Tahiti Infos

Thierry Barbion demande le bracelet électronique


Thierry Barbion demande le bracelet électronique
Tahiti, le 5 août 2021 - Après avoir rejeté par deux fois la demande de remise en liberté de Thierry Barbion en juin puis en décembre 2020, la Cour d’appel de Papeete devait examiner jeudi sa demande de détention à domicile sous surveillance électronique. Décision le 19 août prochain.
 
Recours à la prostitution de mineure et corruption de mineures pour l’un, proxénétisme aggravé et infractions liées aux stupéfiants pour l’autre. Thierry Barbion et Sabine Boiron avaient été respectivement condamnés à quatre et sept ans de prison ferme par le tribunal correctionnel en août 2019, peine confirmée en appel en mars 2020 avec le prononcé d’un mandat de dépôt à l’encontre de Thierry Barbion.
 
Ce jeudi, le promoteur immobilier ainsi que l’ancienne institutrice Sabine Boiron, étaient invités à justifier par visioconférence devant la chambre de l’application des peines de la Cour d’appel de Papeete, de leur demande d’octroi de détention à domicile sous surveillance électronique (DDSE). Cet aménagement de peine permet aux personnes détenues et déjà condamnées de bénéficier d’un bracelet électronique si la durée de leur peine restante à purger est inférieure ou égale à deux ans, ou pour lesquelles il reste un an avant leur éligibilité à une libération conditionnelle. La Cour d’appel rendra sa décision, pour les deux demandes, jeudi 19 août 2021.

Avant le bracelet électronique, Thierry Barbion avait formulé une demande de remise en liberté en juin 2020. L’un des avocats du promoteur, Me Quinquis, avait formé un pourvoi en cassation, rejeté par la juridiction suprême en décembre. Thierry Barbion avait, entre-temps, formulé une nouvelle demande qui avait été rejetée par la Cour d’appel le même mois.
 

Rédigé par Valentin Guelet le Jeudi 5 Août 2021 à 20:18 | Lu 4370 fois