Tahiti Infos

Territoriales 2013 : Teiva Manutahi veut "redonner de la dignité à la famille"


Territoriales 2013 : Teiva Manutahi veut "redonner de la dignité à la famille"
Cadet des candidats aux Territoriales 2013, à 36 ans Teiva Manutahi souhaite incarner la relève politique polynésienne. Il n’épargne pas, tous bords confondus, les responsables qui se sont succédés à la tête du Pays : "Aujourd’hui il y a deux types de personnes. Il y a celles et ceux qui doivent porter la responsabilité de la faillite de ce pays. Et puis il y a les jeunes comme nous qui s’engagent en politique et qui héritent d’un pays en ruines", dit-il.
Son ambition politique : "Comment rendre l’accession à la propriété foncière ? Comment permettre le plein emploi ? Comment faire en sorte qu’avec une terre et un emploi, chaque famille puisse acquérir un logement ? C’est tout un programme ça", précise le candidat Porenetia Ora.

Quel regard portez-vous sur la situation économique et sociale du Pays ?

Teiva Manutahi : La situation est catastrophique. Nous héritons d’une dette de l’ordre de 100 milliards Fcfp. Qui la paiera ? Les entreprises, les salariés, les jeunes qui devront assumer la charge de leurs aînés. (…) Les entreprises polynésiennes sont dans une grande difficulté. Près de 8 000 emplois ont été perdus au cours des cinq dernières années. Cela fragilise les comptes de la CPS et met en question l’ampleur des dépenses de santé et la pérennité des retraites. Une catastrophe.

Face à cela que comptez-vous proposer comme solution pour redresser la situation ?

Teiva Manutahi : Lorsqu’un pays est en crise et asphyxié par ses dettes, il faut sortir la tête de l’eau, redonner de l’oxygène aux entreprises et créer de l’emploi. (…) Rééchelonner cette dette sur trente ans pour réduire le montant des échéances et négocions avec la France, pour obtenir un taux préférentiel (…), de manière à réaliser des économies sur les échéances qui sont aujourd’hui de l’ordre de 4 à 5 milliards Fcfp.
Ensuite il nous faut une classe politique exemplaire, rigoureuse et courageuse. Nous baisserons immédiatement les indemnités des élus à l’Assemblée et au gouvernement. Et on appellera à une solidarité de la part de l’ensemble des acteurs : fonctionnaires du Pays, entreprises du privé et salariés. Dans l’administration du Pays, il faut réduire la voilure. Le rapport Bolliet identifie 14 800 fonctionnaires. Il convient de dégraisser le mammouth : laisser partir à la retraite ceux qui le souhaitent et ne pas remplacer systématiquement ; envisager un partenariat avec l’Etat pour aider à la reconversion vers le privé de fonctionnaires qui le souhaitent.


Comptez-vous mettre en place des impôts nouveaux, notamment un impôt sur le revenu ?

Teiva Manutahi : Pas du tout, ce serait absurde. On ne lève pas les taxes lorsque l’économie va mal. Au contraire il nous faut changer de fiscalité et imaginer un système fiscal moins sévère vis-à-vis des entreprises et des consommateurs. Une de nos pistes de réflexion est de ne plus taxer les produits à l’entrée en privilégiant une taxe à la sortie, pour lutter contre la vie chère et tous les abus que l’on observe. On pense ainsi pouvoir diminuer de 2 à 3 fois le prix des produits.
Une autre piste de réflexion est ce que l’on appelle la « flat tax » (l’impôt à taux unique, NDLR). Mais nous ne seront pas à l'origine de la création d’un impôt sur le revenu.


En termes d’investissements quelles sont vos priorités ?

