Tahiti Infos

Pas de sanctions pour le "roaming" d'Onati dans les îles


Tahiti, le 16 décembre 2021 - L'autorité polynésienne de la concurrence a rendu cette semaine une décision estimant que les prestations imposées par Onati à ses concurrents sur l'itinérance -le "roaming"- dans les îles étaient "susceptibles" de constituer un abus de position dominante, mais a refusé de prendre les mesures conservatoires demandées par le concurrent Vodafone.
 
L'Autorité polynésienne de la concurrence (APC) a vivement critiqué cette semaine les "prestations d'itinérance" imposées par l'opérateur de téléphonie de l'OPT à ses concurrents dans "sept îles des Tuamotu et Marquises reliées par le câble Natitua". L'itinérance -plus connue sous son anglicisme "roaming"- consiste à passer des appels avec son mobile ou son smartphone, envoyer et recevoir des messages, et se connecter à Internet, mais via un opérateur différent de celui auquel on est abonné.
 
Dans une décision publiée mardi, l'APC a considéré que le "refus initial puis les conditions tarifaires proposées par Onati (Vini) pour cette prestation apparaissent susceptibles de constituer une pratique contraire à l'article du code de la concurrence qui sanctionne l'exploitation abusive d'une position dominante par une entreprise". Des pratiques "susceptibles de porter une atteinte grave aux consommateurs et au fonctionnement de la concurrence dans le secteur", estime l'APC. Ceci parce qu'Onati a été "jusqu'à ce jour seule en mesure de commercialiser des forfaits intégrant l'accès aux données mobiles dans les îles concernées".
 
Pour autant, l'APC a refusé de prendre "à ce stade" les mesures conservatoires demandées par le concurrent Vodafone en raison de l'absence "d'atteinte immédiate à ses intérêts". Elle indique pour autant "poursuivre l'instruction au fond du dossier" pour vérifier que les conditions d'accès à l'itinérance demandées par Onati ne peuvent être "regardées comme une forme de discrimination". Enfin, l'APC a conclu en rappelant la "responsabilité particulière" des opérateurs historiques dans les secteurs prioritaires de l'économie locale et en soulignant l'importance de la séparation comptable, notamment dans ce type d'entités, entre les activités de monopole et les activités en concurrence.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 16 Décembre 2021 à 18:29 | Lu 1111 fois