Tahiti Infos

Péréquation des tarifs de l'électricité : Bora Bora se met au diapason


Tahiti, le 5 décembre 2021 – La commune de Bora Bora a adhéré vendredi au dispositif de péréquation des tarifs de l’électricité qui entre en vigueur au 1er janvier 2022. C’est la première commune polynésienne à intégrer ce nouveau système. Les autres ont encore trois semaines pour y adhérer.
 

Vendredi matin, le tāvana de Bora Bora a signé avec le Pays et EDT-Engie la convention tripartite qui marque l’entrée de la perle des Raromatai dès le 1er janvier, dans le système de péréquation sur l’électricité. L’île est ainsi la première commune polynésienne à adhérer au mécanisme de rééquilibrage qui entend mettre au diapason le secteur de l’électricité sur l’ensemble du territoire, dès le mois prochain. Gaston Tong Sang ouvre la marche, mais “on attend encore 39 communes”, a observé vendredi matin le ministre en charge des énergies, Yvonnick Raffin. 
Et le temps est dorénavant compté. Les dispositions de la loi du Pays sur la péréquation pour les tarifs de l'électricité entrent en vigueur le 1er janvier 2022. Pour en bénéficier dès lors, les communes et les gestionnaires de réseaux ont jusqu’au 24 décembre pour conclure avec le Pays une convention d’adhésion, au risque de ne pouvoir profiter des avantages financiers offerts par ce système. Pourtant, les retardataires devront payer la taxe de péréquation : “C’est la loi”, a martelé vendredi matin Yvonnick Raffin, avec Gaston Tong Sang en relai : “D’où l’intérêt d’aller vite.

Ce mécanisme de péréquation sur l’électricité doit permettre à partir de janvier un rééquilibrage des tarifs entre Tahiti-Nord, qui bénéficie d'une électricité produite à moindre frais, avec son grand nombre d'usagers, et les autres îles dont l'éloignement et la faible démographie pèsent sur les coûts de production et de distribution. Le système repose d'un côté sur une taxe de solidarité payable par tous les usagers du service public de l’électricité, et de l’autre sur une subvention d'équilibre reversée, en fonction du coût réel de l'électricité, aux communes et aux gestionnaires de réseaux qui auront adhéré au système.
 
6,3 Fcfp par kWh
 
Dès le 1er janvier 2022, une Contribution de solidarité sur l’électricité (CSE) de 6,3 Fcfp par kilowatt-heure (kWh) sera ainsi prélevée auprès des 100 000 foyers raccordés à l’électricité en Polynésie. Notons au passage que pour les 19 réseaux actuellement sous concession directe ou indirecte avec EDT-Engie l’impact réel de cette nouvelle taxe sera de +0,27 Fcfp/kWh. Cela concerne les usagers des réseaux Sécosud, Tahiti-Nord, Ua Huka, Hao, Maupiti, Bora Bora, Tubuai, Rimatara, Raivavae, Nuku Hiva, Ua Pou, Hiva Oa, Moorea, Huahine, Tumaraa, Taputapuatea, Tahaa, Rurutu, Rangiroa. Un prélèvement de 6,03 Fcfp/kWh leurs étant en effet déjà facturé par EDT pour les besoins de son système de péréquation interne. 

On estime à un peu moins de 4 milliards de Fcfp le rendement de la CSE en 2022. Cette évaluation est basée sur la consommation électrique constatée en Polynésie en 2019. Une manne fléchée par le Pays vers le compte d’affectation spéciale destiné à financer le système de péréquation de l’électricité sur l’ensemble du territoire. Concrètement, hormis à Tahiti-Nord, il s’agira d’une subvention d'équilibre reversée aux communes ayant adhéré au système. Reste qu’en acceptant la péréquation, ces collectivités auront aussi l’obligation d’adopter une grille tarifaire calée (+/- 20%) sur un prix de référence de 30,99 Fcfp/kWh en 2022. De sorte que l’entrée en vigueur de cette CSE devrait correspondre, pour les usagers de nombre de petits réseaux îliens, à une baisse du tarif de l’électricité en dépit du prélèvement de cette taxe. 
 
Marge budgétaire
 
Mais en harmonisant les tarifs facturés aux usagers des 57 réseaux électriques répartis dans les cinq archipels polynésiens, si ce nouveau système promet de créer un contexte propice à une meilleure concurrence dans le secteur de l'énergie, il vise surtout à permettre aux communes, quel que soit leur mode de gestion, de combler leurs déficits d’exploitation du service public d’électricité.

A Bora Bora, “nos usagers ne paient pas plus cher l’électricité qu’à Tahiti”, explique Gaston Tong Sang. “Pourtant, les coûts de production et de distribution sont plus élevés, en raison de l’éloignement par rapport à Tahiti. Les déficits d’exploitation de notre centrale et du réseau de distribution seront absorbés par la péréquation”. Sur la base de sa consommation 2020, la commune envisage de verser l’année prochaine 275 millions de Fcfp de CSE en contrepartie d’une subvention d’équilibre de 387 millions de Fcfp du fonds de péréquation pour l’électricité. Résultat : la commune table sur 112 millions de Fcfp de marge budgétaire dégagée sur l’année. Et autant de moyens pour entretenir ses infrastructures électriques.

L’importante activité hôtelière de l’île place Bora Bora au rang des consommateurs de premier ordre en Polynésie. Avec plus de 32 gigawatt-heures (GWh) vendus en 2020, la Perle des Raromatai pèse pour près de 19% de la consommation électrique des îles, hors Tahiti. 

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Dimanche 5 Décembre 2021 à 20:28 | Lu 795 fois