Tahiti Infos

Surf - Les minimes donnent le ton pour la saison 2024


Première victoire cette saison pour Takihei Ellacott chez les ondines de moins de 14 ans.
Première victoire cette saison pour Takihei Ellacott chez les ondines de moins de 14 ans.

Tahiti, le 5 février 2024 - La saison est lancée pour le championnat de surf junior 2024. En revanche, ce week-end, à l’embouchure de Papeno’o, si la première étape de la Coca-Cola Teen Session a vu la victoire de Toaura Haumani et Kohai Fierro dans les catégories reines, ce sont bel et bien les minimes qui ont retenu toute l’attention du public, tant le niveau est en train d’exploser.

 

Nouvelle année, nouvelle saison et des objectifs déjà bien calibrés dans l’esprit des compétiteurs locaux de surf. En effet, si le championnat junior local ne fait que commencer, la première étape constituait déjà une manche primordiale en vue d’une prochaine sélection dans l’équipe de Tahiti qui partira prochainement au Championnat du monde ISA. Un enjeu de taille pour les juniors désireux de se faire remarquer et en quête de sponsors. Pour autant, lors de cette première étape de la Coca-Cola Teen Surf Session, ce sont les minimes qui ont monopolisé les débats.

 

Une génération dorée

 

S’il est évidemment très tôt pour se prononcer, force est de constater la qualité et la progression constante des minimes au sein du tour juvénile. Menés la saison passée par un Liam Sham Koua éblouissant, les jeunes loups du championnat ont décidé cette année de réclamer leur part du gâteau. À l’image notamment d’un Teravanui Thornton, flamboyant sur les gauches de l’embouchure de Papeno’o, alliant vitesse et fluidité dans un surf incisif et précis. Et le jeune homme ne s’est pas retenu face au reste de la meute, s’adjugeant une belle deuxième place chez les minimes et une victoire sensationnelle chez les cadets. Liam Sham Koua a été le seul à pouvoir stopper net les ambitions du jeune Teravanui chez les minimes lors d’une finale de haut vol.

 

Toutefois, malgré un surf exceptionnel, les deux jeunes ‘aito ont dû se frotter aux autres forces vives en présence, ce qui a définitivement rendu leur chemin vers la victoire tumultueux et incertain. En effet, sur leur route, un certain Anuaiterai Gatien. Le “Big Boy” de la catégorie minime possède des atouts et sait s’en servir. Sur les droites de l’embouchure, difficile de rivaliser avec la puissance du jeune homme. Il a fallu un manque de vagues en sa faveur durant la finale pour l’écarter du titre.

 

Autre sensation de cette première étape de la Coca-Cola Teen Surf Session, le jeune Naiki Pierson, 7 ans, a montré des qualités saisissantes pour son jeune âge. Téméraire et d’un calme absolu devant des vagues faisant plus de deux fois sa taille, le benjamin de la fratrie Pierson a su exploiter ces dernières à la manière des plus grands : take-off sur la lèvre, bottom turn, carve sur le rail… une maturité rare dans sa catégorie. Il finit logiquement sur la plus haute marche du podium chez les poussins.

 

La montée en puissance des ondines

 

L’absence de Kiara Goold, favorite incontestée chez les minimes filles, semble avoir motivé le reste des compétitrices à élever leur niveau afin de s’assurer une première victoire décisive. En course pour le titre, Raipoe Chapelier n’a hélas pas su trouver le rythme lors de la finale, tandis que Kelia Gallina peinait à exprimer le surf qu'on lui connaît, laissant ainsi Takihei Ellacott et Miliani Simon se rendre les scores coup pour coup. Et les deux adversaires se connaissent bien. Rivalisant de qualité, difficile pour l’une comme pour l’autre de prendre le dessus. Mais bénéficiant d’un meilleur choix de vagues en surfant seule face à la rivière, Takihei Ellacott a su capitaliser, laissant parler un surf backside de plus en plus engagé. La jeune 'aito s'est imposée avec la manière chez les minimes filles.

 

Chez les juniors, si Kohai Fierro n’a pas encore trouvé de surfeuses à sa taille, cette dernière sait que désormais, elle n’a plus le droit à l’erreur en série. Miliani Simon et Takihei Ellacott possédant désormais les armes nécessaires pour jouer les premiers rôles. Et c’est sans compter sur une Kahili Simon, bien décidée à entrer dans la conversation cette saison. Toutefois, la benjamine des sœurs Fierro s'est montrée intraitable chez les juniors et c’est sans surprise qu’elle s’est imposée dans la catégorie reine. À noter également la participation de cette dernière en catégorie junior garçon, où elle a montré qu’elle avait également toutes ses chances. De bon augure pour le reste de la saison.

 

Toaura Haumani, la masterclass

 

Du côté de la catégorie reine junior garçon, les goofy footers Peio Charriaud et Keo Chabrier ont montré les crocs lors de la finale. Hyperactif dès le début de série, Peio Charriaud a fait parler sa fougue sur les vagues intermédiaires pour très vite gonfler son total de points et prendre l’avantage. De son côté, Keo Chabrier a su délivrer un magnifique surf en finale, s’octroyant l’une des meilleures vagues de la série d’entrée de jeu afin de mettre la pression sur Te’aki Gasbarre et Toaura Haumani, également de la partie. Et si Te’aki peinait à trouver le rythme, Toaura Haumani a, quant à lui, délivré une masterclass. Plutôt discret tout du long de la finale, ce dernier, sûr de la qualité de son surf, a attendu les meilleures occasions pour se lancer. Et que ce soit sur les droites ou les gauches, le jeune homme n’en a eu cure : roller ravageur et carve bien appuyé ont très vite fait la différence. Il remporte haut la main cette première manche du championnat et consolide sa place dans la sélection tahitienne. Pour les autres, il faudra attendre de voir la commission se réunir afin de décider de leur sort dans la sélection tahitienne.


Toaura Haumani en pleine démonstration pour ce début de saison chez les juniors.
Toaura Haumani en pleine démonstration pour ce début de saison chez les juniors.

Rédigé par Wendy Cowan le Lundi 5 Février 2024 à 18:20 | Lu 922 fois