Tahiti Infos

Un gardien de Nuutania condamné pour corruption


Tahiti, le 28 septembre 2023 – Un gardien de prison de Nuutania a été présenté en comparution immédiate, jeudi, pour répondre de faits de corruption passive. L'individu, auquel il était notamment reproché d'avoir demandé de l'argent à des trafiquants incarcérés en échange de son silence, a été condamné à quatre ans de prison dont un avec sursis. 
 
Un homme de 33 ans, surveillant pénitentiaire à Nuutania, a été jugé jeudi par le tribunal correctionnel pour des faits de corruption commis dans l'exercice de ses fonctions. En octobre 2021, ce père de quatre enfants aux confortables revenus mensuels de 540 000 francs, avait profité d'un temps de promenade pour donner un mot à un trafiquant d'ice notoire en lui demandant de lui prêter 1,5 million de francs pour financer le voyage de sa “petite famille” en métropole où il venait de décrocher une formation. Le trafiquant ayant refusé, le gardien était allé voir le fils de ce dernier en lui expliquant que son père était d'accord pour lui prêter l'argent. 
 
Cette deuxième tentative ayant échoué, le prévenu avait sollicité un autre trafiquant, lui aussi incarcéré, qui avait accepté de lui prêter 500 000 francs. Pour obtenir cette somme, le gardien de prison avait fermé les yeux sur le fait que le détenu était en possession d'un téléphone. Il l'avait également informé de certaines fouilles. Les hommes de main du trafiquant s'étaient alors rendus au domicile du trentenaire qu'ils avaient filmé alors qu'ils lui remettaient 80 000 francs. 
 
Un agent “sévère” et “rigide”
 
À la barre du tribunal, jeudi, le surveillant pénitentiaire, livide, semblait sonné. Assurant qu'il avait, à l'époque, des soucis familiaux et financiers, le père de famille a expliqué qu'il avait cherché “tous les moyens” de trouver de l'argent. “Ce que vous avez fait est énorme, je ne sais pas si vous vous rendez compte que cela est radicalement incompatible avec vos fonctions”, l'a tancé le président du tribunal avant d'indiquer que le surveillant était considéré comme l'un des agents les plus “sévères” et “rigides” de la prison. Le magistrat a également précisé que le prévenu était très endetté et qu'il avait notamment emprunté plus de 12 millions de francs en quelques mois. 
 
Lors de ses réquisitions, le procureur de la République a rappelé que “d'autres surveillants sont impliqués dans d'autres affaires similaires ou différentes” car “toute la problématique du trafic d'ice est qu'il est tellement lucratif, qu'il se professionnalise et qu'il touche toutes les couches de la société”. Avant de requérir quatre ans de prison dont un avec sursis, il a dénoncé la “dérive” induite depuis “quelques années” par cette problématique. Des réquisitions inadaptées pour l'avocate du prévenu, Me Béatrice Eyrignoux, qui a insisté sur le fait que son client n'avait pas “trafiqué de drogue” et qu'il n'avait rien fait “rentrer dans la prison”. L'avocate a évoqué la “fragilité” de son client et a assuré que si celui-ci avait commis une “énorme faute professionnelle”, les faits de corruption passive n'étaient pas établis. 
 
Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné le père de famille à quatre ans de prison dont un avec sursis et à une interdiction définitive d'exercer une fonction publique tel que cela avait été requis par le parquet. 
 

Rédigé par Garance Colbert le Jeudi 28 Septembre 2023 à 19:51 | Lu 3735 fois