Tahiti Infos

Philippe Peltier inspiré par le peuple de l’eau


TAHITI, le 19 octobre 2021 - La nouvelle exposition de Philippe Peltier s’intitule Te Nuna’a no te Pape – le peuple de l’eau. Elle a lieu au Chevalet et démarrera ce samedi. Comme à son habitude, le peintre a immortalisé des scènes de vie polynésienne. Elles se passent en mer ou en rivière, à Tahiti et dans les îles.

De très nombreuses activités sont en lien avec l’eau en Polynésie, qu’il s’agisse de l’eau de la mer ou de l’eau des rivières”, décrit l’artiste-peintre Philippe Peltier. Il illustre ses propos en décrivant des scènes de pêche, de repos, de baignade, de tama’a. Pour s’exprimer, il utilise couleurs et pinceaux. Grâce à eux, il montre la vie des gens.

Pour travailler, Philippe Peltier puise dans un important stock de sculptures, photographies, dessins. Quand il tombe sur un endroit qui lui plaît, un paysage qui sort un peu de l’ordinaire pour une raison quelconque, il dégaine son appareil photographique pour enrichir ses archives.

Ensuite, lorsqu’il se pose devant son chevalet, il fait “un peu comme en cuisine”, plaisante-t-il. “C’est-à-dire que j’ai un objectif, une idée générale du plat et des ingrédients que j’assemble.” Ainsi sont nées les 28 toiles du rendez-vous 2021. Les paysages, une fois encore, sont peints de telle sorte que le visiteur puisse reconnaître les endroits qu’il apprécie. Il s’agit de paysages, notamment des rivières et des lagons, présents à Tahiti, Moorea, Maupiti, Bora Bora, Rurutu, aux Tuamotu…

Une vie dédiée à la peinture


Philippe Peltier est originaire de la région nantaise. Il peint depuis qu’il est petit. Il se rappelle qu’à l’école “Les autres élèves étaient invités à se déplacer pour voir ce que je faisais. Je devenais tout rouge !” À l’âge de 15 ans, sa sœur lui a offert une boîte de peinture à l’huile et l’a encouragé à exploiter son don. Ensuite tout s’est enchaîné. Les premiers traits, maladroits, ont évolué avec la pratique. Ils se sont affinés et affirmés. Il a exposé ses premières œuvres à la Baule, en France. “Mes tableaux d’alors étaient très dépouillés, entre ciel et mer.”

C’est le film Tabu, visionné à l’adolescence, qui est à l’origine chez lui d’un véritable “coup de foudre” pour la Polynésie. Philippe Peltier a pu dès 1983 réaliser ce qui était alors un rêve. Une fois sur le territoire, il a fait de la peinture sur des vêtements. Ensuite, il a été inspiré par des thèmes religieux et a peint des icones. Il réalisait également des portraits sur commande.

Il expose à la galerie du Chevalet depuis 2013. Philippe Peltier a présenté à cette occasion 71 petits formats sur le thème “Nostalgie…la Polynésie aux temps anciens”. Depuis, il revient régulièrement pour des expositions individuelles ou collectives. La dernière exposition individuelle a eu lieu en 2020. Elle avait pour thème Au Vent des archipels.

Nouveauté

Le peintre propose un catalogue raisonné de son exposition. C’est une première pour lui. Un catalogue raisonné est un répertoire exhaustif des œuvres réalisées par un artiste en particulier. Celui de l’exposition Te Nuna’a no te Pape comporte 20 pages. Il est en vente à la galerie.

Pratique

Du 23 octobre au 2 novembre.
À la galerie du Chevalet. Entrée libre.
Horaires. Le lundi de 13h30 à 17h30, le mardi, mercredi, jeudi, de 8 heures à midi, de 13h30 à 17h30, le vendredi de 8 heures à midi et de 13h30 à 16h30 et le samedi de 8 heures à midi.
Un vernissage avec l’artiste, aura lieu samedi 23 octobre à partir de 8 heures, dans le respect des gestes barrières.

Contacts

Site internet de la galerie
Tél. : 40 42 12 55 ou 87 77 52 06
[email protected]


Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 19 Octobre 2021 à 19:13 | Lu 767 fois