Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Un policier de retour à la barre pour 16 000 Fcfp



Tahiti, le 18 février 2021 - L'avocat général a requis jeudi en appel la confirmation de la peine de trois mois de sursis prononcée contre un policier de la DSP. L'agent avait abusé une amie en lui faisant croire qu'il réglerait son amende, pour finalement lui subtiliser 16 000 Fcfp.

Le policier de la Direction de la sécurité publique (DSP) poursuivi pour un drôle d'arrangement autour d'une amende de 16 000 Fcfp a été rejugé jeudi en appel. A l'origine de l'affaire, une amie du fonctionnaire de police était venue déposer plainte en février 2020 à la DSP. Elle avait expliqué avoir été verbalisée à Pirae, puis avoir remis le montant de son amende à un ami –le policier poursuivi– afin qu'il régularise l'amende. Mais le policier avait en fait gardé l'argent pour lui... Poursuivi pour "abus de confiance", l'agent avait été condamné à trois mois de sursis en première instance au mois de juin dernier.

Le policier, qui ne conteste pas les faits, a néanmoins fait appel de sa condamnation. Il s'est présenté jeudi sans avocat devant la cour, expliquant une nouvelle fois qu'il avait simplement oublié de remettre cet argent à la DSP. A la barre, il a écouté la présidente égrener son parcours professionnel entaché de nombreux blâmes au cours de la dernière décennie… Fait notable, l'avocat de la plaignante, Me Benoît Bouyssié, a déploré de n'avoir aucun confrère en face de lui, affirmant que le prévenu avait fait l'objet d'une procédure "légèrement disproportionnée", visiblement liée à "des relations difficiles avec sa hiérarchie". Pour autant, l'avocat a rappelé que le mis en cause avait bien "baladé" sa cliente.

L'avocat général a requis requis la confirmation des trois mois de sursis prononcés en première instance, affirmant que la police nationale avait "tout intérêt à se séparer de lui". La cour rendra son délibéré le 4 mars.
 

Rédigé par Garance Colbert le Jeudi 18 Février 2021 à 17:30 | Lu 4455 fois





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 17:04 ​Village Tahitien : Retour à zéro

Mercredi 22 Septembre 2021 - 20:22 La rééducation, l'autre combat

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus | Divers