Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Rue François Cardella : "cette rue sent la pisse, ça fait honte"



PAPEETE, 22 août 2016 - Les habitants et commerçants de Papeete se plaignent de plus en plus : les odeurs nauséabondes des rues du centre-ville sont difficiles à supporter, les commerces en pâtissent. Les croisiéristes passent forcément par "la rue de la honte" pour quitter ou regagner leur bateau, de quoi fortement écorner l'image de la ville.

Lundi matin, 8h30, le centre-ville de Papeete est déjà bien réveillé, les commerçants balaient le trottoir devant leur devanture. Rue François Cardella, qui part du front de mer pour rejoindre le marché, c'est un peu différent, les trottoirs sont humides, et derrière la forte odeur de chlore et d'Ajax, des odeurs d'urine et d'excrément viennent chatouiller les narines des passants.

L'odeur est même nauséabonde devant les échoppes fermées. Le début de la rue Cardella n'arrive pas, malgré les efforts des commerçants, à se débarrasser des relents fétides qui semblent avoir pénétrer jusqu'à l'intérieur des pavés.

"C'est insupportable!" Indique une commerçante du début de la rue, "tous les matins c'est pareil, je dois laver à grande eau parce que l'odeur est intenable, il y a de l'urine et fréquemment j'ai même droit à des petits cadeaux en prime. Pipi, caca, je ne compte plus, cela fait quand même plus de vingt ans que je tiens ma boutique et ça ne cesse de se dégrader".

Elle n'est pas la seule à se plaindre, les commerçants sont "fiu". "Cette rue, tous les touristes qui arrivent en bateau sont obligés de la prendre. C'est la rue de la honte, ça fait honte que ces gens qui viennent visiter voient et sentent ça", constate une autre commerçante de textile.

Lassés, certains commerçants et autres entrepreneurs ont envoyés individuellement des courriers à la commune afin de faire connaître leur colère. "Je n'en peux plus, c'est devenu invivable et la situation se dégrade. J'en suis à utiliser deux bidons de Clorox par semaine environ, sans compter les autres produits qu'on ajoute pour masquer l'odeur. Mais elle est impossible à faire partir, le pire c'est quand il fait chaud, on a beau avoir nettoyé à l'eau de javel, l'odeur remonte et ça pue. Les clients se plaignent et ils ont raison mais moi je ne peux rien faire de plus", déplore la commerçante.

Certains assurent même que l'odeur fait fuir leur clientèle: "Les clients me disent que maintenant ils ne viennent en centre-ville que s'ils ne peuvent vraiment pas faire autrement. Nous sommes d'accord pour balayer et entretenir notre bout de trottoir mais ce n'est pas à nous de nettoyer les besoins des autres et on voit bien que balayer ne suffit pas. Cette rue a besoin de plus que ça."

En face, un commerçant de textile refuse de nous répondre sur ces mots : "ça fait quarante ans que je suis ici et que le problème est le même. La commune ne fait rien et ce n'est pas près de changer, alors on ne va pas perdre notre temps avec ce sujet qui nous concerne mais qui n'intéresse pas les décideurs."

Au milieu de la rue, le gérant d'un snack relativise : "C'est vrai qu'il nous arrive très souvent de devoir nettoyer des excréments et que le matin ça sent l'urine, mais nous nettoyons et après ça ne sent pas." Il ajoute néanmoins, " Après, il est clair que s'il y avait plus de poubelle, il y aurait probablement moins de déchets et de saletés par terre. C'est un endroit touristique et une rue très passante, c'est dommage que ce soit ça que les touristes aient comme vitrine de la ville." Une autre commerçante qui a préféré garder l'anonymat déclare "il y a des années, les pompiers passaient, on râlait parce que l'eau passait sous les rideaux de fer, mais finalement, avec le recul, je préfère encore évacuer le peu d'eau qui est rentré dans la boutique plutôt que la situation actuelle."

Les passants quant à eux ne sont pas en reste, entre les "ça pue", "c'est dégueu" ou encore "ça sent le pipi et le caca", la rue en prend pour son grade et la mairie de Papeete avec. "Ca ne leur coûterait rien de faire passer un petit camion tous les matins avec un jet d'eau comme dans les grandes villes pour nettoyer les trottoirs", râle Teva qui travaille dans le centre-ville. Vanessa de son côté déclare: "Le problème, c'est que les touristes imaginent Tahiti et Papeete comme un paradis et ils arrivent ici et voient des rues qui sentent l'urine, des façades complètement délabrée et des panneaux tout moches partout, ça ne correspond pas du tout à ce qu'ils attendaient. Cette illusion dure deux secondes le temps de quitter le front de mer et de rentrer la ville. C'est dommage."