Teiva Manutahi : En faisant des économies sur les charges courantes de l’administration nous pouvons dégager des crédits et les affecter à l’investissement. Là, on est sur une politique de grands travaux.
Notre volonté est de redonner de l’emploi à tout le monde. L’aéroport de Tahiti-Faa’a a besoin d’être élargi et sécurisé. C’est un chantier à 2.5 milliards Fcfp.
Autre grand projet : nous comptons relancer le projet Te Ara Nui, cette route cheminant sur les hauteurs de Tahiti jusqu’à Taravao. Ce projet offre des perspectives de développement immenses en termes industriels, commerciaux et sociaux, en permettant des voies de pénétration vers des terres encore inaccessibles et inexploitables. Là où il y a la route, il y a la vie. (…)
On pense également à la création d’une piste et d’un aéroport à Fatu Hiva, aux Marquises, au règlement de l’immense chantier de l’eau potable et de l’assainissement, à la rénovation des écoles qui tombent en ruine… En réalité les chantiers ne manquent pas. Ce qui manque c’est une classe politique qui a la volonté de faire bouger les choses. (…).
Pour redonner de la dignité à la famille notre ambition est d’apporter à tous une terre, un travail et une maison. Ce sera le combat de Porinetia Ora : comment rendre l’accession à la propriété foncière ? Comment permettre le plein emploi ? Comment faire en sorte qu’avec une terre et un emploi, chaque famille puisse acquérir un logement ? C’est tout un programme ça.


De qui vous sentez-vous proche, dans le paysage politique actuel ?

Teiva Manutahi : Je me sens très proche de la famille Porinetia Ora.
Aujourd’hui il y a deux types de personnes. Il y a celles et ceux qui doivent assumer la responsabilité de la faillite de ce pays. Et puis il y a les jeunes comme nous qui s’engagent en politique et qui héritent d’un pays en ruines, d’un secteur du tourisme en berne, d’un secteur de la perliculture et de la pêche en faillite. Nous sommes jeunes et nous devons relever ce défi.


Qualifié au second tour des Territoriales, ferez-vous alliance ?

Teiva Manutahi : Je laisserai la possibilité à l’ensemble de mes colistiers de prendre cette décision, démocratiquement, le moment venu. Nous maintiendrons-nous ? Soutiendrons-nous une autre liste ?

Porinetia ora : « Te toe noa ra i te tahi pūpū poritita huru pe'epe'e ri'i »

Tē hinaaro nei o Teiva Manutahi ‘ia riro ‘oia ei mono pāpū nō te orara’a poritita nō ‘ananāhi. ‘E reo teimaha tō te upo’o arata’i o te pūpū « Pōrīnetia ora » ‘ia fa’ahiti ana’e ‘oia i te parau nō te mau ti’a poritita nō te fenua nei : «  teie mahana, te vai ra to’opiti huru ta’ata. A tahi, te vai ra o rātou te tumu to tatou fenua i fifi ai. ‘E te piti, te vai ra te feiā ‘āpī  o te amo ra i te hō’ē fenua o te i tōpa tari. »
Tā na mau ‘ōpuara’a : « Nāhea ia fa’afatu i te mau ‘ūtuafare i te hō’ē tapū fenua pāpū ? Nāhea ‘ia hōro’a i te ‘ohipa nā te ta’ato’ara’a ? Mai te peu e ‘ohipa pāpū tā te hō’ē ta’ata, nā reira ato’a e parau fatu fenua tā na, nāhea ‘ōna e nehenehe e fāna’o i te te tahi nohora’a tāmau? E tārena ‘ohipa rahi teie", o tā Teiva Manutahi  tāne i vauvau ato’a.
 
‘Eāha tā ‘oe hi’ora’a i ni’a i te huru o te fa’ahotura’a i te fenua, e i te pae tōtiare ?

TM : Mea fifi roa. Te i ni’a ia tātou te hō’ē  tārahu 100 miriā farāne. Nā vai e ‘aufau? Te mau taiete, te feiā rave ‘ohipa, nā te mau u’i ‘āpī e amo i te mau hōpoi’a i vaiiho hia mai te feiā i fa’atere.(…) Te i roto te mau taiete nō te fenua nei i te hō’ē  fifi rahi. I teie mau 5 matahiti i māhemo a’e nei, 8000 ta’ata o tei ‘ere i tā rātou ‘ohipa. Nā te reira e ha’afifi ato’a nei i te tāpura faufa’a a te fare turu’uta’a, i ‘ite hia mai ai te mau ha’amau’ara’a rahi i te pae nō te ‘ēa, nā reira ato’a i te ‘aufaura’a i te mau moni fa’atuha’a. Mea fifi roa ‘ino.
 
‘Eaha ïa  tā ‘oe mau ‘ōpuara’a nō te fa’ati’a fa’ahou mai i te fenua ?

TM : ‘Ia fārerei ana’e te fenua i teie huru ‘ati i ‘āno’i ato’a hia mai tā na mau tārahu, ‘a ti’a mai, e horo’a atu i te aho ‘api i te mau taiete ia noa’a te ‘ohipa. (…) ‘ia nehenehe e fa’aho’i i te mau tārahu i ni’a i te hō’ē maorora’a 30 matahiti ma te ani ato’a atu i te hau metua  i te tahi tuha’a fa’aho’ira’a ta’a ‘e (…), nā reira, e ra’e hia i te tahi tuha’a moni toe i ni’a i te fāito e 4 tae atu 5 miriā farāne o tē fa’aho’i hia nei.
I muri mai e tītau hia i te hō’ē  fa’aterera’a poritita pāpū, ‘āfaro e te itoito ato’a. E fa’atopa hia ihoa te moni ‘āva’e o te mau ti’a i te fare ‘āpo’ora’a rahi e i tō te hau fenua. E ani mātou i te ta’ato’ara’a ‘ia ha’a ‘āmui ana’e : i te mau ti’a  o te mau pū a te hau fenua, a te mau taiete ‘e ‘ere nā te hau. E ha’aiti hia te nūmera o te mau ti’a i roto i te mau pū a te hau. Te fāito nūmera i ‘ite hia i roto i te pu’e parau i pāpa’i hia e Anne Bolliet, 14 800 mau ti’a e ha’a nei nō te hau fenua. E ti’a ‘ia ha’amāmā ri’i i te reira : ma te ‘ore e mono i te mau ti’a i fa’atuha’a hia ; e fēruri i ni’a i te tahi fa’anahora’a ‘āmui ia te hau nui nō te ‘āpe’e atu i te mau ti’a e ‘ōpua ra i te fa’atupu i tā rātou iho taiete.
 
E ha’amau ānei ‘outou i te tahi atu mau tute ‘āpī, mai te tute moni fa’aō ?

TM : ‘Eita roa atu, ‘aita e hō’ē  a’e aura’a. ‘Aita e nehenehe e tu’u fa’ahou mai te tahi mau tute ‘āpī i  roto i teie tau fifi. E ti’a ra ‘ia taui hia te fa’anahora’a tutera’a ma te fēruri i ni’a i  te hō’ē  fa’anahora’a huru māmā ri’i nō te mau taiete e te ‘aimamau. Te vai nei teie ‘ōpuara’a o tā mātou e tuatāpapa nei : fa’a’ore i te tute tomo, are’a ra e ha’amau i te tahi tute i te taime a mahiti mai ai te mau tauiha’a i rapae, e rāve’a te reira nō te fa’atopa te fāito moni o  to mau tao’a ra e nō te ārai i te mau ho’ora’a  fāito ‘ore. E nehenehe e tāta’i piti, a ore ra e tāta’i toru i te fāito moni ia fa’atopa ana’e hia.
Te tahi ato’a fa’anahora’a o tā mātou i tāpe’a  mai, maoti ra te ha’amaura’a mai i teie tute pi’i hia « flat tax » (tute – hānerera’a ‘aifāito). ‘Aita ra mātou e fa’ati’a ‘ia ha’amana hia mai te hō’ē tute  moni fa’aō.
 
 I te pae o te mau ‘ōpuara’a rarahi, ‘eāha tā ‘outou  mau fa’anahora’a rū ?

