Tahiti Infos

Roonui Tinirauarii dans la lignée des Bennett


“Dragon m'a fait confiance et je suis vraiment content d'être là”, explique Roonui Tinirauarii actuel meilleur buteur de Ligue 1.
“Dragon m'a fait confiance et je suis vraiment content d'être là”, explique Roonui Tinirauarii actuel meilleur buteur de Ligue 1.
Tahiti, le 23 novembre 2022 - Avec déjà 17 buts inscrits après seulement 4 journées de Ligue 1, l'avant-centre de Dragon, Roonui Tinirauarii, caracole en tête du classement des buteurs.  Le jeune homme de 25 ans, petit-fils d'Errol Bennett et neveu de Naea, perpétue ainsi la lignée des grands attaquants de la famille. “Quand tu as des champions de cette trempe à la maison t'as forcément envie de faire mieux”, confie le buteur de Titioro. 

Le football, et le sport en général, n'est pas qu'une question de génétique. Mais lorsqu'on se penche sur l'arbre généalogique de l'avant-centre de Dragon, Roonui Tinirauarii, on y retrouve deux des plus grands attaquants du football tahitien : Errol Bennett, son grand-père, et son oncle, Naea Bennett. Et comme ses glorieux ainés, l'avant-centre de Dragon est une véritable machine à marquer des buts. Cette saison, il en est déjà à 17 réalisations en seulement quatre journées de Ligue 1, dont un retentissant décuplé lors de la première journée. “Je marque dix buts contre une équipe d'Excelsior assez faible, mais les 10 buts il fallait les mettre quand même. J'étais évidemment très content de ma performance et à la fin du match je ne savais même plus combien de buts j'avais mis”, avoue le jeune homme de 25 ans. 

Dans la foulée Tinirauarii enchaine avec quatre buts face au Taiarapu FC, suivi par trois nouvelles réalisations contre Temanava. Et lors de la dernière journée de Ligue 1, jouée dimanche dernier, l'intéressé était absent car comme son grand-père et son oncle avant lui, sa religion lui interdisant de jouer le dimanche. Ce qui bloque pour le moment son compteur à 17 buts. 

“Tous leurs conseils, j'essaye de les appliquer devant le but”

Roonui Tinirauarii a commencé sa saison avec 10 buts inscrit face à Excelsior en ouverture de la Ligue 1.
Roonui Tinirauarii a commencé sa saison avec 10 buts inscrit face à Excelsior en ouverture de la Ligue 1.
Mais l'avant-centre de Dragon n'a pas attendu cette saison pour planter des buts. Pur produit de la formation de l'AS Pirae, où il a grandi avec les conseils de son oncle Naea, Tinirauarii a participé à la conquête des titres de 2020 et de 2021 sous les couleurs orange. En 2021 notamment, il a inscrit le but du sacre pour Pirae face à Vénus. En février 2022, il est du voyage au Qatar où avec ses coéquipiers il prend part à la Coupe du monde des clubs. Et au retour au fenua le buteur décide de quitter son club de toujours et de s'engager à l'AS Dragon pour y jouer sous les ordres d'Efrain Araneda. “Il y avait pas mal de concurrence en attaque et je me suis dit que c'était peut-être le moment de partir et de m'épanouir dans un autre club. Dragon et le coach Araneda m'ont fait confiance et je suis vraiment content d'être là”, confie l'intéressé. 

Bien lui en a pris parce qu'avec le maillot du club de Titioro, Tinirauarii a enquillé but sur but entre avril et juillet dernier. Et avec 38 réalisations au compteur, il a fini deuxième meilleur buteur de l'exercice derrière l'inévitable Teaonui Tehau. “Quand je suis arrivé à Dragon je me suis donné à fond. J'ai travaillé mon efficacité devant le but, je savais qu'il fallait que je progresse dans ce domaine, et ce travail paie depuis la fin de saison dernière pour moi”, explique le buteur.

Et évidemment son grand-père et son oncle ne sont jamais très loin également pour lui glisser deux, trois conseils. “Ne pas toujours frapper en force, être lucide et plus efficace, bien assurer sa première touche parce que c'est cette première touche qui détermine tout derrière.... Tous leurs conseils j'essaye de les appliquer devant le but. J'avoue que ce n'est pas toujours facile mais je travaille tout ça à l'entrainement.”

“L'objectif principal ça reste de gagner des titres avec le club”

Car si sa génétique et son talent naturel contribue à son succès, Roonui Tinirauarii n'en est pas moins un bourreau de travail. Des séances de musculation avant chaque entrainement collectif, “pour un attaquant c'est important d'être solide”, explique-t-il. “Après j'enchaine sur des séances simples devant le but avec l'idée de toujours cadrer. Et puis pendant les séances collectives j'essaye aussi de travailler au maximum mes déplacements (...). L'objectif c'est de devenir le plus complet possible.” 

Un travail qui porte pour le moment ses fruits. Tinirauarii est brillant et son club de Dragon – l'un des grands favoris pour le titre – est après cinq journées coleader de la Ligue 1 avec Vénus. Rappelons que la saison dernière, le sacre avait échappé aux joueurs de Titioro  lors de l'ultime journée face à Pirae. Ils s'étaient inclinés ensuite en finale de la Coupe de Polynésie face à leurs rivaux de Mahina. “On a raté deux titres et c'est resté en travers de notre gorge. Et quand on est footballeur c'est important de gagner des titres. Gagner le trophée de meilleur buteur c'est évidemment un objectif, mais le principal avant tout ça reste de gagner des titres avec le club”, insiste le serial buteur. “Mon grand-père aime bien me rappeler son palmarès : 8 titres de champion de Tahiti, 11 titres de meilleur buteur, des médailles d'or aux Jeux du Pacifique. Quand tu as des champions d'une telle trempe à la maison t'as forcément envie de faire mieux.” 

En attendant d'empiler les titres avec son club de Dragon, Roonui Tinirauarii continuera certainement d'empiler les buts, et cela dès vendredi face à Tamarii Punaruu. 

Du talent aussi au basket

En plus d'être très bon ballon au pied, Roonui Tinirauarii n'est pas mauvais lorsqu'il a un ballon de basket entre les mains. En plus du championnat de foot, le buteur a également disputé avec Arue la finale des play-offs en juin dernier face à Excelsior.

“Mon père Hiro Tinirauarii [également coach du club de Arue, NDLR] est basketteur et mon petit-frère Raimoana a suivi cette voie. Du coup il m'appelle pour venir aider l'équipe même si je ne m'entraine pas tous les jours avec eux, mais il compte peut-être sur mon physique. Et puis à Arue on joue qu'entre cousins donc ça fait toujours plaisir d'aller leur donner un coup de main. Après le coach à Dragon, Efrain Araneda, n'est pas content parce que je joue au basket avant les matchs de Ligue 1. Je le comprends parce que je peux me blesser ; mais le basket c'est une autre grande passion pour moi. ” 

Rédigé par Désiré Teivao le Mercredi 23 Novembre 2022 à 19:35 | Lu 1895 fois