Quant aux touristes, quand on leur demande ce qu'ils pensent de la ville, ils déclarent : "C'est très beau, le marché est magnifique, et sent bon. La rue c'est pas trop ça. Ça sent quand même un peu fort.", Nicole Mearere vient en vacances à Tahiti depuis les années 1970 et son constat est sans appel : "Le front de mer s'est nettement amélioré. La commune a fait des efforts sur les lampadaires, et les aménagements du parc, c'est joli! Mais l'intérieur de la ville s'est dégradé. C'est beaucoup plus sale qu'avant, les odeurs sont plus fortes, c'est triste de voir tout cela se dégrader."


Remi Brillant : "Nous avons des services qui sont mobilisés en permanence notamment sur la zone du centre-ville"

Rémi Brillant, directeur général des services de la mairie de Papeete, répond à la question de la propreté des rues de Papeete et au mécontentement des commerçants de la ville.


La commune de Papeete affiche clairement sa volonté de miser sur le tourisme, la question de la propreté est-elle une question importante pour la ville ?
Notre challenge est d'accueillir les visiteurs, qu'ils soient touristes ou locaux dans de bonnes conditions d'hygiène, de propreté et de sécurité et c'est le défi que l'on a tous les jours à peu près. On est 25.000 habitants la nuit et dans la journée on doit approcher les 100.000 personnes qui travaillent, qui viennent faire les courses en ville et donc c'est un défi journalier que de faire en sorte que Papeete soit la ville accueillante que nous sommes tous en droit d'espérer.

Les commerçants, les riverains et les touristes se plaignent des odeurs d'urine dans les rues, notamment dans la rue Cardella, que fait la mairie pour résoudre ces problèmes?
Pour ça, nous avons des services qui sont mobilisés en permanence notamment sur la zone du centre-ville. Nous sommes tous les jours mobilisés et plus encore quand des bateaux de croisière sont annoncés. Nous sommes, non seulement, à assurer une présence pour la sécurité, mais aussi pour nous assurer qu'ils arrivent dans la ville et qu'ils puissent la trouver propre.

Nous avons ce souci des gens qui n'ont pas d'autre résidence sinon les rues de la ville, les SDF. C'est un sujet qui préoccupe la municipalité, nous avons une brigade chargée particulièrement des sans domiciles fixes et leur mission est de faire en sorte qu'ils ne s'approprient pas l'espace, un bout de trottoir, car ils vont avoir besoin de commodités, dormir, faire leurs besoins sur place. Or, il y a certaines zones en ville où nous avons des SDF présents.

Les commerçants sont conscients que du personnel communal vient balayer les trottoirs tous les matins, mais selon eux cela ne suffit pas…
Nous passons et arrosons au moins une à deux fois par semaine. Nous avons un camion-citerne qui arrose les rues et les trottoirs. Les opérations avec les pompiers étaient des opérations coups de poing, quand on a des manifestations, des bateaux de croisières on met les gros moyens, mais ils interviennent essentiellement dans les rues pas sur les trottoirs parce que le jet qu'ils utilisent est très puissant, l'eau passe sous les rideaux de fer et nous avons des rouspétances des commerçants.
Nous avons un système plus léger d'intervention avec un camion-citerne avec un arrosoir. C'est manuel à ce moment-là, nous sommes obligés de bloquer la rue, nous sommes obligés d'intervenir la nuit. C'est ce que nous faisons, le camion-citerne passe entre 18 h 30 et 22 h, mais ce n'est pas suffisant encore. Nous n'avons qu'un camion-citerne, nous le faisons sur le centre-ville, mais nous essayons de passer dans toute la ville sur la semaine. Nous avons un passage possible par quartier, quand c'est sensible nous essayons de passer deux fois, mais ce n'est pas toujours évident.


