Tahiti Infos

Philip Schyle visé par une enquête


Tahiti, le 27 octobre 2021 – Le représentant Tapura et ancien maire de Arue, Philip Schyle, ainsi que plusieurs de ses élus municipaux ont été placés en garde à vue le 30 septembre dernier à la section de recherche de la gendarmerie dans le cadre d'une enquête préliminaire pour “prise illégale d'intérêts” portant sur le versement de deux subventions de 6 et 5 millions de Fcfp pour la course de va'a Tetiaroa Royal Race en 2016 et 2018.
 
L'information était passée jusqu'ici inaperçue, l'ancien maire de Arue et représentant Tapura à l'assemblée, Philip Schyle, a été placé en garde à vue avec plusieurs de ses élus municipaux le 30 septembre dernier dans les locaux de la section de recherche de la gendarmerie à Papeete. L'ancien édile et quatre autres suspects ont été entendus dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Papeete en octobre 2020 pour “prise illégale d'intérêts”, à la suite d'une plainte de l'actuelle maire de Arue et représentante Tahoera'a, Teura Iriti.
 
Peu de temps après son arrivée à la mairie de Arue, la nouvelle tavana avait déposé deux plaintes contre l'équipe sortante de Philip Schyle. L'une d'entre elle a éveillé la curiosité du parquet. Elle concerne les conditions d'octroi de subventions à l'association Tetiaroa Royal Race, mise en place pour l'organisation de la course de va'a entre Tahiti et l'atoll de Marlon Brando. Plus précisément, la plainte dénonce le vote de subventions à cette association par la conseillère municipale Jenna Punaa épouse Demary alors que son mari était le trésorier de l'association. Plus généralement, la plainte pointe du doigt la présence de conseillers municipaux et agents de la commune au sein de l'association.
 
Deux subventions dans le viseur
 
Le mois dernier, ce sont donc Philip Schyle et les élus Frédéric Dafniet, Teva Despériers, Jenna Punaa Demary, mais pas son mari à assuré ce dernier à Tahiti Infos, qui ont été entendus pendant plusieurs heures par les enquêteurs. Selon nos informations, les investigations portent principalement sur l'utilisation par l'association de deux subventions de six et cinq millions de Fcfp votées en 2016 et 2018 par le conseil municipal dont elle bénéficia pour l'organisation de la course de va'a.
 
Interrogé par Tahiti Infos en octobre 2020, l'ancien maire Philip Schyle s'était brièvement exprimé sur ces subventions. “En soi, il n'y a pas d'interdiction pour un élu d'être membre d'une association. Après, ce qui est essentiel, c'est de vérifier que l'élu n'a pas participé à la prise de décisions concernant ces subventions. C'est à dire qu'il n'ait pas été présent lorsque le conseil municipal s'est réuni et qu'il n'ait pas participé au vote des subventions.” L'ancien tāvana concédait à l'époque qu'il était “plutôt recommandé que les élus ne fassent pas partie des associations bénéficiaires de subventions et plus particulièrement que ces élus ne fassent pas partie des dirigeants de l'association”.
 
À trop attendre…
 
Cette affaire intervient dans un contexte politique très tendu à Arue, dans l'attente imminente de la décision du Conseil d'Etat sur l'annulation des élections municipales de 2020 en raison de l'affaire des procurations illégales du clan de Teura Iriti. Paradoxalement, l'ancien tāvana Philip Schyle avait opté pour un recours contre l'annulation des élections par le tribunal administratif en espérant gagner du temps pour que son opposante soit rattrapée par le volet pénal de cette affaire des procurations. Or à quelques semaines d'inévitables nouvelles élections municipales, il se retrouve désormais également empêtré dans une affaire judiciaire dont il se serait bien passé…
 

Rédigé par Garance Colbert et Antoine Samoyeau le Jeudi 28 Octobre 2021 à 15:23 | Lu 5785 fois