Tahiti Infos

Un nouveau collectif à Bora Bora conteste la loi sur l’obligation vaccinale


Bora Bora, le 3 octobre 2021 - Une nouvelle manifestation contre l’obligation vaccinale, imposée par le Pays, a vu le jour à Bora Bora samedi. Les revendications sont claires : il faut abroger cette loi.
 
À quelques encablures de la date butoir fixée par les autorités du Pays pour se faire vacciner sous peine d’amende, les collectifs vont bon train sur le fenua pour tenter d’abroger cette loi, et la Perle du Pacifique n’échappe pas à la règle. Sylvana Estall, une enfant de l’île, a récemment créé un nouveau collectif qu’elle a nommé Te Hau. Elle a à cœur de se faire entendre avec son collectif sur les terres de l’actuel président de l'Assemblée de la Polynésie française, Gaston Tong Sang. Samedi, ils étaient environ 250 à manifester dans le centre de Vaitape, harnachés de panneaux dénonciateurs sans équivoque, ils semblaient motivés et sûrs de leurs revendications. La marche silencieuse qui a démarré à 8h30 du chapiteau de la place Tuvavau, a fait une boucle et s’est achevée devant la radio de l’île. Les revendications étaient claires. Sylvana s’explique : “Nous ne sommes pas contre la vaccination mais contre l’obligation de se faire vacciner.” Les quelque 800 signatures de la pétition qu’elle a mise en place lui donnent espoir, mais le temps presse. Elle confie “La bataille est rude et les collectifs successifs ont rarement eu gain de cause jusque là, mais il y a des avancées, notamment la victoire pour les détenteurs de carnets rouges qui n’ont plus obligation de se faire vacciner.” Les revendications sont claires : il faut supprimer l’obligation de se faire vacciner aux enfants, ce qui n’est pas précisé dans la loi selon elle, et laisser le libre choix aux habitants de le faire.
Contre cette crise sanitaire, d’autres solutions sont envisageables selon le collectif, notamment un vrai confinement, fermer le fenua au monde extérieur, mais également la prise de médicaments efficaces et l’utilisation de plantes médicinales polynésiennes.

​Soutien de Nicole Sanquer

 
Le mouvement peut compter sur le soutien total de la députée (UDI) Nicole Sanquer qui “fait partie des 9 personnes ayant voté contre cette loi” (48 pour), confirme Sylvana, avant de préciser “Nicole Sanquer nous a aussi alerté sur le fait que les élus ont voté une loi les protégeant contre l’obligation vaccinale.” Difficile aussi pour elle de comprendre pourquoi cette loi a été votée si rapidement. De plus, la venue récente du président de la République française est embarrassante pour Sylvana, au vu de la situation sanitaire.
Puis elle conclut en annonçant : “lundi 4 octobre, les collectifs vont demander une destitution du gouvernement.

Rédigé par Nij le Dimanche 3 Octobre 2021 à 07:44 | Lu 1129 fois