Certes, mais même quand le camion-citerne passe, le lendemain matin la rue est de nouveau sale…
Le problème que nous rencontrons est qu'aussitôt que nous avons nettoyé la rue, les SDF se réinstallent, se réapproprient le trottoir et reviennent avec leurs cartons. Le matin, ils font leurs besoins comme ils peuvent, à côté, dans du papier journal et donc ce n'est pas évident. Il faudrait presque être là en permanence. Pourtant, dans les quartiers centraux, il y a des toilettes publiques à proximité auxquelles ils peuvent avoir accès.
La DSP a, elle aussi, un camion arrosoir, c'est un équipement plus petit et là ils peuvent avoir des interventions ponctuelles plus facilement. Il faut intervenir au bon moment, ce que nous essayons de faire c'est que le matin la rue soit propre. Nous arrosons, là où nous devons arroser.
Nous avons fait plusieurs tentatives, le matin, très tôt, avant le réveil. Mais nous circulons tous les soirs avec notre camion-citerne.
Pour régler ce problème, il faudrait arriver à trouver une solution pour ces personnes sans-abris, les aider à se sortir de la rue et à s'insérer socialement. Nous mettons à disposition des locaux et avons des services consacrés à cela, mais là, ça dépasse les prérogatives et le cadre de la commune.

Jean-Christophe Buissou : "Toute la responsabilité ne peut être supportée que par un acteur"

Le contraste entre le nouveau front de mer et l'intérieur de la ville est fort et vient dégrader l'image que les touristes ont de Papeete et de la Polynésie, en tant que ministre du Tourisme, y a-t-il quelque chose à faire ?

La Polynésie française et Papeete se veulent être une destination touristique et sur la question de l'hygiène, il est évident que nous devons tous faire des efforts pour garder nos villes propres. Il est important que la population prenne conscience que chaque personne est actrice à l'intérieur de la stratégie de développement touristique, c'est pour cela d'ailleurs que le gouvernement a décidé de sensibiliser les jeunes de la maternelle en passant par les écoles primaires, mais aussi les jeunes de collège, lycée, sur la nécessité de tous de faire partie de cette stratégie de développement touristique en prenant conscience que l'environnement est un de nos atouts capitaux. Tout cela contribue à permettre d'avoir une destination au niveau de ce que l'on espère lorsque l'on vient visiter un pays comme le nôtre.

Papeete est la vitrine de la Polynésie, le fait que les touristes soient obligés de passer par des rues sentant les excréments et l'urine est mauvais pour l'image paradisiaque que l'on s'évertue de renvoyer au monde ?
Concernant la propreté dans les villes, il y a encore des efforts à réaliser. Il est sûr que les élus locaux et les mairies ont leur part de responsabilité au travers de la sensibilisation, mais on ne pourra gagner que si tout le monde y met du sien. Il ne faut pas croire que toute la responsabilité ne peut être supportée que par un acteur. Le maire, Michel Buillard, intervient, d'ailleurs, au travers de différentes actions dans ce sens-là.

Les autres éléments qui interpellent les touristes sont les façades qui gagneraient à être ravalées et les panneaux parfois très agressifs visuellement…
Il est clair qu'il y a beaucoup à faire notamment sur les façades et sur l'aspect accueillant. Sur le front de mer, par exemple, le ministre de l'Économie va soumettre, bientôt, un dispositif de soutien aux petits commerçants pour qu'ils opèrent un travail afin de rendre leurs devantures avenantes. Il y a un effort, c'est dans ce cadre-là qu'il faut qu'on réfléchisse et nous sommes ouverts sur les idées et propositions de la municipalité de Papeete comme celle des autres municipalités. Le travail que nous réalisons de mobilisation des consciences notamment sur l'embellissement des communes, où on a quand même de nombreuses communes participantes; montre bien que ça marche et qu'il y a une prise de conscience de la population. Il faut continuer de travailler sur les comportements individuels et puis aussi sur l'aspect urbanistique. On le voit bien dans les Caraïbes, même si ce ne sont pas des immeubles modernes et que parfois les bâtiments sont un peu vétustes, ils recherchent à être accueillant, même des monuments historiques sont retapés et les villes sont pleines de couleurs.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Lundi 22 Août 2016 à 19:00 | Lu 9747 fois





Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

27.Posté par kriss le 23/08/2016 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ tairoro : t'es souvent allé à Paris toi ... !!!!

26.Posté par Le Vieux le 23/08/2016 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arrêtez de rouspéter, et voyez pour une fois le côté positif. Tout le bonheur que vous aurez si vous marchez dedans du pied gauche, cela n'a pas de prix.

25.Posté par Popoti le 23/08/2016 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le plus important est que la ville de Papeete est jumelée avec celle de Nice et d'autres, ainsi les élus peuvent se rendre mutuellement visite en délégation avec de l'argent public. Pendant ce temps, le "nunaa" en prend plein les narines, doit éviter les chausse trappe de la splendide ville de Papeete (trottoirs sans cohérence, trous divers dans la chaussée, murs lépreux, immeubles squattés and so on....). Oui, décidément, nous sommes au top ......

24.Posté par rori hua le 23/08/2016 15:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'espece humaine engendre de la m***** continuellement, c'est sa le probleme.

23.Posté par Pascal ALBERT le 23/08/2016 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Adeline, pour ton info , les jardins de Paofai sont une réalisation du territoire ( de la Pf) et les quais du port autonome.........aucun des deux n'est le fait de la commune.........

22.Posté par boran le 23/08/2016 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils parlent de """faire des efforts vous appelez cela faire des efforts depuis quand ????
CHIER ET PISSER dans les rues n'est pas dure ,pourquoi et pourquelle raison monsieur le maire , je vais te repondre ,
IL n'y a pas de toilettes dans les coins de rue DANS TOUTE PAPEETE si une qui est inutilisable et de la merde partout

UNE HONTE mesdames et messieurs les elus pretentieux ,arrogants.et fiers de leur personnalites avec leur egos haut en couleur

les mahois et les elus sont les responsables ...........
sans commentaires par contre de ceci: tahiti record du monde de ukulele ,de bringue, de danse de violenceconjugale de paka.....

21.Posté par pitate le 23/08/2016 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Papeete traduit concrètement l'incompétence des politiques locaux (et pas que le maire), qui réclament des sous tout le temps mais ne font rien à plein temps. Mahana beach, ferme aquacole, éco-parc... les mauvaises idées fusent par contre !
La propreté est une chose et avec ces champions, on aura peut-être en Polynésie l'eau potable ou le traitement des déchets d'ici 2100.

20.Posté par boran le 23/08/2016 11:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire a été modéré, merci de votre compréhension. La rédaction

19.Posté par Lydie le 23/08/2016 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ça reste aussi un problème de non gestion par les politiques,du problème des SDF ainsi que celui des animaux errants.

18.Posté par Adeline le 23/08/2016 11:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis d'accord avec la plupart des commentaires.

Ce n'est pas qu'une seule rue qui pue, c'est presque toute la ville!
Alors oui les quais et le jardin de Paofai sont une réussite mais le reste de la ville ??

Le camion qui passe nettoie la route, pas les trottoirs ! Et mouiller les trottoirs ne les nettoient en rien sinon pire si on ne frotte pas un minimum!
Et plus de poubelles seraient déjà une aide pour éviter trop de détritus laisser par terre !
Je ne pense pas qu'engager plus de monde pour nettoyer les routes seraient de l'argent jeter par la fenêtre (emploi + rue propre)

17.Posté par ARTIMON le 23/08/2016 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De très nombreuses municipalités de métropole ont mis en place d'importantes mesures budgétaires et fiscales incitant les propriétaires et copropriétaires à effectuer des opérations de ravalements. Les résultats sont le plus souvent spectaculaires et cela donne de l'ouvrage aux maçons et aux peintres.
Personne ne s'en plaint !

16.Posté par tutua le 23/08/2016 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est complètement honteux pour les commerçants et pour les clients. Les responsables de la ville devraient mener une campagne de sensibilisation - pas du blabla - favoriser la création d'un véritable service de nettoyage et mettre en place des vespasiennes qui seront bien sûr nettoyées tous les jours. Il y a bien à la mairie de Papeete des personnes disponibles pour s'assurer que ce travail est bien effectué ...?

15.Posté par Toki le 23/08/2016 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je rigole parce que les politiques ne vont jamais à pied dans ses endroits là! Soit ils restent dans leur bureau ou voiture climatisé et envoi un platon faire leur course en ville, soit ils partents aux USA faire leur shopping! Ils sont TOTALEMENT déconnectés de la réalité.

