Tahiti Infos

Une opération pour impacter “l'ensemble des acteurs” du trafic de stupéfiants


Tahiti, le 11 décembre 2023 - Alors que l'opération “Tempête” a notamment permis la saisie et la destruction de 6 000 pieds de paka et de 4,5 kilos d'herbe, le commandant de la gendarmerie pour la Polynésie française, le colonel Grégoire Demézon, rappelle que “la lutte contre la drogue est essentielle dans la lutte contre la délinquance” car elle est “le moteur d’une délinquance qui devient chaque jour de plus en plus violente”.
 
Quel était le but de cette opération de grande ampleur ?
 
“Le but de cette opération baptisée ‘Tempête’ était de déstabiliser les réseaux par une action forte et concentrée dans le temps en impactant l’ensemble des acteurs : producteurs, vendeurs de rue, trafiquants chevronnés... C'est pourquoi cette opération a été construite sur cinq lignes d’opération pour déstabiliser l’ensemble de la chaîne de valeur du trafic : contrôle des flux, destruction des plantations, harcèlement des points de deal, démantèlement des réseaux et cyber-investigation.”
 
Quels sont les moyens qui ont été mis en place par la gendarmerie ?
 
“La gendarmerie a mobilisé d’importants moyens, que ce soit sur les métiers de la sécurité publique ou de la police judiciaire. Au total, ce sont entre 150 et 200 gendarmes par jour sur cinq jours qui ont participé à cette opération et ont été engagés sur l’ensemble des archipels. Plus de 115 opérations de contrôle ont été conduites en différents points du territoire avec des opérations d’ampleur variable : destruction de plantations, contrôle sur les points de deal connus, contrôles routiers, etc. Parfois, ces opérations ont été conduites avec l’appui des forces armées, comme ce fut le cas avec l’engagement d’un hélicoptère de la flottille 35F à Huahine, en appui des équipes engagées au sol. Plusieurs enquêtes d’envergure ont par ailleurs été conduites par les services spécialisés de la Section de recherches de Papeete et de l’antenne de l'Office antistupéfiants (Ofast).”
 
Avec le harcèlement des points de deal et la destruction des plantations, la stratégie consiste à mettre la pression sur les trafiquants. Quels sont les effets attendus ?
 
“L’objectif était de déstabiliser les réseaux et je considère que de ce point de vue, cette opération est une réussite. Vous aurez noté que le bilan de cette opération est particulièrement lourd pour les trafiquants : plus de 130 personnes ont été mises en cause, 26 mesures de garde à vue ont été prises, sept personnes ont été mises en examen et cinq écrouées. Par ailleurs, des saisies conséquentes ont été opérées : près de 6 000 pieds de cannabis ont été détruits, 4,5 kg d’herbe de cannabis ont été saisis. Mais cette opération n’est pas pour solde de tout compte. Il y en aura d’autres et au-delà de telle ou telle opération ponctuelle, tout au long de l’année, notre approche contre les réseaux est globale : renseignement, plantations, points de deal, flux routiers, trafic, cyber, captation des avoirs criminels... On agit sur tous les leviers. Pour être au rendez-vous, la gendarmerie poursuit ainsi la restructuration et la montée en puissance de ses capacités d’investigation au sein de la Section de recherches : après la création en 2021 d’une antenne de l’Office antistupéfiants, en 2022 d’une antenne de l’Office de lutte contre les atteintes à l’environnement (Oclaesp) et en 2023 d’une unité en charge de la gestion des sources humaines de renseignement, ce sera en 2024 la création d’une antenne de l’unité nationale cyber pour développer nos capacités à traiter les trafics dans le cyberespace.”
 
De manière plus générale, quel bilan tirez-vous cette année dans le domaine de la lutte contre le trafic qui est l'une des priorités de la gendarmerie ?
 
“Nous avons en Polynésie un plan de lutte contre les stupéfiants sur lequel on travaille avec l’ensemble de nos partenaires de la police nationale et de la douane. Il ne m’appartient pas ici d’en dresser le bilan chiffré car les résultats de l’année 2023 ne sont pas encore consolidés. Mais les tendances qui se dessinent témoignent d’un fort engagement de l’ensemble des acteurs. Au-delà des chiffres, ma conviction profonde est qu’en Polynésie comme partout ailleurs sur le territoire national, la drogue tue. La lutte contre la drogue est essentielle dans la lutte contre la délinquance car elle est le moteur d’une délinquance qui devient chaque jour de plus en plus violente. Quand on est gendarme, on sait de manière concrète et incarnée que la consommation de drogue n’est jamais innocente. Au contraire, il y a la réalité vécue au quotidien d’un cancer qui ronge la société, détruit les familles, ruine la santé des consommateurs, alimente l’économie parallèle, les violences intrafamiliales ou tue sur la route. Alors comme le rappelait le président de la République, Emmanuel Macron, lors de son déplacement à Marseille en juin dernier, cette lutte est une ‘responsabilité collective’ qui nous engage tous, et la gendarmerie en Polynésie y prend et continuera d’y prendre toute sa part.”

Bilan de l'opération Tempête

Saisies et destructions :
 
  • 6 116 pieds de paka détruits
  • 10 grammes d'ice
  • 4,458 kilos d'herbe de cannabis
  • 5 grammes de cocaïne
  • 5 grammes de kétamine
 
Sur le plan judiciaire :
  • 132 personnes mises en cause dont 26 placées en garde à vue et 15 ayant fait l'objet d'une convocation
  • Sept personnes mises en examen et cinq incarcérées

Rédigé par Garance Colbert le Mardi 12 Décembre 2023 à 07:00 | Lu 2698 fois