Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Tuamotu : les sept disparus de Marokau sont sains et saufs



PAPEETE, 28 octobre 2016 – Le pilote du speedboat porté disparu jeudi aux Tuamotu s’est manifesté vendredi matin en entrant dans le lagon de Hikueru. Ses passagers sont sains et saufs.

Jeudi, en fin de journée, aucune balise de détresse n’avait encore été déclenchée par l’équipage tandis que les autorités s’efforçaient d’établir un contact par radio avec ce speedboat de 9 mètres et ses sept passagers, portés disparus entre les atolls de Marokau et Hikueru.

"C’est une grande satisfaction et un grand bonheur pour les familles ; bonheur et satisfaction que je partage avec eux, ainsi qu’avec tous les personnels mobilisés dans cette recherche, qui concernait, fait plutôt exceptionnel, sept personnes sur un petit bateau qui s’est désorienté en mer tout une nuit !", s'est réjoui René Bidal, vendredi à la mi-journée.

Depuis la veille, dès la fin de matinée, l'antenne tahitienne du Centre de coordination et de sauvetage aéro-maritime (JRCC) était en alerte après avoir déclenché des recherches avec la mobilisation d’un avion Gardian de l’escadrille 25F et de l'’hélicoptère inter-administration Dauphin. "Nous avons vu les projecteurs de l'hélicoptère", explique un occupant. "Mais le temps que l'on prenne une lampe torche, c'était trop tard. Nous avons gardé l'espoir : on savait que l'on nous recherchait".

Le JRCC Tahiti avait pris l’initiative de ces recherches en raison du retard anormal du navire sur l'heure prévue d’arrivée à Hikueru, indiquée préalablement. L’avion Gardian et l’hélicoptère Dauphin ont été engagés pour rechercher toute la journée de jeudi et une partie de la nuit. Ils ont été renforcés par un Casa de l’armée de l’air ce vendredi matin dès 5 heures.

Mais finalement, le pilote du speedboat s’est manifesté par téléphone portable dès son entrée dans le lagon de Hikueru vendredi matin. A bord du navire tout le monde est sain et sauf, nous indique-t-on. Le navire transportait une personne âgée et plusieurs jeunes en direction de l'aéroport de Hikueru.

Sans armement de sécurité

L'embarcation s'est trouvée en difficultés dans une mer démontée dès la mi-journée jeudi, avec des creux de 3 mètres. Le speedboat a été mis à la dérive par décision du pilote pour économiser le carburant jusqu'à ce que soit aperçue une île. Hikueru a été vue vendredi matin à 8 heures. "On a eu peur que le bateau chavire", explique après une nuit blanche Terainuiatea, 32 ans, embarqué dans cette traversée pour récupérer sa nièce à l'aéroport de Hikueru. Les cinq autres passagers étaient attendus à bord d'un avion pour Tahiti en vue d'une évacuation sanitaire. Le speedboat prévoyait vendredi de repartir en direction de Marokau, situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-est, dès que la mer le permettrait.

Mais selon nos informations, le navire ne dispose ni d'une radio, ni d'une balise de détresse à son bord. Il appartient au fils du maire de Marokau, un policier municipal qui a fait office de pilote pour cette traversée. "Vous savez comment sont les ta'ata ma'ohi : ils se croient plus forts que l'océan", a déploré vendredi Raymond Tekurio, le maire de Hikueru. "J'ai refusé qu'ils reprennent la mer ce soir pour Marokau. Ils attendront le Maris-Stella qui arrive lundi matin".

"Le défaut de moyen de communication à bord du navire, de balise de détresse, de moyens de repérage lumineux, rendaient impossible sa rapide localisation par les moyens de recherches confrontés à des conditions météorologiques difficiles", déplore un communiqué transmis vendredi en fin de matinée par le haut-commissaire René Bidal : "Le JRCC Tahiti rappelle en conséquence que l’armement de sécurité à bord des navires doit être impérativement adapté à la navigation envisagée".

Rédigé par JPV le Vendredi 28 Octobre 2016 à 10:27 | Lu 6639 fois






1.Posté par fiututafé le 28/10/2016 13:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ouff..l'essentiel, ils sont sains et saufs..le reste, cela regarde la brigade des mers..

2.Posté par Lou le 28/10/2016 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas de radio, pas de balise, un mori pata introuvable lorsque passe un hélicoptère... N'y a-t-il pas là une "mise en danger de la vie d'autrui"? Le pilote de ce bateau devrait au minimum être convoqué par un représentant de la Justice pour lui expliquer le caractère irresponsable de son comportement.

3.Posté par REY Ethode le 28/10/2016 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toutes les communes sont sensées avoir ce matériel pour le mettre à disposition lors de telles traversées
Que fait l'autorité de tutelle !!!
Des faits à sanctionner lourdement

4.Posté par Kriss le 28/10/2016 17:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas de radio, pas de balise, pas de lampe, pas de GPS certainement ... et prendre la mer dans des conditions très mauvaises ... ce "capitaine" est dangereux ! il a eu de la chance que ça se finisse bien ! En espérant que des dispositions seront prises pour qu'il n'ait plus l'occasion de mettre en danger la vie des passagers et qu'il rembourse les frais engagés !

5.Posté par emere cunning le 28/10/2016 20:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mea aroha mau teie nuna'a.

6.Posté par Piripirifaufau le 29/10/2016 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le propriétaire du bateau, devrait etre sanctionné au pénal pour sûr, mais que va t il se passer? Rien? Lorsque vous alliez l'inconscience à la bêtise humaine voilà ce qui se passe, un peu plus et c'était le drame.. Faudrait lui faire payer le coût des recherches..

7.Posté par ldpdt le 31/10/2016 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mise en danger volontaire de la vie d'autrui = Sanction pénale, confiscation définitive du bateau et amendes Comme pour les pêcheurs de tortue qui eux ne suppriment que des animaux

8.Posté par Guy RAMOND le 31/10/2016 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vie n'a pas de prix, mais elle a un coût... Si les secours sont gratuits, ils coûtent cher, même très cher! Pourquoi ne pas instaurer une sorte de prime fixe que les secourus (ou le responsable) devraient s’acquitter? Éventuellement proportionnel aux "erreurs" commises. Ceci pour essayer de responsabiliser ces irresponsables qui sortent sans matériel adh'oc (radio, sécurité, carburant, balise, GPS, etc.) sans oublier qu'ils mettent en danger la vie de leur sauveteurs comme le rappelle pos 2.
Bravo aux équipes de recherche.

9.Posté par emere cunning le 02/11/2016 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"La vie n'a pas de prix", comme si leurs vies avaient quelque importance à vos yeux (mis à part fiututafé). Vous êtes juste unanimes à les sanctionner et leur coller des amendes ! Tellement facile de blablater dans la douceur de votre cocon. J'aimerais seulement vous voir y vivre au quotidien.
Allez, on se calme, bobonne vous sort votre fauteuil et vous sert votre petit ballon de rouge... ça va mieux là ?

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 13:55 Débuts prometteurs pour l’Alpha B

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance