Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Strasbourg: opération "collège mort" après une intrusion et des menaces



Strasbourg, France | AFP | mardi 15/10/2019 - Une opération "collège mort" a paralysé mardi un établissement de Strasbourg après l'intrusion début octobre d'adolescents qui ont menacé une enseignante avec une arme factice, professeurs et parents d'élèves dénonçant une situation explosive, a-t-on appris de sources concordantes.

Le 4 octobre, trois "mineurs de moins de 15 ans" sont entrés dans le collège Jacques-Twinger et ont pointé une arme factice sur une enseignante qui leur demandait de quitter les lieux, a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.  
L'enquête les visant a été ouverte notamment pour menaces de mort, a précisé cette source. 
L'un des adolescents a lancé "on va tous vous tuer" au professeur, a raconté à l'AFP Sylvain Thouvenot, professeur de SVT et représentant du personnel. "Notre collègue est toujours en arrêt maladie et toute la communauté éducative est sous le choc", a-t-il déploré. 
"On éprouve de la frustration à entendre dire que c'était une arme factice. Jusqu'à présent, on n'est pas en mesure de le dire, le jeune n'a pas présenté l'arme la police", a avancé pour sa part Brahim Maameri, de l'Association des parents et des élèves de Strasbourg et de l'Eurométropole.
Dans ce collège, classé REP dans le quartier populaire de Koenigshoffen à l'ouest de Strasbourg, seuls une poignée de jeunes étaient accueillis mardi, après que des parents d'élèves les eurent appelés lundi à ne pas venir en cours.
"Ce n'est pas un événement qui a surgi de nulle part, ce sont les conséquences d'une non-prise en charge des doléances", estime M. Maameri.
Les parents des collégiens demandent notamment un Conseiller principal d'éducation (CPE) supplémentaire. Ils dénoncent la saturation de ce collège et aimeraient, à plus long terme, qu'un autre établissement soit construit dans le quartier. 
"Le collège, c'est l'entonnoir qui récupère beaucoup de problématiques du quartier", un quartier qui connaît une forte croissance démographique, déplore M. Thouvenot, regrettant que le rectorat "nous ait dit de ne pas faire de vagues, de ne pas ameuter la presse".
Représentants des parents et des enseignants devaient rencontrer mardi en fin d'après-midi l'inspectrice d'académie. 
Lundi, le rectorat avait assuré dans un communiqué avoir apporté son soutien à l'établissement, notamment à travers l'envoi d'une "équipe mobile de sécurité" pour surveiller les accès et la mise en place d'une "cellule d'écoute". 
Le Conseil départemental du Bas-Rhin a quant à lui fait installer un visiophone le 10 octobre, "pour limiter à l'avenir la possibilité d'incidents de ce type", selon le rectorat.
Le rectorat insiste également sur les mesures prises pour ce collège avant l'intrusion de début octobre. "On n'avait pas de 3e poste de CPE à mettre - il y a aussi des raisons d'équité - , en revanche, on a prolongé un assistant d'éducation qui était déjà en place et créé un nouveau poste, donc on a déjà pris des décisions fortes", a souligné mardi la rectrice d'académie Sophie Béjean.
Mme Béjean a annoncé qu'elle rencontrerait le 7 novembre avec le président (LR) du Conseil départemental du Bas-Rhin, Frédéric Bierry, les parents d'élèves et représentants du personnel du collège pour évoquer les perspectives de court et moyen termes. 

le Mercredi 16 Octobre 2019 à 05:23 | Lu 213 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus