Tahiti Infos

Un gouvernement vu peu transparent et déconnecté de la population


Tahiti, le 18 novembre 2021 - Autre enseignement de l’étude de Transparency International, la perception des Polynésiens quant à la gestion par le gouvernement de la crise sanitaire mais également dans la participation de la population aux prises de décision. Deux questions qui conduisent au constat d’une absence de transparence gouvernementale dans la gestion de l’épidémie et à un sentiment de marginalisation manifeste dans le processus démocratique.
 
En complément des questions relatives à la perception de la corruption, l’étude de l’ONG a également consacré quelques questions sur la gestion par les gouvernements de la crise sanitaire et le fonctionnement démocratique des pays et territoires étudiés. Des questions qui, localement, conduisent au constat d’une faible transparence du gouvernement polynésien dans sa gestion de l’épidémie de la Covid-19 ainsi qu’à la perception par la population d’être tenue à l’écart des décisions prises par les gouvernants.
 
Gestion sanitaire peu transparente 
 
Entre fermetures, restrictions des capacités ou encore obligations sanitaires multiples, les entreprises polynésiennes ont du s’adapter constamment à des règles évoluant en fonction de la situation sanitaire. Une faculté d’adaptation du monde de l’entreprise qui s’est développée alors que la gestion par le gouvernement de l’épidémie sur le fenua est considérée comme peu transparente. Dans le cadre de l’étude, l’ONG a ainsi posé la même question sur les dix territoires examinés : Le gouvernement a-t-il été transparent dans la gestion de la pandémie de la Covid-19 ? Une question à laquelle 43% des polynésiens interrogés ont répondu ne pas être d’accord. Avec un chiffre très au-dessus de la moyenne dans le Pacifique Sud. A l’inverse, seulement 21% des personnes interrogées ont répondu par l’affirmative à cette question. Le plus bas pourcentage constaté dans la région avec notamment un score obtenu par le gouvernement Fritch est quatre fois moindre que celui attribué aux gouvernements de Vanuatu ou Kiribati (83%) dans la gestion de la même crise.
 
Sentiment de marginalisation de la population
 
Autre question posée de portée générale, sans lien avec la crise sanitaire, celle de la participation aux prises de décision qui concernent le pays. Là encore, les résultats de l’étude sont sans appel et témoignent d’une population polynésienne se considérant manifestement à l’écart, marginalisée par les décideurs. Ainsi, à la question “le gouvernement tient compte de l'avis de personnes comme moi lorsqu'il prend des décisions”, près de six personnes interrogées sur dix (57%) en Polynésie ont répondu “jamais”, soit 26 points de plus que les territoires classés en deuxième position. Ils sont également 23% à avoir répondu que c’était rarement le cas. Ainsi, pour huit polynésiens sur dix, le gouvernement décide sans réelle consultation avec la population. Un record dans le Pacifique Sud. Logiquement, ils ne sont que 7% à penser que cette consultation est fréquente, voire très fréquente. Là aussi, un record, à savoir celui du plus bas pourcentage constaté dans la région. Un fossé démocratique apparent qui devra être comblé avant les prochaines échéances électorales…
 

Un gouvernement vu peu transparent et déconnecté de la population

Rédigé par Sébastien Petit le Jeudi 18 Novembre 2021 à 23:02 | Lu 1801 fois