Tahiti Infos

Un amerrissage miraculeux


(Photo : 35F/Tahiti)
(Photo : 35F/Tahiti)
Tahiti, le 7 juin 2022 – Le spectaculaire amerrissage d'un Cessna 206 sur le récif de Punaauia est venu perturber la quiétude du lagon de la côte ouest mardi matin. Retour sur un impressionnant accident, manœuvré tout en sang-froid par deux pilotes miraculeusement indemnes.
 
L'information a d'abord suscité une vague d'inquiétude en Polynésie mardi matin. À 7h47, un petit avion Cessna 206 appartenant à un club de parachutisme de Tahiti a été contraint d'amerrir brutalement sur le récif de Punaauia au large du PK17. L'appareil s'est retourné après l'impact et les premières images diffusées sur les réseaux sociaux ne rassuraient pas beaucoup sur l'état des occupants de l'avion. Rapidement un message diffusé par le haut-commissariat a néanmoins précisé que les deux hommes à bord de l'appareil étaient indemnes, l'un d'entre eux étant uniquement blessé à la main.
 
Sains et saufs
 
Le Centre de secours en mer JRCC Tahiti, qui a coordonné les opérations de sauvetage, a expliqué mardi avoir été alerté vers 7h50 par un témoin à terre du crash de l'appareil dans le lagon en face de Te Maru Ata à Punaauia. La tour de contrôle de Faa'a a confirmé l'information, indiquant qu'un Cessna 206 subissait un problème technique avec deux personnes à son bord. Après diffusion d'un message “mayday relay”, l'hélicoptère Dauphin, les vedettes de la gendarmerie et de la FEPSM, ainsi qu'une équipe du Smur du Centre hospitalier ont été dépêchés sur les lieux. C'est ensuite le pilote qui a pris contact avec le JRCC pour confirmer que son passager et lui-même étaient sains et saufs, réfugiés sur l'aile de l'avion retourné. Les deux hommes ont été hélitreuillés à 8h35 et déposés sur la plage qui accueille généralement l'atterrissage des parapentistes au PK15 à Punaauia, où l'équipe du Smur les attendait pour les transférer au Centre hospitalier.
 
Selon les informations recueillies par Tahiti Infos sur les circonstances de cet accident, les deux pilotes qui se trouvaient dans l'appareil emmenaient initialement des parachutistes qu'ils ont pu transporter jusqu'à leur saut. Mais c'est en redescendant que le moteur de l'avion s'est arrêté. Suivant la procédure, les deux hommes ont d'abord essayé de redémarrer les moteurs. Mais en vain. Ils ont alors évalué ensemble la situation et pris la décision d'amerrir. La plage étant trop fréquentée et le risque de couler en amerrissant au large étant trop élevé, ils ont opté pour un amerrissage sur le platier. Mais au cours de la manœuvre, l'avion a percuté une grosse patate de corail qui l'a stoppé et retourné sur le récif. D'abord sonnés par le choc, ils ont finalement pu recouvrer leurs esprits, chercher la porte de sortie et quitter l'appareil pour se réfugier miraculeusement sur l'aile de l'appareil. Le tout sous le regard médusé de kayakistes qui ont fini par s'approcher pour prendre des nouvelles des naufragés…
 
Transportés aux urgences pour un bilan complet, ils sont sortis de l'hôpital en fin de matinée et se sont rendus à la gendarmerie pour faire leur déposition. Une enquête a été confiée à la brigade de gendarmerie des transports aériens pour faire toute la lumière sur cet accident qui s'est heureusement terminé sans drame. “Ils ont géré la situation comme des chefs. Ils peuvent être fiers d’eux”, saluait mardi le responsable du club de parachutisme chez nos confrères de TNTV.
 
Éviter toute pollution
 
La commune de Punaauia a annoncé mardi après-midi qu'elle travaillait à faire retirer la carcasse de l'appareil “dans les meilleurs délais” et surtout “en limitant l'impact sur le corail”. Selon la municipalité, aucune pollution liée à l'huile ou au carburant n'avait alors été relevée. Le maire de la commune, Simplicio Lissant, devait néanmoins prendre un arrêté pour interdire d'approcher l'avion. Ceci pour éviter de “libérer par inadvertance des substance polluantes”.
 


L'appareil Cessna 206 qui s'est abimé sur le récif à Punaauia. (Photo : Rare Tahitian Air/Port View)
L'appareil Cessna 206 qui s'est abimé sur le récif à Punaauia. (Photo : Rare Tahitian Air/Port View)

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mardi 7 Juin 2022 à 08:54 | Lu 9600 fois