Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Une épicerie ambulante de produits en vrac à Moorea



Fanny Tesson (à gauche) et Caroline Bouge.
Fanny Tesson (à gauche) et Caroline Bouge.
TAHITI, le 13 juillet 2020 - Le projet, porté par Fanny Tesson et Caroline Bouges, devrait voir le jour avant la fin de l’année. Le duo, engagé dans une démarche de protection de l’environnement, sillonnera alors Moorea avec une camionnette pour vendre des produits en vrac.

"On a, l’une et l’autre, changé nos habitudes dans un souci de respect de l’environnement", explique Fanny Tesson, "mais ce n’était pas assez, on a eu envie de faire plus. On s’est donc lancées dans ce projet d’épicerie ambulante de produits en vrac".

Le nom du projet de Fanny Tesson et de Caroline Bouges est Le Ma’a dans le bocal. Il est en cours de finalisation et devrait se concrétiser d’ici à septembre ou octobre.

Il repose sur quatre grands axes qui sont : la vente de produits sans emballage, la préférence donnée aux produits issus d’agriculture biologique ou bien d’agriculture raisonnée, ainsi qu’aux produits locaux et le suivi d’une démarche solidaire. "Pour nous, la solidarité passe par exemple par la mise en valeur de producteurs ou transformateurs encore peu connus."

La camionnette du Ma’a dans le bocal s’arrêtera dans différentes communes tout au long de la semaine. "On fera un lieu par jour, donc cinq lieux par semaine." L’avantage de ce système étant de réduire l’empreinte carbone globale liée au processus de vente de biens de consommation. "Les clients n’auront pas à prendre leur voiture, nous irons à eux." Il n’y aura donc pas 50 ou 100 déplacements, mais un seul.

Voilà des mois que Fanny Tesson et Caroline Bouges mûrissent leur projet. Fanny Tesson, par exemple, à titre personnel, ne mange plus de viande, fait du compost, n’achète presque plus jamais de vêtements neufs, cultive un fa’a’apu, prend moins souvent l’avion, répare tout ce qu’elle peut, fabrique ses produits ménagers…

"Les dérèglements dus à l’homme sont majeurs, j’ai d’abord sensibilisé mes proches avant de vouloir toucher plus de gens." Janvier 2020, avec Caroline Bourges, qui est sur la même longueur d’onde, elle a imaginé Le Ma’a dans le bocal. Le confinement leur a confirmé le bien fondé de leur initiative.

Contacts

Mail : [email protected]
FB et instagram : Le Ma’a dans le Bocal




Rédigé par Delphine Barrais le Lundi 13 Juillet 2020 à 09:13 | Lu 7671 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus