Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Page enfant : Une journée pour réfléchir au don d’organes et à la greffe



PAPEETE, le 21 juin 2016 - L’Agence de biomédecine en France consacre la journée du 22 juin au don d’organes et à la greffe. Elle appelle aussi à reconnaître le geste des donneurs. En Polynésie c’est l’association Un don de vie qui décline l’opération à l’échelle locale.

Les festivités auront lieu place Vaiete ce mercredi à partir de midi. Des danseurs, chanteurs, musiciens et autres artistes vont proposer des animations jusqu’en soirée. Il y aura aussi des stands d’informations pour parler de la greffe et du don d’organes. Des personnes qui ont été greffées vont témoigner, expliquant leur expérience, leurs doutes, leur vie avant et après la greffe. Une prière aux bougies rendra hommage à tous les donneurs. Pour bien comprendre les raisons de cet événement, il faut faire un petit point sur le sujet qui est, en résumé, une simple histoire de partage.

Dans le corps, il y a des organes. Les organes sont des petites parties de l’organisme qui ont une fonction particulière. Le cœur, le foie, les poumons, le cerveau… sont des organes. Quand l’un des organes tombe malade, des médicaments ou des techniques existent pour guérir cet organe ou effectuer les tâches qu’il réalisait. La dialyse par exemple est une technique qui fait le travail des reins.

Sauver ou simplifier la vie


Dans certains cas, les médicaments ne suffisent pas. Mais, grâce aux avancées médicales, on peut remplacer l’organe qui ne fonctionne pas par un organe qui fonctionne. Cette opération peut aussi simplifier la vie de personnes malades, celles qui sont sous dialyse par exemple et qui doivent se rendre à l’hôpital plusieurs fois par semaine.

Les organes qui fonctionnent proviennent soit de personnes vivantes soit de personnes en état de mort cérébrale. La mort cérébrale définit l’état d’une personne dont le cerveau ne fonctionne plus mais dont tous les autres organes fonctionnent : le cœur bat, les poumons ou le foie jouent leur rôle… Dans ce cas, on peut récupérer les organes pour les donner à ceux qui en ont besoin.

En Polynésie, on peut donner ses reins, car des médecins formés sont capables de greffer des reins. Ailleurs dans le monde on peut greffer des cœurs, des foies, des poumons, des pancréas, des intestins. On peut aussi greffer des tissus comme les os, les vaisseaux sanguins, la moelle osseuse,… On peut donner un rein de son vivant car on en possède deux et que l’on peut très bien vivre avec un seul rein. On peut donner aussi quand on est en état de mort encéphalique. Mais, comme on ne peut plus parler ni réfléchir dans cet état, c’est notre famille qui parle pour nous. C’est pourquoi il faut lui en parler pour qu’elle sache si on est d’accord ou non pour donner son rein.

Jonah Lomu, Éric Abidal, Steve jobs...

De très nombreuses personnes, connues et moins connues, ont été greffées. Le rugbyman maori Jonah Lomu par exemple, le joueur de football Éric Abidal ou bien encore Steve Jobs le créateur d’Apple. En Polynésie il y a eu 48 transplantations rénales depuis octobre 2013, 14 à partir de donneurs vivants et 34 à partir de donneurs en état de mort cérébrale. Il y a toujours 117 personnes sur la liste d’attente de greffes.




Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 21 Juin 2016 à 09:45 | Lu 2023 fois







1.Posté par hulk le 22/06/2016 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Payez moi et je vous donnerais un organe ! Business is business !

Vous verrez à la porte des donneurs,

2.Posté par Melly le 22/06/2016 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et ... une nouveauté cette année ... l'annonce par l'Agence de Biomédecine que les équipes de prélèvement n'auront plus besoin de faire semblant de demander l'avis des familles - elles ne seront plus "consultées", mais seulement "informées" que leur proche a été prélevé de ses organes ... selon la loi en vigueur en France et son "consentement présumé" et non ... "explicite" ... Votre corps ne vous appartient pas, il appartient à l'Etat qui a fait des greffes une "priorité nationale" , cqfd ... !

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Février 2020 - 19:15 Page enfant : Tout savoir sur les ours

Mardi 21 Janvier 2020 - 16:04 Page enfant : Marco Polo l’aventurier

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies