Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Pacifique Sud : la marine française contre les pêcheurs illégaux d'holothuries



Paris, France | AFP | jeudi 21/06/2018 - Sur le marché chinois, le kilo d'holothurie, animal marin surnommé "concombre de mer", vaut mille dollars le kilo. Pour le pêcher illégalement, des marins vietnamiens font un mois de mer jusqu'aux eaux territoriales françaises, en Nouvelle-Calédonie.

Lors d'une conférence de presse jeudi à Paris, le commandant de la zone maritime de Nouvelle-Calédonie, territoire français du Pacifique Sud, a décrit l'opération de seize mois au cours de laquelle la marine française a intercepté ces navires, surnommés "Blue Boats" du fait de leur couleur, ramenant certains jusqu'au port de Nouméa pour y être saisis et déconstruits. 
L'alerte a été donnée par l'interception, dans les eaux territoriales françaises protégées et riches en concombres de mer, d'un navire de pêche vietnamien, a raconté le capitaine de vaisseau Jean-Louis Fournier. 
"Puis il y en a eu un deuxième, puis un troisième et un quatrième. On a vite compris que ce n'était pas un phénomène isolé mais que nous avions affaire à de la pêche semi-industrielle, avec des gens extrêmement déterminés, qui n'hésitaient pas à faire trente à quarante jours de mer pour venir pêcher dans nos eaux". 
"L'holothurie est un animal à l'aspect répugnant mais qui se vend au moins mille dollars le kilo sur le marché chinois", ajoute-t-il. Surpêché, il a quasiment disparu dans le Pacifique Nord. 
Face à ces navires opérant en flottilles de six ou sept unités reliés par radios, la marine française, en coopération avec la Navy australienne, a monté une opération militaire de grande ampleur: repérage des blue boats par des avions Gardian de surveillance, intervention d'une frégate, de vedettes et de commandos de marine français.    
Résultat : en seize mois, entre 2016 et la fin 2017, 73 blue boats ont été détectés, vingt interceptés, neuf ont été déroutés sur la Nouvelle-Calédonie pour y être saisis et déconstruits. 
La saisie et la revente de 34 tonnes d'holothuries a permis de financer la création d'une filière de démontage des navires. Les capitaines ont été jugés et condamnés à des peines de prison ferme, les équipages renvoyés en avion vers le Vietnam. 
"L'idée est de dissuader les gens de venir pêcher chez nous en toute impunité", a ajouté le capitaine de vaisseau. "Les bateaux sont détruits, le produit de la pêche saisi : la famille qui a armé ce bateau hésite à les renvoyer aussi loin. Pour le moment, c'est un succès. Ça fait sept mois qu'ils ne sont pas revenus. Au Vietnam, ils sont en train de faire leurs comptes..."

le Vendredi 22 Juin 2018 à 04:33 | Lu 2893 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus