Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Pays associé : Gaston Flosse présente son rêve statutaire



Gaston Flosse a présenté jeudi son projet d’évolution du statut d’autonomie vers celui de Pays associé. Un texte dont l’avenir est très incertain aujourd’hui.
Gaston Flosse a présenté jeudi son projet d’évolution du statut d’autonomie vers celui de Pays associé. Un texte dont l’avenir est très incertain aujourd’hui.
PAPEETE, 10 mars 2016 - Gaston Flosse a fait la démonstration, jeudi matin au siège du Tahoera’a Huiraatira, des vertus d'un projet de loi constitutionnelle devant ouvrir la voie à l’évolution du statut d’autonomie de la Polynésie française vers celui de Pays associé à la France.

"Cet exercice-là, c’est la quatrième fois que je le fais", a rappelé Gaston Flosse au cours d’un exposé de plus de deux heures au sujet des vertus du statut de Pays associé, comme évolution ultime du statut d’autonomie de la Polynésie française au sein de la République : "Une première fois devant le bureau exécutif du Tahoera’a, voté à l’unanimité ; puis devant le conseil politique, voté à l’unanimité des 180 présents, moins une voix ; et hier soir devant le grand conseil, avec une unanimité pour".

Le Tahoera’a semble massivement d’accord pour provoquer cette évolution statutaire. Comme le rappelait Gaston Flosse, lors du procès en correctionnelle de l’affaire des annuaires de l’OPT : "Le Tahoera’a, c’est moi !". Mais, détail remarquable, jeudi matin, le président délégué du parti, Marcel Tuihani, a privilégié une intervention sur le plateau de Radio 1, de 10 h 45 à midi, alors que la police perquisitionnait la présidence de l’assemblée dans le cadre d’une enquête préliminaire et qu’une chaise vide était réservée à son attention au siège du Tahoera’a…

Présentées à la presse jeudi matin, les explications détaillées du statut de Pays associé que concocte le parti orange depuis plusieurs mois ont été adressées par courrier à tous les groupes politiques de l’assemblée, au haut-commissaire, au gouvernement Fritch et aux associations Moruroa e tatou et 193. "Ca, c’est de la transparence", s’est amusé le Vieux Lion.

Si Gaston Flosse annonce qu’il prend dorénavant son "bâton de pèlerin" pour informer la population dans les mois qui viennent, cet exposé surgit aujourd’hui dans un contexte assez défavorable politiquement. Le président Fritch a clairement précisé qu’il n’était pas sur la même ligne idéologique que son ancien mentor, quant à cette question statutaire. Sa majorité à l’assemblée se posera en obstacle à toute évocation à Tarahoi. Attitude en quoi il rejoint la position soutenue par Paris, où on œuvre actuellement à un "dépoussiérage" de la loi statutaire modifiée de 2004.

Lire aussi : "Ah, vous savez, c’est dur d’être français !" (Flosse)

Depuis janvier 2015, une proposition de résolution portée par le Tahoera’a pour une évolution statutaire doit être examinée à Tarahoi. Compte tenu du trop faible soutien dont il serait l'objet, ce texte dort encore au fond d’un tiroir du côté de la présidence de l’assemblée et n’a jamais risqué d’être soumis à la critique en séance plénière.

Car Gaston Flosse ne peut guère espérer plus de soutien du côté des indépendantistes. Oscar Temaru le rappelait dernièrement : il souhaite l’accession de la Polynésie au statut d’Etat souverain. La collectivité, une fois indépendante, pourrait s’associer entre autres à la France.

"Enchâssée" au sein de la constitution

Le Pays associé voulu par le Tahoera’a est au contraire une évolution statutaire, assortie de compétences élargies et d’une organisation institutionnelle renforcée. "L’Etat n’abandonne pas ses prérogatives, il les délègue dans le cadre de la Constitution et sous le contrôle du conseil constitutionnel, garant de l’équilibre nouveau", précise-t-on, tandis que le statut d’Etat associé ne s’entend qu’après accession de la collectivité à une souveraineté pleine et entière, dans le cadre d’un accord de coopération.

Présenté comme la clé du développement futur de la collectivité, selon Gaston Flosse le statut de Pays associé laisserait à l’Etat les compétences régaliennes sur la monnaie, la justice, l’ordre public. Il abandonnerait à la France la charge du système polynésien de l’éducation (65 milliards Fcfp par an) mais donnerait au Pays une stature renforcée "enchâssée" au sein de la constitution française avec la capacité de rendre la justice en matière de droit foncier, de droit du travail ou de préférence locale. Rien ne pourrait plus être décidé à Paris sans l’accord du président du Pays, de l’assemblée ou de la population consultée par référendum.

Ce projet de statut prévoit également de graver la dette nucléaire dans le marbre de la Constitution française, dans les conditions décrites par la résolution du 27 novembre 2014, sur les conséquences environnementales.

Ce nouveau statut prévoit, outre celle des représentants de l’assemblée, l’élection d’un président de la Polynésie française au suffrage universel, chef de l’exécutif et compétent en matière de politique étrangère.
Détail intéressant : le Pays s’octroie aussi la capacité de pouvoir "remercier" des agents de la fonction publique d’Etat. Un procureur qui serait trop gênant, par exemple.

Cette modification statutaire s’appuierait en préalable sur une "loi fondamentale" qui viendrait modifier l’article 74 de la Constitution française. Vaste sujet en soi : celle-ci devrait être votée par le parlement français, réuni en congrès. Ensuite, les institutions locales, sous le régime du statut d’autonomie de 2004, disposeraient d’un an pour coucher les nouvelles dispositions de cette "loi fondamentale" dans le cadre d’un nouveau statut de Pays associé. Un pays rebaptisé "Tahiti Nui-Polynésie française".

On le sent bien : la route est semée d’obstacles, devant ce projet statutaire. Un rêve autonomiste dont les chances de réalisation ne sont pour l'heure qu'à la mesure des rares soutiens politiques qui le portent au plan local.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Jeudi 10 Mars 2016 à 16:11 | Lu 3971 fois

Tags : STATUT





Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

32.Posté par emere cunning le 12/03/2016 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Pito,
ce sont les bêtes et fainéasses qui nous emm....
Vous n'avez aucune ambition pour ce pays, ni idée, ni projet, juste des visées sur le parti. Hupehupe ma !

31.Posté par Zembla le 12/03/2016 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nos deux vieux compères semblent touchés par la même pathologie : Le syndrome de Pakumotu.
Ne pourrait-on pas les mettre à la retraite ces deux là ? Remarquez comment l'un s'est permis d'engager notre futur et celui de nos enfants à NY sans prendre la peine de nous demander notre avis ! Et voila que l'autre en fait de même en sortant son projet qui nous concerne tout autant mais dont il se passe, lui aussi, royalement, de recueillir notre avis. Dans les deux cas c'est une atteinte grave à nos libertés et à la démocratie, un manque de respect pour le peuple que nous sommes. Le genre de truc qui pouvait peut être passer avant, quand la parole nous était interdite, mais ça, c'était avant !

30.Posté par Vai le 12/03/2016 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

P26 Teiki : L'indépendance est possible uniquement si la population est disposée à en payer le prix. Notre balance commerciale parle d'elle même : Importations = 90% Exportations = 10%. Nous n'avons aucune ressource naturelle vendable sur le marché intl, nos capacités de prod agricole sont limitées par notre géographie. Notre tissu industriel est lilliputien et hyper dépendant. Indépendants, la valeur de change de notre monnaie ne serait plus soutenu artificiellement par la France et dégringolerait de 90% de sa valeur actuelle, entrainant l'effondrement de notre économie et de notre niveau de vie. Un tel sacrifice est-il viable pour que nos vieux puissent régner sur nous en maitres incontestés et à vie ?

29.Posté par emere cunning le 11/03/2016 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Chaval,
entièrement d'accord, mais s'il y a une chose que la France n'acceptera JAMAIS, c'est bien que le président de la Polynésie soit l'élu du Peuple comme son président. Pas besoin de dessin pour piger ça.
@ Fiu !!!
Justement, 32 ans, notre autonomie vient de naître, La France elle a des siècles d'avance sur nous... Et tout roule? Non, le chômage continue de grimper, l'industrie plonge, l'agriculture... et je te laisse continuer. C'est la cata comme tu le sais. So, un peu beaucoup fiu de vos leçons.
@ Le vieux,
être condamné, mis en prison et même exilé PAR LA FRANCE sera bientôt la meilleure garantie qu'un homme pourra fournir de son innocence aux yeux du monde, sais-tu cela ?

28.Posté par tortue verte le 11/03/2016 15:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

post 26 : oui, bien sûr, mais à beaucoup de conditions.
La première c'est qu'elle soit voulue par la majorité, de manière durable
La seconde c'est que l'indépendance économique soit acquise avant de décider de l'indépendance politique, parce que sinon la question est biaisée. Et pour cela il y a beaucoup de travail : il faut obliger la France à assurer l'indépendance économique de la PF au lieu de la perfuser pour la maintenir dans un état de dépendance économique, ET en parallèle il faut que les responsables politiques polynésiens soient irréprochables dans la gestion - et au vu des différentes affaires touchant les plus hauts élus, il y a une vraie révolution à faire dans les mentalités et dans les pratiques à ce niveau là.

27.Posté par pif paf le 11/03/2016 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il aura du mal à incarner l'avenir !

26.Posté par teiki le 11/03/2016 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

selon vous:une indépendance viable, est elle possible pour la Polynésie?

25.Posté par tortue verte le 11/03/2016 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un statut bien flou et bien hypocrite, mais surtout fait pour le ramener au pouvoir malgré ses condamnations d'inéligibilité et contourner celles-ci. Changer le statut du pays juste pour pouvoir "régner", sans se soucier des conséquences pour son peuple, c'est très déraisonnable... On commence à voir des dérives à la pakumotu...Triste fin politique pour un homme qui a été au sommet... et qui n'a pas su se retirer.

24.Posté par lolo98719 le 11/03/2016 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il commence à fumer la moquette le vieux, à moins que ce soit sa fourrure. Il veut peut être récupérer la vaisselle. En tout cas il veux le beurre, l'argent du beurre et la crémière, je ne pense pas que Matignon abondera dans ce sens, par ailleurs beaucoup d’électeurs ne vont plus se reconnaitre parmi son interprétation de l'autonomie. On ne donne pas les clés de sa maison à un voleur.

23.Posté par Zikouille le 11/03/2016 13:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Caaaaataaastrophe....je n'ai pas ce que je veux...j'ai mal au choux alors je veux faire comme Oscar.
Bref pseudo indépendance : on veut juste l'agent de la France pas du reste !

Département ce serait plus simple pour tout le monde.

22.Posté par Alain STACHLER le 11/03/2016 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fiuroa
He oui Fui!, comme le CD, ça ressemble a de l'alcool, ça en a le gout, la couleur et l'odeur mais ça n'en est pas!
C'est pas comme le caca qui lui des que ça y ressemble, gout, couleur et odeur, en général ça en est.
Mais ici se pourrait-il que cela en soit?
En tout cas on dirait bien!
Et si ça se confirme, je vous annonce que nous sommes dans la M.E.R.D.E...!

21.Posté par Alain STACHLER le 11/03/2016 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fiuroa
En fait, la différence fondamentale entre GF et OT réside dans le fait que OT pourrait s'associer a la France tandis que GT lui, dit s'associer a elle.
OT on le sait privilégiera la NZ a laquelle il appartient.
Dans les deux cas il n'y a pas de souveraineté complète mais des fils a la patte et on connait le cout de ces fils...

20.Posté par Du rêve à la réalité le 11/03/2016 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

« Un procureur qui serait trop gênant, par exemple »
Un procureur qui est payé pour faire de la politique comme il ne s’en pond plus qu’en France n’est pas gênant, IL N’A TOUT SIMPLEMENT PAS SA PLACE dans une JUSTICE qui se doit d’être INDEPENDANTE. OU alors qu’il s’enfile sa casquette bleu sarkozyste ou rouge hollandiste avant de venir siéger au Tribunal, et les choses seront claires. Et la France restera la risée du monde.

19.Posté par Du rêve à la réalité le 11/03/2016 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On disait aussi de Gastounet qu’il rêvait quand il a demandé qu'un polynésien dirige ce pays avec de réelles compétences. Ce n'était pas un scandale ou du délire, c’était juste TAPU d'oser LE PENSER. Et aujourd'hui, qui trouve anormal qu'un polynésien dirige SON pays ??? Mis à part choa ia ces chères têtes blondes chéries adorées de mon coeur. One thing is sure, grâce à nos présidents polynésiens, notre pays a évolué dans l'intérêt prioritaire des polynésiens. Encore un rêve à la Gastonito les 18 milliards FCP de la bombe atomique que la France a fait péter dans son seul intérêt militaire et civil, et à notre détriment vu l’héritage dont on déguste encore les conséquences. And it became reality;

18.Posté par Vai le 11/03/2016 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faudrait qu'un jour ils apprennent ce qu'est la démocratie. Ces deux vieux oublient qu'ils ne sont pas des monarques et que nous ne sommes pas leurs sujets corvéables à merci, mais des électeurs dans une démocratie républicaine. En réalité c'est ça qu'ils veulent changer. Tout ce qui les contraints ils n'aiment pas. Bref, entre le roi pakumotu et ces deux vieux qui ont foiré les 35 dernières années, il n'y a finalement aucune différence. Des vrais Bokassa en puissance. Honte à eux, honte aux serfs qui les suivent.

