Tahiti Infos

Trafic d'ice démantelé, sept personnes incarcérées


Tahiti, le 26 mars 2022 – Les enquêteurs de l'Ofast et de la DTPN ont procédé le 21 mars dernier à l'arrestation de sept personnes dont le boxeur Ariitea Putoa, l'ancien leader du groupe All in one, Manava Akau, et le trafiquant Fred Garbutt. Soupçonnés d'avoir participé à l'importation de 1,8 kilo d'ice en avril 2019 et d'avoir depuis organisé un trafic d'ice sur Tahiti, ils ont été déférés vendredi matin devant le procureur de la République au terme de 96 heures de garde à vue et placés en détention provisoire. Tous seront jugés en comparution immédiate le 5 mai. 
 
Après plusieurs mois d'investigations menées par les enquêteurs de l'office anti-stupéfiants de Papeete (Ofast) et de la direction territoriale de la police nationale, sept personnes ont été interpellées le 21 mars dernier à Mahina dans le cadre du démantèlement d'un trafic d'ice organisé sur Tahiti. Lors des perquisitions effectuées, les gendarmes ont trouvé 7 grammes d'ice, 500 000 Fcfp en numéraire et plusieurs pieds de paka.
 
Parmi les sept personnes interpellées, on retrouve des personnalités publiques du monde sportif et culturel telles que le boxeur Ariitea Putoa, champion de France amateur dans la catégorie poids lourds en 2020, et l'ancien leader du groupe All in one, Manava Akau, qui avait atteint avec ses danseurs la demi-finale de l'émission La France a un incroyable talent en décembre 2018. Fred Garbutt, le trafiquant interpellé en septembre dernier par les autorités américaines et expulsé à Tahiti où il avait été mis en examen dans le cadre d'une autre affaire d'ice, fait également partie des mis en cause. 
 
Comparution immédiate
 
Ces trois hommes, ainsi que les quatre autres mis en cause, sont donc soupçonnés, chacun à leur niveau, d'avoir pris part à l'importation de 1,8 kilo d'ice en avril 2019 entre la Californie et Tahiti. Ils sont également poursuivis pour avoir, depuis cette importation, participé à un trafic de méthamphétamines organisé sur Tahiti. Présentés devant le procureur de la République vendredi au terme de 96 heures de garde à vue, les sept individus ont ensuite été placés en détention provisoire. Ils seront jugés le 5 mai en comparution immédiate. 
 
 

Rédigé par Garance Colbert le Vendredi 25 Mars 2022 à 15:38 | Lu 12674 fois