Tahiti Infos

Semaine du ra'au Tahiti : des débats mais pas de préconisations


Tahiti le 06 août 2022 - La semaine du ra'au Tahiti à Paea a été l'occasion pour tous, tradipraticiens, feia taurumi, médecins, et scientifiques, d'échanger autour de la médecine intégrative. Contrairement à ce qui était prévu, aucune préconisation n'est finalement ressortie car c'est un “sujet sensible”.

La semaine du ra'au Tahiti organisée par la commune de Paea avec la mise en place de tables rondes, débats ou encore démonstrations de fabrication de ra'au Tahiti, s'est terminée samedi. Tous les participants ont fait part de leur satisfaction quant à l'affluence que cet événement a suscité auprès de la population, preuve que le sujet intéresse. L'élue en charge de la culture Andréa Maruae précise que cette semaine a également été “un moment où l'éveil culturel s'est fait. Il y a cette forte volonté de notre population de réellement revenir à la source et au ra'au Tahiti. C'est bien car si ce sujet n'intéressait pas la population, nous n’aurions pas fait salle comble toute cette semaine”. Selon l'élue, ils étaient plus d'un millier de personnes présentes samedi matin à Paea, et toutes sont prêtes à “revenir à la source et tous ont la volonté de revenir au ra'au Tahiti”

L'élue explique qu'après l'expérience du covid, les communes “ont eu la volonté d'identifier les tradipraticiens”. De son côté, Jenny Torea, tradipraticienne employée au CHPF de Taaone depuis 2019 avec taote Éric Parrat en pneumologie, se réjouit : “Nous sommes nos propres guérisseurs.” “Je n'ai pas de mot pour exprimer ma joie” dit-elle d'emblée quand on l'interroge par rapport à la mise en place de la semaine du ra'au Tahiti. “C'est une volonté de la population de mettre en avant notre culture au travers de la médecine traditionnelle ou encore du taurumi”. Jenny Torea et l'élue Andréa Maruae assurent que pour certains tradipraticiens ou feia taurumi, il n'est pas toujours évident de participer à de tels événements car “il faut sortir de l'ombre” ou bien de “s'exprimer en public”“Ceux qui étaient présents cette semaine ont pris leur courage à deux mains” affirme Jenny Torea. Elle explique en effet que certains tradipraticiens ou feia taurumi ont été traînés dans la boue : “Certains de nos tradipraticiens ont été salis et maintenant ils n'ont plus envie de se montrer et travaillent chez eux”. Elle ajoute que certains ont même eu des démêlés avec la justice sans omettre de dire que “certains se sont aussi pris pour dieu, c'est cela aussi. Et maintenant, venir dans des assemblées telle que se qui s'est passé ce n'est pas facile”. Pour cette tradipraticienne il n'y a pas de secret “nous sommes notre propre guérisseur, il reste encore beaucoup à faire mais c'est déjà un bon début”.  
 
“Pas de préconisations”
 
Malheureusement, comme annoncé par le tāvana de Paea Tony Géros, aucune préconisation n'a été prise samedi. L'élue en charge de la santé à Paea, Patricia Jennings, ne baisse pas les bras et affirme qu'ils vont essayer de faire passer ce sujet lors du prochain congrès des maires qui aura d'ailleurs lieu à Paea. “Pour que les élus soient sensibilisés à la médecine intégrative” dit-elle. Elle assure ensuite qu'aucune préconisation n'a été prise car “c'est un sujet sensible”

Elle précise que cet événement a été l'occasion d'écouter les doléances des tradipraticiens et des feia taurumi pour pouvoir, peut-être, ensuite, “faire un projet de texte qu'on pourra éventuellement proposer au conseil des ministre ou aux élus de l'assemblée. Pour l'instant, aucun cadre n'a été posé, mais l'envie de mettre en avant notre médecine traditionnelle est là”. L'élue en charge de la culture Andréa Maruae ne mâche pas ses mots. Elle assure qu'aucune préconisation n'a été prise et que tout cela est en "stand-by" car selon elle, ni le ministère de la Santé, ni l'Agence de régulation de l'action sanitaire et sociale (Arass) n'étaient présents durant la semaine du ra'au Tahiti. “On a l'impression que l'Arass ne voulait pas s'associer à cet événement, alors que c'est un moment de partage. Dommage que l'Arass ou le ministère de la Santé n'aient même pas daigné envoyer au moins un représentant pour nous montrer leur volonté de se soucier du bon vouloir de la population et c'est cela qui a choqué tout le monde. Nous voulons travailler main dans la main avec le Pays”.

L'élue affirme que seul le ministre de la Recherche et de l'Agriculture Tearii Alpha est à “100% pour le ra'au Tahiti. Il n'est pas venu pour faire sa politique, il est venu pour l'intérêt de la population, et espère lui aussi qu'un jour nos ra'au soient reconnus tout comme la médecine chinoise. C'est cela le but”

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Dimanche 7 Août 2022 à 16:20 | Lu 1156 fois