TM : Ma te ha’aiti mai i te mau ha’amau’ara’a i roto i te mau piha ravera’a ‘ohipa ato’a a te hau, e roa’a ia fa’a’ohipa i te moni i mito hia i roto i te tahi mau ravera’a. ‘Inaha, te i ni’a ïa tātou i te parau o te mau patura’a rarahi. ‘O tā mātou e hina’aro nei, ‘ia noa’a te ‘ohipa nā te ta’ato’ara’a. E tītau hia ia fa’a’a’ano atu ā te tahua taura’a manureva nō  Tahiti-Fa’a’a, e tō na pārurura’a ato’a.
E mau ravera’a teie nō te hō’ē  fāito  2.5 miriā farāne. Te tahi atu ‘ōpuara’a rarahi : te fa’a’ohipara’a i teie ‘ōpuara’a pi’i hia Te Ara Nui, teie ïa purūmu e hāmani hia na i ni’a i te mou’a i roto pū ‘ia Pape’ete rāua o Taravao. E riro teie ‘ohipa i te fā mai te tahi mau ‘ōpuara’a hau roatu i te pae ānei o te ha’amaura’a taiete, fare toa e tōtiare, ma te fāfā  haere atu te tahi a mau ‘imira’a ta’a ‘ē i roto i teie mau fāna’ora’a. Te vai nei te ora i te mau vāhi te i reira ato’a te purūmu. (…)
Te fēruri  ato’a ra mātou i te ha’amau i te hō’ē  tahua taura’a manureva iti i Fatu Hiva, i te mau pae fenua  ‘enata mā, nā reira ato’a i te ‘ōperera’a i te pape mā e te rapa’aura’a i te pape vi’ivi’i, tae roa atu i te tāta’ira’a i te mau fare ha’api’ira’a o te topa tari noa ra… I te parau mau, mea rahi te ‘ohipa. Te toe noa ra i te tahi pūpū poritita pe’epe’e. (…).
Nō te fa’aho’i  i te ti’ara’a i roto i te mau ‘ōpū  fēti’i, te hia’ai nei mātou i te hōro’a te tahi tāpū fenua, hō’ē  ‘ohipa tae noa atu i te hō’ē fare. Te reira te ‘arora’a a Porinetia Ora : Nāhea ia ha’afatu i te tahi ‘utuāfare i te fenua o tā na e fa’aea nei ? Nāhea ‘e fa’ati’a i te hō’ē ‘ravera’a ‘ohipa pāpū ? Nāhea e nehenehe e fa’anoa’a mai te tahi fare nā roto i te hō’ē  ti’ara’a rave ‘ohipa pāpū e te hō’ē  fenua ? E tārena ‘ohipa rarahi teie.
 
‘Ia ‘oe hi’o, te piri ra ‘oe i terā a ore ra i te tahi atu pūpū ?

TM: Te i piri noa ihoa vau i ia teie ‘ōpū fēti’i Porinetia Ora. I teie mahana, te vai nei i na huru ta’ata e piti. A tahi, te vai nei nō rātou te tumu i fifi rahi ai teie fenua. E te piti, te vai ra te feiā ‘āpī, mai ia mātou nei,  o te fāriu mai ra i ni’a i te tahua poritita i roto i te hō’ē  fenua o tei topa tari, ‘aita e rātere fa’ahou, ‘ua topa tari ato’a te poe e te tautai. O mātou nei te mau ti’a ‘āpī, ‘ua ineine mātou nō te ‘ohipara’a.
 
‘Eāha tō ‘oe mana’o mai te peu e ō ‘outou i roto i te piti o te hātuara’a, e tāpiri ānei ‘oe i te tahi atu pūpū ?

TM : E vaiho vau te fā’otira’a i roto i te rima o tō’u mau ‘āpe’e, nā roto i te hau manahune, i te taime nahonaho. E tāpe’a noa ānei mātou i tā mātou ‘avei’a ? E turu ānei mātou i te tahi tāpura ?
 
 
 TP

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Vendredi 22 Mars 2013 à 08:33 | Lu 969 fois