Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Portugal-Espagne : Diego Costa a essayé, mais il n'y a qu'un Cristiano Ronaldo



Sotchi, Russie | AFP | vendredi 15/06/2018 - Un triplé contre un doublé: Diego Costa aurait bien voulu être la star du choc du premier tour du Mondial-2018, mais il n'y a qu'un Cristiano Ronaldo. le Portugal-Espagne (3-3) de vendredi à Sotchi l'a prouvé.
 

. Ronaldo, une amende et trois pralines

Un même roi pour deux pays? L'idole du Real Madrid a conquis un nouveau territoire en marquant pour la première fois face à la Roja un incroyable triplé qui le hisse encore au-dessus de ses problèmes, nombreux avant le tournoi.
Le Portugais avait d'abord laissé entrevoir son envie de quitter la Maison blanche après une finale de la Ligue des champions où Gareth Bale lui avait volé la vedette.
Derrière le joueur, le contribuable a aussi été attaqué. A quatre heures du coup d'envoi, ses avocats ont trouvé un pré-accord avec le fisc espagnol pour mettre fin aux poursuites de fraude fiscale. Le tarif, une amende de 18,8 millions d'euros et deux années de prison, a de quoi peser sur le sourire ultra bright de CR7.
Et pourtant, sur le terrain, l'attaquant aux 84 buts en 151 sélections a encore brillé - dans un tournoi qui ne lui réussit généralement pas sur le plan personnel. Il n'avait jamais marqué plus d'un but sur une édition. Sur ses trois seuls tirs cadrés, il a battu son record et conforté sa place dans l'histoire.
Déjà buteur en 2006, 2010 et 2014, il est ainsi devenu le 4e joueur à marquer dans quatre Coupes du monde de suite, aux côtés des Allemands Miroslav Klose et Uwe Seeler ainsi que le Brésilien Pelé.
CR7 a d'abord converti le penalty qu'il a provoqué (4), avant de doubler la mise d'une frappe de trente mètres mal jugée par David de Gea (44).
Mais c'est son troisième but qui restera son joyau: un magnifique coup franc dans le "money time", alors que la Roja semblait se diriger vers la victoire. Une lucarne que le portier espagnol, cette fois-ci, regardait sans bouger (88).
Il a terminé la rencontre avec une petite alerte à la cheville droite, finalement oubliée au coup de sifflet final: un grand geste de soulagement et de rage, pour lui ouvrir la voie vers une couronne mondiale, celle-ci.
 

. Diego Costa, le "bad boy" qui fait du bien

Il avait quitté le Mondial-2014 la tête basse, sans aucun but, éliminé dès la phase de poules et sifflé par le public brésilien qui lui reprochait d'avoir opté pour la Roja. Quatre ans plus tard, le revoilà au centre du tableau, dans un rôle de N.9 où il s'est pourtant longtemps senti trop engoncé.
L'avant-centre de l'Atlético de Madrid à la réputation sulfureuse semblait avoir du mal à se fondre dans le "toque" espagnol, ce tourbillon de passes qui mettait en lumière ses déficiences techniques, mais qui avait envoyé la sélection jusqu'au titre mondial de 2010.
Contre le Portugal, Costa s'est imposé sans renier son style: c'est avec son sens du combat et son goût pour les duels physiques qu'il a brillé et relancé ses coéquipiers, sonnés après l'ouverture du score rapide de Ronaldo.
Son premier but en est l'illustration: tout est parti d'un duel gagné à la limite face à Pepe, auquel il a infligé un coup de coude au niveau de la glotte (24)! Sur sa seconde banderille, il s'arrache, en renard des surfaces, pour reprendre une reprise de la tête de Sergio Busquets (54).
Des applaudissements ont accompagné sa sortie (77).
Avec 8 buts dans ses 8 dernières titularisations, Costa a mis les statistiques de son côté, et peut-être clos le débat du N.9, face à Iago Aspas et Rodrigo Moreno, pour ne plus revivre le cauchemar du Brésil.

le Vendredi 15 Juin 2018 à 09:54 | Lu 150 fois




Les Trophées du Sport 2018 | 18th IVF Va'a | Coupe du monde de football 2018