Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Power, la terreur des dealers



Tahiti, le 25 juin 2021 – Le brigadier Fabrice Kimbembe et son chien Power composent la nouvelle équipe cynophile de la DSP. Formés ensemble durant trois mois en métropole, leur rapidité va représenter une grande aide lors des perquisitions. Un renfort de poids très attendu dans le cadre de la lutte contre l’ice et les produits stupéfiants. 
 
Formés durant trois mois à l’école de Canne-Écluse, l’école nationale supérieure de police, Fabrice Kimbembe et Power sont arrivés au fenua à la mi-avril. Le maître-chien et son fidèle compagnon étaient attendus depuis longtemps par la Direction de la sécurité publique (DSP). Cette unité cynophile représente un renfort de choix dans la lutte contre les produits stupéfiants en Polynésie française, deux ans après le décès, le 8 septembre 2019, du maitre-chien Loïc Ly Sao. Orpheline de son acolyte, sa chienne Jipsy ne pouvait plus opérer.  
 
45 odeurs dans le museau
 
Power va avoir trois ans dans une semaine, mais c’est loin d’être un débutant. Ce chien est spécialisé dans la recherche de stupéfiants comme la paka, l’ice, l’héroïne, la cocaïne… Il est aussi très performant pour retrouver les billets de banque (euros, francs pacifique et bientôt dollars). "Sa mémoire olfactive lui permet de retenir 45 produits différents. Actuellement, il en a déjà retenu 25. Il peut mémoriser une odeur en moins d’une minute" explique son maître. Entre Fabrice Kimbembe et Power, "ça a été ce qu’on appelle un mariage". Le maitre-chien précise que c’est surtout selon le ressenti du chien que le duo se forme. "On nous propose de nous présenter face à un animal. Selon sa réaction, on voit tout de suite si ça matche ou pas."
 
Un jeu de piste
 
Power et Fabrice ont appris à se connaître et à évoluer ensemble durant des semaines. "On s’est formés tous les deux en même temps. La formation est exigeante mais très enrichissante." A la moitié du stage et en fin de formation, le brigadier et son chien ont été évalués. "Il y avait une recherche à effectuer où l’on devait retrouver quatre produits avec un temps imparti." Le maitre est un guide observateur pour son camarade. Il surveille son comportement, et remarque s’il est sur une piste ou non. Cette recherche, c’est un jeu pour Power. Avant chacune d’elles, le maitre équipe son chien d’un harnais et lui attache une laisse spéciale. "Il a mémorisé ces étapes, donc il sait qu’on va aller bosser et il est heureux car, à chaque fin de recherche, on le récompense en lui jetant un objet à mordre. C’est son jeu ultime." Fabrice Kimbembe ajoute qu’il y a une psychologie canine à appréhender, le chien étant très intelligent."Il faut être ferme tout en étant joyeux. Un animal, c’est comme un enfant. Si on est tout le temps dur avec lui, il va être stressé et apeuré. Il faut savoir trouver le juste milieu."
 
Après deux ans de négociations, le commissaire divisionnaire Mario Banner, directeur de la DSP, se réjouit de cette arrivée. "Avec ce renfort, on va continuer notre lutte contre l’ice et tous les autres stupéfiants. On va par exemple mener des actions à l’aéroport de Faa’a, voire même au port de Papeete." Fabrice Kimbembe assure que l’efficacité de Power a déjà porté ses fruits. "Nous avons commencé à tourner en patrouille pédestre en centre-ville et il a déjà fait quelques marquages sur des personnes qui possédaient des produits stupéfiants."

Rédigé par Etienne Dorin le Vendredi 25 Juin 2021 à 17:18 | Lu 4475 fois





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Octobre 2021 - 20:02 Des histoires de "boards" par HTJ

Dimanche 17 Octobre 2021 - 19:08 ​A Hao, les permis de construire toujours valables

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus | Divers