tout quitter, sous l’influence d’un gourou youtubeur. Ils se nomment Isaac Danian et Shukree Abdul-Rashed. Le premier est originaire de la ville de Grand Rapids dans le Michigan, l’autre de Rochester dans l’État de New York.
 
Tous deux convaincus que le Covid n’est pas la maladie que relatent les médias, ils vont converser sur internet avec un youtubeur, Matthew Mellow. Blond, avec d’abondantes dreadlocks et le front barré par un tatouage en hébreu archaïque épelant le tétragramme “Yahweh”, le Dieu d’Israël, Matthew Mellow diffuse alors des vidéos sur YouTube où il se présente comme Mortekai Eleazar. Dans ses contenus, il prêche la bonne façon de suivre Jésus, les châtiments de Satan ou encore la “vérité” sur le Covid-19. C’est d’ailleurs après l’une de ces vidéos dans laquelle il invite “ceux qui partagent ses idées à le rejoindre, chez lui à Hawaii, pour partir en exode dans le Pacifique” que Shukree et Isaac le rejoindront. Partant du jour au lendemain, sans prévenir qui que ce soit.

L’appel de l’océan

Les trois hommes semblent embrasser une vision du monde similaire. Dans cette conception, Satan a envoyé la pandémie pour détruire le monde. Arrivés à Hawaii, Shukree et Isaac retrouvent Matthew Mellow. Rapidement, les trois hommes se mettent en quête d’un capitaine pour les conduire, en faisant équipage avec la mère de Matthew Mellow, aux îles Cook. Une terre de Rarotonga où ils espèrent faire prospérer Jésus face aux forces sataniques.
 
C’est alors qu’interviennent deux marins itinérants, Michael Schmidt et Jeffrey McKinley, qui possèdent tous deux un voilier. Méfiants au départ, ils finissent par accepter de leur servir de skippers pour ce périple. Isaac et Shukree dans le bateau de Schmidt ; Mellow et sa mère dans l’embarcation de McKinley. Les premiers jours de navigation sont excellents. Mickael Schmidt témoigne auprès du New York Times d’un Isaac Danian “aux yeux écarquillés face à l’aventure qu’il vivait” et d’un Shukree Abdul-Rashed “plus sérieux, passant son temps à lire la Bible”.
 
Mais, tout ayant malheureusement une fin, à l’euphorie des premiers jours succède une météo faite de “vagues et de pluies violentes”.  Et c’est dans ce contexte, après plusieurs jours de navigation vers les îles Cook, que leur parvient l’information de la fermeture des ports de l’archipel en raison de l’aggravation de la pandémie. Le voilier de Matthew Mellow avait quelques jours plus tôt pris le cap en direction de Bora Bora. Celui de ses deux disciples décide d’en faire de même. Mais, dans un océan Pacifique démonté, l’embarcation de Schmidt, Danian et Abdul-Rashed est contrainte de revoir sa destination, direction Pago Pago aux Samoa américaines.

Péril en haute mer

Mais la situation à bord du voilier devient critique. En mer depuis un moment, leurs réserves en eau et alimentaires diminuent drastiquement. L’équipage parvient quand même à gagner le large des îles Samoa. Mais c’est là que tout se gâte : les deux passagers américains ne veulent pas se soumettre au test PCR imposé par les autorités locales pour entrer sur le territoire des Samoa. Un test qu’il perçoivent comme le signe de leur allégeance au mal. Ils supplient alors leur capitaine de les laisser au large de l’île sur un canot de sauvetage. Ils envisagent en effet de ramer vers le rivage et d’entrer clandestinement aux Samoa. “Ils avaient même préparé leurs bardages”, témoignera-t-il toujours au NY Times. Contrarié par l’idée d’être complice de ce projet d’entrée aux Samoa en toute clandestinité, Schmidt décide de faire demi-tour. Le monde était alors essentiellement sous le joug du confinement mais la nécessité de faire une escale de ravitaillement devenait de plus et plus pressante. Le cap est mis au plus près, vers Wallis-et-Futuna… à 800 km de leur position.
 
Les jours passent, confinés à bord d’un navire où tout n’est plus que rationnement. Mais arrivé au large de cette collectivité française du Pacifique, la situation va déraper d’une manière que le capitaine du voilier n’arrive toujours pas à s’expliquer. “Abdul-Rashed était inquiet et nerveux. Danian était lui comme un soldat qu’on dépose à la guerre”, relate aujourd’hui Schmidt, le skipper. Un jour, tout de go, alors qu’il est posté sur le pont, Abdul-Rashed saute à l’eau. Et dans la foulée, sans plus d’explications, Isaac lui emboîte le pas. Contraint de garder la barre en raison des récifs qui bordent la côte, Schmidt explique n’avoir pas pu faire demi-tour immédiatement pour les repêcher. Et quand il put enfin regarder derrière lui, explique-t-il, il “ne vit que l'étendue bleue de l’horizon”.

Des soupçons et une mère en détresse

Sept mois après le dernier contact téléphonique avec Isaac, sa mère, espérant que son fils était toujours vivant, signale enfin sa disparition à la police. Peu de temps après, elle publie sur Facebook son histoire en concluant son message par : “Je partage ceci sur internet, pour que le maximum de gens puisse me lire. Isaac a disparu depuis le 4 octobre 2020”. Il lui faudra encore attendre quelques mois avant de recevoir un appel téléphonique provenant de Wallis-et-Futuna : les autorités locales enquêtent alors sur la disparition suspecte de deux jeunes hommes. Le skipper Schmidt est naturellement suspecté et interrogé. Mais après une longue enquête, les forces de l’ordre vont conclure que l’explication la plus probable était que les deux hommes avaient bel et bien sauté du bateau. Mais de grosses parts d’ombres planent encore sur cette affaire. Parmi elles, un revolver trouvé sur le bateau de Schmidt, ou encore des données de navigation douteuses.

Rédigé par Thibault Segalard le Mercredi 30 Novembre 2022 à 17:57 | Lu 4589 fois