17.Posté par paku le 11/03/2016 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un autonomiste condamné comme notre psésident autonomiste condamné et peu etre aussi le président aotonomiste de l"assemblé
sauce autonomie

16.Posté par Le vieux le 11/03/2016 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi, je propose qu'une seule et unique chose; Pour briguer un mandat, pour se présenter ou se représenter a une élection quelque soit cette élection, l'OBLIGATION d'avoir un CASIER JUDICIAIRE VIERGE comme cela est obligatoire a plus de trois cent professions, pompier, infirmier, fonctionnaire etc, etc.... C'est la moindre des choses lorsqu'on prétend vouloir gérer les biens d'une nation, d'un pays ou d'un peuple. BOYCOTTEZ tous ceux qui ne vous pressentent pas un tel document.

15.Posté par ZORRO le 11/03/2016 08:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ton rêve maladif et obsessionnel


ce sera le CAUCHEMAR , pour nous citoyens français et polynésiens de ce FENUA




14.Posté par simone grand le 11/03/2016 08:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'il faut revoir le statut du Pays c'est uniquement pour supprimer la clause de prise en charge des frais de justice d'un responsable politique pris la main dans le pot de confitures.
Vous verrez, ça désengorgera les tribunaux

13.Posté par VATEA le 11/03/2016 08:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on exploite même pas 30 % du statut d'autonomie ... çà s''appelle de la présence médiatique uniquement
c'est bon , va faire ton jardin et donner à manger à tes poules
certes , nous n'avons pas les meilleurs aux commandes du pays mais on peut dire ... les moins pires !!!!

12.Posté par Chaval le 11/03/2016 06:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui me parait bien pour le pays c'est l'élection du Président de la Polynésie Française au suffrage universel, ainsi les Polynésiens seront les seuls à choisir leur président, ce qui éviterait bien des magouilles et des arrangements entre les divers partis, avec les "Je change de couleur parce que c'est mieux là ça me rapporte plus, le pays je m'en fous "
Un président élu au suffrage du peuple mettrait fin au rêve des indépendantistes car ce ne serait que le reflet du désir de la population, au même titre qu'un référendum.

11.Posté par Fiu!!! le 11/03/2016 06:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

6 ans, pour pondre 21 pages d’un statut de pseudo-république bananière !

Après 32 ans d'autonomie, les gouvernements successifs ont montré leur inaptitude à développer le Péï, malgré les transferts massifs de l'État, pendant ou post CEP. Une faible partie de ces transferts a été réellement investie. Le reste s'est évaporé en projets inutiles, en frais de fonctionnement ou détourné au profit d'une minorité locale ou importée, alliées de circonstance. Le contrôle de l’État est resté « souple », fidèle au principe du « pas de vagues ».
Cette proposition de nouveau statut a pour but d’échapper complètement à tout contrôle et donc de pérenniser un système clanique, le clientélisme et le copinage.

À côté de l’indépendance à la sauce Oscarito, voici l’indépendance Canada dry à la sauce Gastonito.

10.Posté par utupapa le 11/03/2016 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout ça ce n'est que mise en scène pour que les poursuites judiciaires consécutives à sa gestion calamiteuse des affaires du pays soient présentées comme des attaques de l'état souverain envers ce nouveau martyr de la cause polynésienne émancipée. Aidé par un entourage politique sans scrupule, la grande manœuvre pour duper l'opinion publique est lancée.

9.Posté par rhumcoke le 10/03/2016 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ceci est un projet personnel pour se protéger judiciairement, d'autres ont essayé et quelques uns ont réussi Mussolini , Franco et j'en passe.Il faut règler ce probléme d'indépendance , d'autonomie , d'Etat associé , de départementalisation ou autres, d'une façon simple qui permettra a tous bords de s'exprimer soit : inscrire dans la constitution le droit à chaque génération donc tous les 20 ans de s'exprimer sur le sujet par référendum , si le suffrage pour l'indépendance l'emporte , laisser au pays 10 années pour la préparer. Du coups la visibilité des investisseurs , entrepreneurs etc. est claire et dans ce cas nous verrons ceux qui croient en ce Pays et ceux qui ne sont ici que pour faire de l'argent.

8.Posté par Taero le 10/03/2016 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà, c'est officialisé, Flosse et le Tahoeraa sont indépendantistes et Gaston veut retrouver le pouvoir en se proclamant le roi.
A quand la création d'un asile psychiatrique pour des cas pathologique de cette espèce ?

1 2 3 4 5
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Novembre 2020 - 20:18 ​ Une messe commune pour deux enterrements

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus