Tahiti Infos

Un nouveau cap pour la jeunesse


Nanihi Masson, conseillère technique à la jeunesse, espère délivrer le nouveau schéma directeur dédié à la jeunesse avant la fin de l'année.
Nanihi Masson, conseillère technique à la jeunesse, espère délivrer le nouveau schéma directeur dédié à la jeunesse avant la fin de l'année.
Tahiti, le 19 février 2024 - Ce lundi, en pré-conseil des ministres, le ministère de la Jeunesse et des Sports a présenté au reste du gouvernement ses ambitions quant à la mise en place d'un nouveau schéma directeur consacré à la jeunesse polynésienne. Une problématique jusqu'ici sous-évaluée car gérée uniquement, et indirectement, au travers de l'éducation, la santé ou le sport. Pour le cabinet du ministère, il s'agit désormais de prendre le sujet à bras-le-corps.
 
“Nous avons fait le constat depuis la prise de fonction de Nahema Temarii, notre ministre en charge de la jeunesse et des sports, que finalement, il y a un manque de considération pour la jeunesse de la part des pouvoirs publics”, déclare Nanihi Masson, conseillère technique à la jeunesse, assurant également “qu'il n'y a jamais eu de politique jeunesse définie de manière globale et transversale”. En effet, les problématiques liées à la jeunesse polynésienne étant traitées séparément par les différents ministères, il est difficile aujourd'hui d'estimer le volume de financement impactant directement ou indirectement cette jeunesse. Un comble pour le cabinet du ministère, pour qui la population comprise entre 0 et 24 ans représenterait près de 37% de la population totale, soit un peu plus de 103 000 personnes.
 
C'est pourquoi la conseillère technique, Nanihi Masson, s'est entretenue directement avec le gouvernement lors du pré-conseil des ministres, ce lundi, afin de sensibiliser ce dernier à ces problématiques : “J'ai fait une présentation au gouvernement afin de les interpeller sur ces lacunes qui persistent dans le pilotage des politiques en faveur des jeunes, afin que l'on puisse davantage compter sur eux pour programmer les actions concrètes au titre du futur schéma directeur de la jeunesse.” Une démarche participative auquel le ministère compte également associer des élus, des tāvana, des services de l'État, des confessions religieuses, des associations, ainsi que des partenaires privés, autour de commissions de cadrage afin d'harmoniser et synchroniser ces actions. “Le but n'est pas de créer un schéma directeur pour qu'il ne soit suivi que par le ministère de la Jeunesse et des Sports”, soutient Nanihi Masson. 
 
La première commission de cadrage devrait avoir lieu en mars et devrait être suivie de missions de consultation dans les îles afin que chaque jeunesse puisse être prise en compte dans l'élaboration du futur schéma directeur attendu pour la fin de l'année. “Nous espérons pouvoir le présenter à la rentrée de la commission permanente en début d'année 2025”, estime Nanihi Masson. Plus concrètement, le cabinet du ministère en charge de la jeunesse compte sur des projets tels que la mise en place d'un “pass jeune”, permettant de bénéficier de réductions ou de la gratuité auprès de certaines prestations, ou sur la création d'un quartier de jeunesse, inspiré du modèle métropolitain, où les jeunes pourront bénéficier de services dédiés. Encore au stade embryonnaire, difficile pour le ministère d'en dire plus.
 

Rédigé par Wendy Cowan le Lundi 19 Février 2024 à 17:17 | Lu 2593 fois