Forcément lorsqu'on ne sent pas la pisse et la merde tous les jours en marchant dans le centre ville, on ne s'en préoccupe que très peu...

14.Posté par TOM le 23/08/2016 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'il n'y avait qu'une rue qui sentait la pisse ... la Polynésie était bien plus développée, intelligente, accueillante il y a 20 ans. Là on arrive au niveau du Nigeria et de Belize.

13.Posté par Tamatoa le 23/08/2016 09:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour une ville qui a découvert la station d'épuration en 2016 .....
Sont patients les commerçants qui ont supportés 3 années voir plus de travaux dans le centre et maintenant ch....a ciel ouvert.

Franchise ou pas moi c'est interner mon meilleur commerce. Désolé

12.Posté par Arsenik le 23/08/2016 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des années que cela dure, la Mairie n'en a rien mais alors rien à faire ....être réelu c'est tout ce qui compte.
Un camion qui passe avec un arrosoir 2x par semaine hahahahahah la crise de rire.
Vous êtes pas content pas grave, vous n'êtes qu'un râleurs...Nous on est FIERRR de notre ville, son marché et bientôt le petit train.....

Bienvenu dans le tiers-monde !

11.Posté par tairoro le 23/08/2016 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sa ne pue pas autant que Paris

10.Posté par papete le 23/08/2016 08:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette ville est a vomir, je n'y vais même plus, je commande tous sur le web.

9.Posté par Pascal ALBERT le 23/08/2016 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Difficile de chanter le rock n'roll, aller en salle de sport, faire la bringue le vendredi, se reposer longtemps et s'occuper de la mairie.
Le maire de Papeete n'a jamais été un partisan du travail , tout le monde le sait.

1ère action : mettre en place des toilettes publiques, conçues pour être faciles à nettoyer;
2: nettoyer tous les matins (eh oui toutes les grandes villes le font!)
3: proposer des hébergements de nuit pour les SDF (un simple fare suffirait)

8.Posté par yenamarre! le 23/08/2016 08:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PAPEETE est la vitrine de la HONTE de la Polynésie !
Mais le maire n'en a rien à faire !

Triste quand même de voir que le ministre Mr BOUISSOU JC intervienne avant le maire lui-même !

Aux prochaines élection !

D.E.H.O.R.S. les bons a rien !

7.Posté par ARTIMON le 23/08/2016 07:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous avons un record de hukulele et un record de tamoure inscrits au GUINESS.
Et on ne pourrait plus pisser tranquillement sur les trottoirs ????
Le tourisme c'est notre affaire à tous !
L'hygiène et la propreté aussi.

6.Posté par ZÉRO LA BARRE ! le 23/08/2016 07:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'odeur n'est que la conséquence.
Quelle est la cause ?
Laver tous les jours ne réglera pas le problème.

Et ce BOUISSOU, qui au demeurant parle très bien mais n'est rien d'autre qu'un champion du chalala, comme les autres......
Regardez juste la semaine dernière le joli mur en parpaing qui vient de pousser à côté de l'hôpital. MAGNIFIQUE !

Sommes-nous un pays qui fait vraiment tout pour son tourisme ?

.

5.Posté par utupapa le 23/08/2016 18:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La TSP et la DSP s'emploient quotidiennement, chacun dans son domaine, à nettoyer cette ville grouillante dépourvue de toilettes publics et de poubelles.

4.Posté par circonspect le 23/08/2016 04:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous avons deux SDF installés a coté de notre commerce avec un chien que nous aidons !
Mais il y a pas de toilettes public a proximité,
heureusement pour eux qu'il y a le tous les jours l'aide du Père Christophe et son équipe de bénévoles et ses structures !
La situation se dégrade vite, et les SDF sont de plus en plus jeunes !
Pour certain, volé pour eux sera ou est une nécessité !? ...

3.Posté par TAAHOA le 22/08/2016 21:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans les grandes villes des pays développés des employés communaux nettoient à grande eau les trottoirs et les routes afin que tout soit propre au petit jour pour accueillir la population.
Le maire de Papeete n'a que faire de ces odeurs. Il faudra penser à le virer lors des prochaines communales. Même sous le parking de la Mairie ça sent la pisse et le caca. Je ne comprend pas ces gens qui font leur besoin à ces endroits là. Ca doit être pareil chez eux.

1 2
Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués