Tahiti Infos

Un prédateur sexuel reprend sept ans de prison


Le prédateur sexuel s'arrangeait pour se faire héberger chez des familles et abusait ensuite des enfants et notamment des jeunes garçons pour lesquels il avait une attirance plus exacerbée.
Le prédateur sexuel s'arrangeait pour se faire héberger chez des familles et abusait ensuite des enfants et notamment des jeunes garçons pour lesquels il avait une attirance plus exacerbée.
Tahiti, le 11 novembre 2021 -  Déjà condamné en 2018 pour des agressions sexuelles sur mineur, un homme de 33 ans a écopé, ce mercredi, d'une nouvelle peine de sept ans de prison ferme. Le prévenu était renvoyé cette-fois devant le tribunal correctionnel pour des agressions commises entre 2013 et 2016 sur six mineurs. 

"Je ressens du dégoût pour ce que j'ai fait. Je suis prêt à me faire aider et à changer", a déclaré, mercredi, à la barre, un homme de 33 ans, renvoyé devant le tribunal correctionnel pour répondre des faits d'agressions sexuelles sur des mineurs de moins de 15 ans. 
Entre 2013 et 2016, le prévenu s'en était pris à six victimes âgées entre 11 et 12 ans au moment des faits. Le prédateur sexuel s'arrangeait pour se faire héberger chez des familles et abusait ensuite des enfants et notamment des jeunes garçons pour lesquels il avait une attirante plus exacerbée. L'intéressé avait d'ailleurs une approche très directe, puisqu'il n'hésitait pas à toucher le sexe des jeunes enfants et allait même jusqu'à proposer à certains un rapport sexuel. Les différents rapports psychiatriques des victimes attestent des "retentissements importants sur la psyché" des enfants. 

"Quand j'ai des pulsions je m'approche des enfants. Mais s'il n'y a rien de particulier je ne m'approche pas", a affirmé l'homme à la barre. Ce dernier était par ailleurs friand de site et de forum à caractère pédopornographique. Des images qu'il partageait volontiers sur ses différents profils sur les réseaux sociaux. 

"Réduire la distance entre lui et sa proie" 

Détenu depuis 2018 dans le cadre d'une autre affaire d'agression sexuelle, le prévenu a indiqué à la barre avoir travaillé sur ses pulsions au travers de séances avec un psychiatre et grâce aussi à une relation qu'il a démarré au cours de sa détention. "Je pense qu'être dans une relation avec un adulte peut m'aider", a attesté l'homme.  

"On a quelqu'un qui se présente comme un gentil, quelqu'un d'inoffensif. Mais tout cela c'était pour réduire la distance entre lui et sa proie (...) Est-ce-que vous aviez conscience des conséquences de vos actes ? Vous avez causé des gouffres de douleurs psychologiques à ces enfants", a insisté le procureur, Robert Danielsson avant de requérir sept ans de prison. 

Après en avoir délibéré, le tribunal a décidé de suivre les réquisitions du parquet, en condamnant donc le prévenu à une peine de sept ans de prison ferme. Le trentenaire devra également s'acquitter de la somme de plus de 2 millions de Fcpf au titre du préjudice moral des six victimes. 

Rédigé par Désiré Teivao le Jeudi 11 Novembre 2021 à 16:36 | Lu 2239 fois