Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Une source ensevelie par un chantier à Outuaraea



Tahiti, le 4 novembre 2020 - Stupéfaction et colère mercredi matin à Outuaraea à Faa'a. Les habitants ont découvert qu'une source de leur quartier a été ensevelie sous des tonnes de terre par une entreprise qui travaille pour l'OPH, en vue de la construction de logements. Certaines habitations voisines ont même été inondées. Du côté de l'Office, on indique qu'aucune instruction n'a été donnée dans ce sens.

Les familles de Outuaraea à Faa'a ont été surprises mercredi matin de voir une de leurs sources ensevelie sous un gros tas de terre. La source a été "enterrée (...) sans que l'on soit au courant" déplore Yannick Tavaearai, habitant du quartier et président de l'association Hotuarea Nui. Il précise qu'actuellement l'OPH réalise des travaux en vue de la construction de nouveaux logements. Le président de l'association ajoute que des réunions préparatoires ont eu lieu avec les décideurs du Pays et ceux de l'OPH et qu'il était prévu de “sauvegarder ces sources”. “On ne comprend pas" regrette-t-il dépité. Yannick Tavaearai explique qu'il s'agit d'une des dix sources existantes dans le quartier, dans laquelle les enfants de Outuaraea se baignaient. "Cela nous fait vraiment mal au coeur, je ne sais pas comment ils réagissent, nos autorités de ce Pays ? On se pose vraiment des questions. On fait des promesses et on ne tient pas les promesses" déplore Yannick Tavaearai.

Inondations dans le voisinage
 
En plus de priver le quartier du lieu de baignade des enfants, l'enterrement de la source a eu des effets collatéraux. L'eau, qui trouve toujours un chemin, est allée inonder certaines maisons alentours.
Christelle Lo a eu la mauvaise surprise de voir son garage inondé. Elle est allée à la rencontre des agents de la société pour les informer de la situation. "Ils ont dit qu'ils allaient rouvrir et vers neuf-dix heures le niveau de l'eau a baissé un peu mais pas totalement, il reste encore plein d'eau", s'énerve-t-elle. Selon elle, les travailleurs de la société incriminée ignoraient l'existence de cette source et allaient en référer à l'OPH. Et ça aurait pu être pire. Christelle pense que s'il avait plu "cela aurait été trois à quatre fois pire. J'aurais été complètement inondée". La riveraine ajoute que ses parents ont habité Outuaraea pendant soixante ans, et que c'est bien la première fois que la maison est inondée à cause de la source. "Il faut juste qu'ils fassent bien leur travail, sinon c'est nous la population qui subissons".  
 
Des craintes pour les futurs logements
 
Le président de l'association Hotuarea Nui craint aussi pour les futurs logements même s'il assure ne pas être contre le projet. Il regrette seulement la différence entre ce qui est dit en réunion et la réalité du terrain : "S'ils ferment toutes les sources, on ne va pas se laisser faire". Il estime que cela pourrait avoir des conséquences néfastes sur les futurs logements et que les sources “vont sortir dans le salon ou la cuisine. La nature va trouver sa place, il faut laisser la nature tranquille et nous les êtres humains sommes toujours là à la détruire".

L'OPH se dédouane

Selon Yannick Tavaearai, il existe à Outuaraea une dizaine de sources dont quatre avec un grand débit. Parmi les projets pour les logements futurs du quartier, la mise en place de piscines naturelles, comme celle située en contrebas de l'ancien flamboyant. Yannick Tavaearai rappelle d'ailleurs que c'est grâce à son association que cet aménagement existe, puis la commune a apporté son aide. "Nos enfants ont appris à nager dans cette source" ajoute-t-il. L'eau de ces sources pourrait aussi être utilisée par les habitants du quartier pour arroser leur faa'apu, au lieu d'utiliser l'eau de la commune. 
Contacté, le directeur de l'OPH Moana Blanchard se défend et assure “ne pas avoir donné d'instruction pour aller faire ce type de travaux” “J'attends un retour d'un ingénieur sur cette affaire-là. Et ensuite j'aviserai". Une source de tourments pour lui aussi.



Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mercredi 4 Novembre 2020 à 19:37 | Lu 3726 fois






Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Décembre 2020 - 19:42 ​L'ombre du couvre-feu plane sur les fêtes

Mercredi 2 Décembre 2020 - 19:14 ​Giscard, président de l'autonomie de gestion

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus