Tahiti Infos

Production hydro-électrique record à Tahiti


Centrale hydraulique EDT de Hitiaa
Centrale hydraulique EDT de Hitiaa
Tahiti, le 7 décembre 2021 - Aujourd’hui, la production d’énergies renouvelables (EnR) -telles que l’énergie photovoltaïque ou hydraulique- est préférée à celle d’énergies thermiques qui dépendent de combustibles fossiles. La semaine dernière, le groupe fournisseur d’électricité de Tahiti EDT Engie a observé des chiffres record quant à la production hydroélectrique de leurs centrales.
 
La semaine du 29 novembre au 5 décembre a été particulièrement satisfaisante pour le groupe Electricité de Tahiti (EDT), qui a compté 47 632 kWh d’hydroélectricité produits en une heure et 1 075 056 kWh en une journée, ce qui représente 61% de la production totale d’électricité, incluant les productions d’énergie photovoltaïque soit 7,6%, et d’énergie thermique qui compte pour 31,4%. Ces chiffres encouragent la production d’énergie hydroélectrique au profit de l’énergie thermique.

Le 2 décembre 2021, EDT a constaté un record de placement d’EnR (énergie hydraulique et photovoltaïque) sur le réseau électrique de Tahiti avec un pourcentage de 72,4% contre 27,6% d’énergie thermique. Les équipes d’EDT, de Marama Nui et du Pays voient leurs années de dur labeur porter ses fruits.
 

Diagramme circulaire illustrant le taux de production d'énergies renouvelable et thermique
Diagramme circulaire illustrant le taux de production d'énergies renouvelable et thermique
Objectif 2022 : boycotter l’utilisation des groupes thermiques
 
A partir du moment où les conditions météorologiques sont favorables, la production d’électricité thermique est réduite ; d’autant plus que le fuel lourd a été remplacé par le gasoil pour l’alimentation de la centrale de la Punaruu depuis presque un an. Au vu du projet de décarbonation énergétique mené par EDT, le but principal concerne l’abaissement du minimum technique, soit le fait d’atténuer la puissance minimum à laquelle les groupes thermiques doivent tourner afin de laisser place au placement d’EnR. De plus, les programmes Hydromax, dédiés au renouvellement et à la modernisation des centrales hydroélectriques, ont été renforcés par la “mobilisation opérationnelle continue des équipes de dispatching de la Punaruu”. L’objectif principal de cette action est “d’optimiser le verdissement du mix énergétique de Tahiti en favorisant les EnR”, ce qui amènerait une amélioration dans le bilan écologique.

En outre, la mise en service d’une “batterie de secours” nommée Putu Uira en 2022 permettra l’alimentation électrique de Tahiti en n’ayant recours qu’à un seul groupe thermique à Punaruu et dans l’idéal, aucun. Cette perspective n’est envisageable que si les énergies hydroélectrique et photovoltaïque sont en phase de forte production, c’est pour cette raison que l’équipe de Marama Nui s’investit autant sur les chantiers afin de “soutenir la croissance de sa capacité de production hydroélectrique”. La Polynésie pourrait accomplir son objectif d’ “atteindre 75% d’énergie de sources renouvelables en 2030”.
 

Rédigé par Meleana CHE FAT le Mardi 7 Décembre 2021 à 15:34 | Lu 1774 fois