Tahiti Infos

Pakistan: cinq Chinois et leur chauffeur tués dans un attentat-suicide


AFP
AFP
Peshawar, Pakistan | AFP | mercredi 26/03/2024 - Cinq ressortissants chinois travaillant à la construction d'un barrage et leur chauffeur pakistanais ont été tués mardi dans un attentat-suicide visant leur véhicule, dans le nord-ouest du Pakistan, la Chine condamnant une "action terroriste".

La sécurité du personnel chinois travaillant sur différents projets d'infrastructure au Pakistan est depuis longtemps une préoccupation pour Pékin, qui a investi des milliards de dollars dans ce pays.

"Cinq Chinois et leur chauffeur local ont été tués dans l'attaque", survenue dans la province du Khyber Pakhtunkhwa, a indiqué à l'AFP Muhammad Ali Gandapur, un haut responsable de la police locale.

Le groupe avait quitté le barrage hydroélectrique de Dasu, construit par une entreprise chinoise, quand un véhicule a percuté le leur sur une route montagneuse près de la ville de Besham, selon la même source. Après l'explosion, leur voiture a plongé dans un ravin.

En juillet 2021, neuf Chinois avaient été tués dans un attentat contre un autocar transportant des cadres et employés  travaillant à la construction de ce même barrage.

Le gouvernement pakistanais avait imputé l'attaque au Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais. Mais Islamabad avait tardé à reconnaître qu'il s'agissait d'un attentat, ce qui avait provoqué des tensions avec Pékin, pourtant un allié proche.

"Le gouvernement pakistanais conduira une enquête minutieuse et rapide à haut niveau sur cet accident, et s'assurera que ses auteurs et ceux qui l'ont facilité répondent devant la justice", a déclaré le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif.

L'ambassade de Chine à Islamabad a dit condamner "fermement cette action terroriste" et exprimer ses "profondes condoléances aux victimes des deux pays".

Le ministère chinois des Affaires étrangères a exhorté le Pakistan à "mener une enquête approfondie sur l'incident dans les plus brefs délais, à traquer les auteurs et à les traduire en justice".

"Nous demandons au Pakistan de prendre des mesures efficaces pour assurer la sécurité des ressortissants, des projets et des institutions chinois au Pakistan", a déclaré un porte-parole.

Le Pakistan est confronté depuis plusieurs mois, en particulier depuis le retour au pouvoir des talibans à Kaboul en août 2021, à une détérioration de la sécurité, notamment dans cette région frontalière de l'Afghanistan.

La plupart des attaques dans cette zone sont attribuées au TTP, ou à des groupes lui étant affiliés.

Fort ressentiment

En avril 2021, le TTP avait revendiqué un attentat-suicide contre un hôtel de luxe de Quetta (ouest), capitale de la province du Baloutchistan, dans lequel séjournait l'ambassadeur de Chine, sorti indemne. 

Les intérêts chinois ont ainsi souvent été ciblés au Baloutchistan (sud-ouest). Cette province est riche en hydrocarbures et en minerais, mais sa population se plaint d'être marginalisée et spoliée de ses ressources naturelles.

La semaine dernière, l'Armée de libération du Baloutchistan (BLA), un mouvement séparatiste baloutche, a mené une attaque contre des locaux du port stratégique de Gwadar, clé de voûte d'un vaste projet chinois, dans la même province.

Deux soldats et huit rebelles ont été tués, selon le service de communication de l'armée (ISPR).

Au Pakistan, les groupes séparatistes en particulier nourrissent un fort ressentiment contre les projets financés par la Chine, jugés comme n'apportant aucun bénéfice à la population locale, la plupart des emplois revenant à de la main d'œuvre chinoise.

La BLA a déjà revendiqué plusieurs attaques contre des cibles chinoises, en invoquant la mainmise sur les ressources locales par Islamabad et Pékin.

En avril 2022, trois Chinois, membres du personnel de l'institut culturel Confucius, et leur chauffeur pakistanais avaient été tués dans une attaque suicide menée par une femme kamikaze appartenant à la BLA, à Karachi (sud).

En mai 2019, ce mouvement avait tué au moins huit personnes en attaquant l'hôtel de luxe surplombant le port en eaux profondes de Gwadar. 

Ce port est un projet phare du Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), pour lequel Pékin devait dépenser plus de 50 milliards de dollars (42 milliards d'euros).

Ce corridor visant à relier l'ouest de la Chine à l'océan Indien via le Pakistan est lui-même partie de la vaste initiative chinoise des Nouvelles routes de la soie. Elle a pour objectif d'améliorer les liaisons commerciales entre l'Asie, l'Europe, l'Afrique et même au-delà par la construction de ports, voies ferrées, aéroports et parcs industriels.

Six mois auparavant, la BLA avait mené un assaut contre le consulat de Chine de Karachi, plus grande ville du Pakistan et sa capitale économique et financière, tuant au moins quatre personnes. 

Et en juin 2020, elle s'en était prise à la Bourse de Karachi, en partie propriété d'entreprises chinoises, faisant au moins quatre morts.

le Mercredi 27 Mars 2024 à 04:11 | Lu 925 fois