Tahiti Infos

"Plus cher d'aller aux toilettes que boire de l'eau potable"


Tahiti le 19 avril 2022 - Les habitants des quartiers allant de Nuuroa à Ti'ahura à Moorea dénoncent les prix pratiqués par la Société polynésienne des eaux et de l'assainissement (SPEA) et disent ne pas comprendre pourquoi ils paient deux à trois fois plus cher l'assainissement des eaux usées par rapport à l'eau potable. Du côté de la société privée, on explique que fournir de l'eau potable est moins cher que de traiter les eaux usées.
 
Dans la commune de Haapiti à Moorea, on comptabilise 200 maisons, hôtels ou restaurants qui sont raccordés au réseau collectif d'eau et d'assainissement. Et plusieurs d'entre eux sont mécontents et le font savoir, depuis qu'ils reçoivent leur facture bimestrielle, selon eux, exorbitantes et pouvant atteindre près de 100 000 Fcfp. Nini, qui tient une pension de famille, explique qu'une de ses factures est montée à 91 936 Fcfp, dont 55 492 Fcfp pour l'assainissement et 36 444 Fcfp pour l'eau. "C'est plus cher d'aller faire caca que de boire de l'eau propre", s'agace-t-elle. "Je suis fâchée car il faut les avoir les 100 000 Fcfp tous les deux mois". Et ceci alors que l'eau potable a parfois une odeur nauséabonde. "Je veux savoir pourquoi je paie, car des fois ça sent mauvais dans ma maison. Je me demande pourquoi l'eau sent mauvais. Et je ne sais même pas si l'eau est potable". Même durant la crise Covid, elle affirme que sans aucun client sa facture d'eau et d'assainissement s'est élevée à 80 000 Fcfp.
 
D'autres habitants de Ti'ahura à Nuuroa font le même constat. Terii (nom d'emprunt), qui réside à Ti'ahura, affirme payer 40 000 à 60 000 Fcfp tous les deux mois pour ces services. "Il vaut mieux aller dehors faire ses besoins, plutôt que d'aller aux toilettes." Il craint que le montant de sa facture ne soit dû à la fermeture des hôtels environnants. "Avant, quand il y avait des hôtels, c'était moins cher". Terii paie donc ses factures "petit à petit", "5 000 Fcfp par ci par là". "On n'en peut plus, on ne vit que pour payer nos factures. Les riches peuvent payer tout ça, mais nous on ne peut pas". Terii assure être allé plusieurs fois à la SPEA pour comprendre le montant de sa facture, mais il a eu pour simple réponse de leur part qu'il y avait "peut-être une fuite"

"Plus simple de soutirer de l'eau dans un captage"

Du côté de la SPEA, Jean-Pierre Le Loch, le directeur des opérations de la Polynésienne des eaux à Moorea, explique effectivement qu'il est "plus simple de soutirer de l'eau dans un captage de rivière ou un forage et de la traiter avec du chlore", alors que "pour les eaux usées il faut tout un processus pour purifier l'eau et pouvoir ensuite la rejeter en milieu naturel". À cela il faut ajouter, les ressources
humaines et les frais de fonctionnement de la station d'épuration. Il explique que la facture de l'assainissement est calculée sur la consommation d'eau potable. "C'est une moyenne qui est établie et qui sert de calcul pour passer du montant de l'eau potable au montant de l'assainissement".
Le directeur de la SPEA à Moorea explique également que si la facture est élevée, c'est parce qu'il y a des fuites. "C'est dommage, car on paie l'eau qui n'est pas consommée. Par contre, cette eau est comptabilisé quand même dans l'assainissement", assure-t-il. Jean-Pierre Le Loch assure également que pour maîtriser sa facture d'assainissement, il faut impérativement maîtriser celle de l'eau potable. Il veut rassurer leur clientèle sur le fait que la fermeture de quelques hôtels à Haapiti n'a eu aucune conséquence sur leurs factures. "Cela a impacté l'équilibre quelque part, mais cela n'a pas impacté la facturation sur le secteur. Ce n'est pas au client à supporter les pertes et déficits." Enfin, Jean-Pierre Le Loch précise que la commune de Moorea-Maiao, qui définit les tarifs de ce service avec l'appui du fermier, n'a pas augmenté les prix depuis la mise en place du réseau collectif à Moorea.

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mardi 19 Avril 2022 à 22:43 | Lu 5775 fois