Tahiti Infos

Référé renvoyé, la Brapac se défend


Tahiti, le 3 janvier 2021 – Le recours en référé intenté par la confédération CSIP contre l'utilisation de patentés et CDD durant la grève qui touche la Brapac et sa filiale Pacific Drinks a été renvoyé à mercredi matin. La direction des deux sociétés conteste les arguments du syndicat.
 
La grève qui touche la Brasserie du Pacifique (Brapac) et sa filiale Pacific Drinks depuis le 16 décembre dernier risque de se prolonger encore au moins quelques jours. Alors que les négociations sont au point mort, le recours en référé prévu lundi devant le tribunal de première instance par la Confédération des syndicats indépendants de Polynésie (CSIP) a été renvoyé à mercredi matin. La CSIP contestait l'utilisation de patentés et de CDD depuis le début du mouvement de grève, pour permettre aux sociétés de continuer à tourner malgré le mouvement social. Mais la Brapac conteste cette version des faits. "Les CDD ont été recrutés avant la grève et les patentés sont liés à la société depuis 2019. Ce ne sont donc pas du tout des personnes qui ont été recrutées et utilisées pour empêcher ce mouvement de grève", se défend l'avocat de la Brapac, Me Gilles Jourdainne. "Nous étions prêts à plaider, c'est le conseil de la CSIP qui a demandé ce renvoi." L'avocate de la CSIP, Me Linda Kintzler, indique de son côté que l'avocat de la Brapac lui a versé de "nouvelles conclusions" trop tardivement lundi matin, justifiant ainsi le renvoi de l'audience. Une transmission tardive pourtant également contestée par l'avocat de la Brapac.
 
En débrayage depuis maintenant deux semaines et demie, les salariés grévistes réclament l'application d'un protocole de fin de conflit de décembre 2019 portant sur la mise en place d'un comité d'entreprise, d'une grille de salaires interne et l'arrêt du recours aux prestataires, mais aussi sur des revendications plus récentes parmi lesquelles la mise en place d'un 13e mois, d'une prime d'intéressement sur les résultats, ou encore d'une prime d'encaissement pour les chauffeurs.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 3 Janvier 2022 à 11:33 | Lu 1725 fois