Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Un multirécidiviste reconnaît le viol et le meurtre d'un adolescente nantaise



Nantes, France | AFP | samedi 29/08/2020 - "C'est un échec pour la société", a reconnu samedi un magistrat. Un homme de 45 ans, déjà condamné pour 12 viols et tentatives, a avoué le viol et le meurtre d'une adolescente de 15 ans le 20 août à Nantes. 

"Quand vous avez un drame pareil, c'est un échec pour tout le monde", a déclaré le procureur adjoint de Nantes, Yvon Ollivier, au cours d'une conférence de presse.

Le suspect François V., chef d'équipe dans une briqueterie, traîne derrière lui un lourd casier judiciaire. En décembre 2005, ce Poitevin d'origine, alors directeur de site industriel, avait été condamné aux assises à 18 ans de réclusion criminelle pour neuf viols, trois tentatives et une agression sexuelle commis dans la Vienne, en Charente-Maritime et en Charente entre 2001 et 2003.

Ses victimes étaient bâillonnées, ligotées, les yeux bandées, parfois sous la menace d'un couteau.

Libéré en 2016, il avait retrouvé du travail, avait déménagé, à Mésanger, en Loire-Atlantique, près d'Ancenis. "Il avait même trouvé une compagne. On a pu penser à une forme de stabilisation", a précisé M. Ollivier, assurant qu'il n'y avait "pas le moindre élément qui puisse (laisser) penser à une fragilisation de l'intéressé ces derniers temps qui aurait pu le conduire à passer à l'acte."

"Dans ce dossier, on a affaire à quelqu'un qui présentait une figure tout à fait lisse", a insisté le magistrat, soulignant que le suspect respectait l'ensemble des obligations de son suivi socio-judiciaire, notamment l'injonction de soin.

"Il voyait une fois tous les deux mois un psychothérapeute", a-t-il précisé.

Et pourtant, quand François V. vient à Nantes, rue Adolphe-Moitié, le 20 août dernier, c'est bien dans le but de passer à l'acte, a-t-il reconnu en garde à vue. Il avait déjà fait des repérages dans cette rue et y trouve ce jour-là un appartement inoccupé car en travaux.

 "Forme de regret"

"La victime passait par là, elle a eu le malheur de lui plaire", a dit le magistrat.

Il parvient à la faire monter en lui demandant de l'aide pour porter un carton, un mode opératoire qu'il avait déjà utilisé dans le passé. Violée, l'adolescente a ensuite été étranglée avec un câble. "Il s'agissait de l'empêcher de crier", a dit le magistrat.

Puis, l'homme asperge sa victime d'eau de javel et met le feu à l'appartement. Ce sont les pompiers, appelés pour un incendie, qui découvriront son corps.

Verbalisé pour stationnement gênant le jour des faits, le suspect a vite été identifié par les enquêteurs puis suivi dans ses moindres faits et gestes. Son ADN a également été retrouvé sous les ongles de la victime. Une vingtaine d'enquêteurs de la police judiciaire de Nantes, renforcés notamment par la brigade de recherche et d'intervention, ont été mobilisés.

Interpellé jeudi à 16H30, "il a livré spontanément des aveux précis et circonstanciés", a indiqué Pascal Gontier, directeur interrégional adjoint de la police judiciaire de Rennes.

Le suspect a été déferré samedi au parquet de Nantes, qui a ouvert une information judiciaire pour homicide volontaire suivi d'un autre crime en récidive, viol en récidive et destruction volontaire par incendie en récidive.

Sa compagne, qui connaissait son passé judiciaire mais pas les derniers faits, a été laissée libre.

"Il a exprimé une forme de regret", a déclaré M. Ollivier, décrivant "quelqu'un qui s'interroge un peu sur lui-même".

Le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire, a annoncé le parquet samedi soir.

le Lundi 31 Août 2020 à 03:26 | Lu 273 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus