Tahiti Infos

[PHOTOS] L'art en solde par Hell Ton Jon


PAPEETE, le 20 février 2015 - Que faire quand il reste des invendus sur cinq ans de stocks ? Des soldes bien sûr ! Et maintenant que l'art est un business, ces concepts peuvent aussi y être étendus. La galerie Winkler expose pendant toute la semaine 70 œuvres de l'artiste Hell Ton Jon, et toutes sont proposées à la vente à moitié prix.


Comment se débarrasser d'un stock important et encombrant de tableaux et sculptures, tout en touchant un public peu habitué à acheter des tableaux… Pourquoi pas une sorte de vide grenier artistique, ou une exposition-solde ?

C'est en tous cas l'idée qu'ont eu à deux la propriétaire de la galerie Winkler à Papeete et un de ses artistes, Hell Ton Jon. "HTJ" ne sont pas des initiales inconnues du grand public, puisque l'artiste est également un graffeur dynamique, et ces trois lettres apparaissent sur des fresques partout à Tahiti, et jusque sur nos briquets.


Hell Ton Jon
Hell Ton Jon
"Ça se fait dans plein de pays, on n'a rien inventé"

John, l'artiste, nous explique que le concept est "tout à 50%" : "en fait j'ai fait quatre expositions ici à la galerie Winkler, et donc une partie a été vendue, et le reste a été stocké dans l'arrière-boutique. Donc en cinq ans il y a eu un certain nombre d'œuvres qui se sont accumulées, et on a décidé de faire une exposition juste avec ça, et pour que ce soit plus dynamique on a décidé de baisser clairement les prix, parce que c'est quelque chose qui se fait à l'international qui se fait dans plein de pays, et ils appellent ça des soldes ou des puces d'art, on a rien inventé." Du coup, les 70 tableaux sont disponibles pour entre 10 000 Fcfp et 90 000 Fcfp.

L'artiste se dit aussi très heureux de voir "beaucoup de gens qui viennent et qui achètent un tableau pour la première fois. C'est comme la dernière exposition que nous avons organisé avec un collectif à la Punaruu, il y avait un public très varié, de 12 ans à 70 ans, et donc on est contents de pouvoir toucher un public large. Là, ils peuvent aussi acquérir des œuvres, et de faire ça, ça les rend un peu plus abordables."

La différence entre l'art de rue et l'art de galerie

L'artiste, qui viens de l'art de rue et a l'habitude des œuvres éphémères qui parfois ne durent que quelques jours avant d'être détruites, pense que cette expérience participe à le rendre très fameusement prolifiques. Mais pour lui, la grande différence entre créer un tableau destiné à être vendu et l'art de rue est que : "dans la rue, on ne contrôle pas son éclairage, la mise en valeur de l'œuvre. C'est pour ça que je continuerai toujours à exposer en galerie, c'est quelque chose que j'apprécie. Mais je continuerai aussi à créer dans la rue."

Pour ceux qui espéraient en profiter pour acquérir un tableau, il va falloir se presser. Lors du vernissage jeudi soir, plus de moitié des œuvres avaient trouvé acquéreur en moins d'une heure… Mais elles resteront exposées toute la semaine dans la galerie située au 17 rue Jeanne d'Arc, en face du Centre Vaima.





Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Lundi 23 Février 2015 à 10:02 | Lu 1074 fois