Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Polémique après la destruction de cases kanak avec des bulldozers à Nouméa



Polémique après la destruction de cases kanak avec des bulldozers à Nouméa
NOUMEA (NCL), 15 nov 2012 (AFP) - La destruction de plusieurs cases kanak dans le centre de Nouméa par des bulldozers, pour occupation illégale de terrain, suscite une polémique en Nouvelle-Calédonie.

"Cette affaire est au confluent de tous les tourments de la Nouvelle-Calédonie : le délitement des structures de la société kanak, l'envie d'en découdre pour les Européens et les reliques de l'histoire", a déclaré à l'AFP Mathias Chauchat, professeur de droit public à l'Université de Nouvelle-Calédonie.

Selon M. Chauchat, la mairie a elle aussi agi illégalement car elle n'a pas "demandé l'autorisation d'un juge" pour passer à l'action.

A l'occasion de la "fête de la Citoyenneté" le 24 septembre dernier, un accord entre les autorités et le "Comité 150 ans après" (association autochtoniste) avait permis l'édification de cases, symboles de l'identité kanak, sur une place du centre-ville de Nouméa. Leur installation devait être provisoire jusqu'au 1er octobre.

Animé par des artistes, le "village kanak" dans le centre de cette ville très européenne a rapidement suscité l'intérêt des passants et des touristes.

Initié par des jeunes kanak, un collectif "Une tribu dans la ville" s'est alors créé et a réuni quelque 18.000 signatures sur une pétition demandant le maintien des cases sur le site.

"Ces cases interpellent sur la place du Kanak dans Nouméa dont la première des préoccupations est (...) d'être la vitrine de l'urbanisme français dans le Pacifique, qui étouffe son centre-ville avec des immeubles et du béton partout", avait déclaré Lucienne Moréo See, l'une de ses membres.

Ce collectif s'est cependant retrouvé isolé après l'entente entre le Sénat coutumier kanak, le "Comité 150 ans", le gouvernement collégial où siègent des indépendantistes et la mairie pour déménager les cases sur un lieu plus excentré.

Face à "l'intransigeance" du collectif, la mairie a fini par faire détruire les cases avec des bulldozers mardi, au petit matin.

En vertu de l'accord de Nouméa (1998), un processus de décolonisation est en cours en Nouvelle-Calédonie. L'un de ses grands desseins est de faire émerger une communauté de destin au sein des 250.000 habitants de l'archipel, avant un scrutin d'autodétermination entre 2014 et 2018.

Les clivages ethniques, économiques et sociaux demeurent cependant très marqués tandis qu'une partie de la jeunesse kanak, marginalisée et en perte de repères, constitue un foyer d'inquiétude.

Rédigé par AFP le Jeudi 15 Novembre 2012 à 05:55 | Lu 1506 fois






1.Posté par emere cunning le 15/11/2012 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Animé par des artistes, le "village kanak" dans le centre de cette VILLE TRES EUROPEENNE a rapidement suscité l'intérêt des passants et des touristes."
Eh oui, pas même un petit coin de leur paradis perdu en centre ville. Il faut rappeler le moins possible qu'on est au pays des kanaks même si ça plaît aux passants et aux touristes (on le comprend, ces cases sont tellement plus belles que leurs immeubles en béton). "On est désormais chez nous, en Nouvelle Calédonie, mettez vous bien ça dans le crâne ; it's no more your land, but ours, so that's enough, get away from here back to your bush."
Et t'inquiètes pour l'autorisation du juge, ils se trouveront toujours une porte de sortie.

2.Posté par Charlie le 15/11/2012 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vraiment dommage, le collectif "une tribu dans la ville" avait des ambitions nobles et faisait un travail (de culture, de mémoire, d'animation aussi) vraiment intéressant. Quel gâchis que ce manque de concertation et cette action, brusque, sans être parvenu au préalable à une entente constructive.

3.Posté par wakrap le 15/11/2012 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ben ,c'est pas compliqué, tu veux mettre une case kanak ou lunaire, tu achètes le terrain et après tu t'installes.
Comme d'hab, un simple problème de propriété d'enfoirés qui se croient chez eux partout. Domaine public, tu demandes l'autorisation à l'autorité publique.
A mourir de rire les remarques au dessus. Ici on a l'autorité "indigène" qui tente de spolier la terre non réclamée (pour ceux qui se souviennent de la loi qu'ils ont tenté de passer en force il y a quelques mois), et le réflexe pavlovien anti colonisation.

4.Posté par Roro LEBO le 15/11/2012 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si la population a le droit de faire ce qu'elle veut sans respecter les actes prévus et acceptés pour cette cérémonie.
Si tu as un parc dans ta ville tu vas venir camper parce que tu es "local", il faut respecter les propriétés et les engagements pris pour ce sujet pour la fête de la Citoyenneté" le 24 septembre dernier mais ça ne peut pas rester des mois!

5.Posté par FOPADéKONé le 15/11/2012 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Emere, il est évident que tu ne connais rien, ni à ce sujet précis, ni à l'histoire de la Calédonie.
Conserve ta bile pour t'exprimer sur ce que tu connais bien, la Polynésie . "Avant de monter au cocotier soit sûr d'avoir les fesses propres" me disait mon "vieux lion" de grand-père. A bonne entendeuse fais gaffe à ton postérieur.

6.Posté par Calédonienne le 24/11/2012 01:04 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Artiste" ?!
Bon, passe encore mais le "coin plus excentré" se trouve à côté du port où débarquent nos touristes !
C'était du grand n'importe quoi ce SQUATTAGE et c'est bien dommage car il aurait où être d'une très grande avancée pour la culturé knk.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués