Tahiti Infos

Trêve des confiseurs, trêve politique


Tahiti, le 20 décembre 2023 – Si les vacances de Noël ont déjà commencé pour les écoliers, les politiques aussi ont droit à une pause. Pas de séance à l'assemblée et un dernier conseil des ministres le 27 décembre. C'est ce que l'on appelle “la trêve des confiseurs”. Une expression qui remonte à la seconde moitié du XIXe siècle après de très vifs débats à l'Assemblée nationale. Un peu d'histoire...
 
 En fin d'année, l'actualité politique se met en pause. Une période d'accalmie que l'on appelle la “trêve des confiseurs” et que l'on attribue d'ailleurs aussi au milieu sportif et économique. Rien à voir avec les bonbons... quoique.

Pour comprendre il faut remonter à l'année 1874 pour connaître l'origine de cette expression. Une origine très politique. C'est en effet en décembre 1874 que les députés monarchistes, républicains et bonapartistes ont des échanges particulièrement vigoureux sur la future Constitution de la IIIe République. N'arrivant pas à se mettre d'accord, les parlementaires sont tous fatigués par des négociations qui s'éternisent. Ils décident alors de mettre leurs débats et leurs querelles en sommeil pour laisser les Français souffler un peu et profiter de cette période de fin d'année.

“On convint de ne pas troubler par nos débats la reprise des affaires commerciales qui, à Paris et dans les grandes villes, précèdent toujours le jour de l'an”, écrivait ainsi dans ses Mémoires, le député monarchiste, Albert de Broglie.
 
Une trêve bonne pour le commerce
 
Car ce faisant, ils espèrent aussi relancer la consommation des Français et remettre au goût du jour le plaisir des sucreries pour les fêtes. On a alors parlé de “trêve des confiseurs”. Une trêve hivernale certes bénéfique aux producteurs de confiseries, bonbons, chocolats, et autres pâtes de fruits dont les ventes explosent en fin d'année. Mais c'est aussi et surtout une expression reprise par la presse satirique de l'époque pour se moquer de l'embonpoint des responsables politiques.

Les années suivantes verront s'institutionnaliser cette trêve jusqu'à aujourd'hui, pour laisser les fêtes et les affaires prendre le pas sur la vie politique.

En Polynésie aussi. La dernière séance de la session budgétaire s'est terminée ce lundi 18 décembre au soir. C'est la commission permanente qui doit maintenant prendre le relais – sauf si le gouvernement décidait de convoquer une session extraordinaire entre-temps. Elle est programmée le 18 janvier prochain. La dernière commission (la CCBF : commission de contrôle budgétaire et financier) de l'année s'est quant à elle tenue ce mercredi. Ensuite, Tarahoi ouvrira sa session administrative le 11 avril. Du côté du gouvernement, le dernier conseil des ministres de l'année se tiendra le 27 décembre.

Rédigé par Stéphanie Delorme le Mercredi 20 Décembre 2023 à 14:43 | Lu 1490 fois