Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Tehani Robinson filmée, le ‘aparima sublimé



Tehani Robinson filmée, le ‘aparima sublimé
TAHITI, le 2 octobre 2020 - La réalisatrice Camille Mỹ Giang met en scène Tehani Robinson dans son dernier court-métrage. The Vahine a été sélectionné dans trois festivals, en Grande-Bretagne et en Californie.

"Au début, je n’étais pas partante du tout", avoue Tehani Robinson à propos de son apparition dans le film de Camille Mỹ Giang. "Je voulais rester en retrait et être seulement consultante." Mais la danseuse s’est laissée convaincre "et je ne regrette pas du tout, c’était une formidable expérience".

Tehani Robinson enseigne le ‘ori Tahiti à l’école de danse London School of Hula and ‘Ori en Grande- Bretagne. C’est là qu’elle a rencontré la réalisatrice Camille Mỹ Giang. Le court-métrage, intitulé The Vahine, a été tourné en octobre 2019.

Tehani Robinson joue le rôle de la grande sœur de Kanani Lokelani Asuega, alias The Vahine. Il raconte la rencontre entre une danseuse de ‘ori Tahiti et un jeune garçon sourd. "Une langue des signes dansée surprenante et non conventionnelle réunit un garçon sourd et une danseuse tahitienne à travers un chemin de rencontre inattendu", écrit la réalisatrice.

"La transmission orale alimente le cœur de notre histoire. Le film s’appuie sur un style de danse tahitien appelé ‘aparima, où les mouvements des mains racontent des histoires par des mouvements lents et gracieux. Aux yeux des auditeurs, les ‘aparima sont donc comme de belles et surprenantes langues des signes dansées."

"Quand je l’ai vu sur grand écran pour la première fois, j’ai été très émue", rapporte Tehani Robinson. "Quand j’ai entendu les hīmene, vu la danse, ressenti notre histoire, c’était fort. Il n’y a pas ou très peu de fictions qui montrent la culture tahitienne de cette manière. En général, ce sont des documentaires."

Pour elle, ce court-métrage abonde dans le sens du respect de la culture polynésienne, "de ce qu’elle vaut vraiment". La plupart du temps, Tehani Robinson trouve que la culture polynésienne est présentée comme du "folklore plein de clichés dont on s’amuse". Elle ajoute : "je me suis trop longtemps heurtée au non-respect de certains pour ma culture".

The Vahine a été sélectionné dans trois festivals, le Aesthetica Short Film Festival à York, en Grande-Bretagne, et les deux autres en Californie : le Divulge Dancers' Film Festival à Los Angeles et le American Indian Film Festival à San Francisco.

Donner la parole aux communautés méconnues

Camille Mỹ Giang consacre son temps à raconter des histoires permettant de poser un regard nouveau sur le monde. Après avoir travaillé des mois dans la distribution de films pour EuropaCorp à Paris, elle a traversé la Manche pour s'inscrire dans une école de cinéma. La réalisation la passionne, elle veut donner la parole à des communautés méconnues.

Elle a commencé son voyage en approfondissant ses connaissances sur le grand Pacifique et se produit maintenant aux côtés de London School of Hula and 'Ori et également Te Hei Tiare à Paris. Dans le même temps, elle a co-fondé “Indigo Magazine”, un bi-annuel offrant un espace d’expression identitaire aux artistes d'Asie du Sud-est.

Elle partage maintenant son temps entre Paris, Londres et divers autres endroits du monde en s’intéressant aux différentes représentations culturelles qui croisent son chemin.

“The Vahine” est son premier film en tant qu’auteure-réalisatrice.


Pour en savoir plus

FB : The Vahine – The film

Rédigé par Delphine Barrais le Vendredi 2 Octobre 2020 à 12:16 | Lu 5680 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Octobre 2020 - 17:46 Le confinement en "ultime" recours

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus