Tahiti Infos

Sécurité routière : "Une vraie prise de conscience est nécessaire"


Tahiti, le 17 juillet 2022 - Alors qu'une grosse opération de contrôles de police a été menée dans la nuit de samedi à dimanche avec près de 700 véhicules contrôlés, un accident impliquant une conductrice alcoolisée en et une autre sans permis a envoyé une scootériste à l'hôpital vers trois heures du matin sur Prince Hinoï à Papeete.
 
"Les chiffres de la sécurité routière ne sont pas bons en Polynésie française", constate la direction territoriale de la police nationale (DTPN) dans un communiqué diffusé dimanche matin. "Trop de morts, trop de blessés sur nos routes. Des familles anéanties, des vies brisées." À la demande du haut-commissaire de la République, des contrôles routiers coordonnés entre les forces de l'ordre et renforcés ont été engagés depuis une dizaine de jours au fenua. Ils dureront toutes les vacances scolaires, période sensible pour l'accidentologie. Dans la nuit de samedi à dimanche, pas moins d'une trentaine de policiers nationaux de la DTPN avec leurs collègues des polices municipales de Papeete et Arue ont été déployés pour lutter contre ce fléau. En début de nuit, des contrôles quasi-systématiques ont été menés sur certains points, puis des contrôles dynamiques ciblés ont été mis en place.
 
Le bilan de la nuit fait état de 649 véhicules contrôlés dont 92 deux-roues, pour 54 dépistages d'alcoolémie dont 7 conduites sous l'empire d'un état alcoolique, 5 défaut de permis de conduire et 2 défauts d'assurance. Par ailleurs, 28 contraventions ont été dressées pour une pour un conducteur de vélo électrique sans casque.
 
Hélas, malgré ces contrôlés, un accident s'est produit vers 3 heures du matin à l'angle de la rue des Remparts et de l'avenue du Prince Hinoï à Papeete, entre trois véhicules dont un scooter. Parmi les trois conductrices impliquées, celle du deux-roues a été blessée et transportée au Centre hospitalier. Les deux autres étaient alcoolisées, dont une en dessous de la limite légale mais qui roulait sans permis de conduire. "Une vraie prise de conscience est nécessaire", déplore la DTPN dans son communiqué. "L'alcool tue, blesse, et pas que sur la route d'ailleurs, au sein même du noyau familial. Avant il est temps, après c'est trop tard."
 

le Dimanche 17 Juillet 2022 à 15:45 | Lu 2312 fois