Tahiti Infos

“On a été vraiment impressionné par la qualité et la diversité des coraux”


Tahiti, le 20 janvier 2021 - Vincent Truchet, de Mokarran Diving à la Presqu'île, a fait découvrir au Criobe le site exceptionnel du récif corallien de profondeur qui a fait l'objet d'une mission d'exploration soutenue par l'Unesco : "On a vu le côté exceptionnel de ce récif en tant que plongeurs. Mais les Polynésiens, les locaux, les pêcheurs qui vont pupuhi, ça fait des années, des lustres qu'ils vont sur ce récif".
 
C'est vous qui avez fait connaître ce site à la chercheuse du Criobe à l'origine de cette expédition. Comment l'avez-vous découvert vous-même ?

“Nous avons ouvert le centre en juillet 2020. Mais on avait fait des repérages de site avant cela. On a commencé à plonger à peu près en avril 2020, et c'est à ce moment qu'on a découvert ce récif.”
 
La richesse corallienne de cette zone n'était visiblement pas connue du Criobe, mais est-ce que ce site était déjà connu localement ?

“Avant nous, il y avait de temps en temps un club de la Presqu'île qui venait plonger dessus, mais il plongeait sur un endroit spécifique. Et là, on a découvert en fait l'immensité du récif. Dès les premières plongées qu'on a faîtes là-bas, on a été vraiment été impressionné par la qualité et la diversité des coraux. C'est pour ça qu'on a voulu en parler à Lætitia Hedouin du Criobe. Parce qu'on a pas mal baroudé en Polynésie depuis douze ans, on a plongé aux Tuamotu, dans pas mal d'îles… Et on n'avait jamais vu ça. Après, ce qui est important de noter, c'est que nous on a su voir le côté exceptionnel de ce récif en tant que plongeurs. Mais les Polynésiens, les locaux, les pêcheurs qui vont pupuhi, ça fait des années, des lustres qu'ils vont sur ce récif.”
 
On ne s'attend pas à avoir des sites aussi protégés sur l'île de Tahiti ?

“C'est vrai qu'on ne s'y attend pas particulièrement. Parce que Tahiti est l'île où il y a le plus de clubs de plongée. C'est l'île la plus “plongée” si l'on veut. Malgré tout, il y a pas mal d'endroits qui restent inexplorés à Tahiti et je pense qu'il y a encore beaucoup d'endroits qui restent à découvrir. Il y a encore des surprises, c'est certain.”
 
Pouvez-vous nous décrire cet endroit, qui est en fait le prolongement sous-marin de la barrière de corail que l'on voit généralement en surface ?

“Oui, si vous voulez la barrière de corail ne ressort pas partout à cet endroit. Elle est présente, mais elle est encore immergée. Donc, il y a un premier plateau sur 6 mètres, qui descend sur un petit tombant qui va jusqu'à 20 mètres et ensuite il y a un autre plateau qui descend en pente douce et qui va vers le large jusqu'à une moyenne de 40 mètres. Après, c'est le gros tombant face à l'océan. Et c'est sur ce grand plateau qui est entre 20 et 40 mètres en moyenne qu'il y a ce champ de roses. Il fait 3,6 km de long.”
 
Sur une surface aussi longue, on imagine que vous n'avez pas encore réussi à tout explorer, qu'il vous reste encore des endroits où vous balader ?

“Oui, il y a encore des endroits où se balader. Parce que déjà quand on descend à 40 mètres, évidemment on n'y reste pas des heures. On est limité, par rapport à la saturation, aux paliers. C'est beaucoup plus facile d'explorer des zones qui sont à 10 ou 20 mètres qu'à 40 mètres ou plus. Pendant l'expédition, ils ont eu l'occasion d'explorer plus en détails une plus grande partie que ce nous avons fait. Nous, on a eu une vision plus globale du récif. Après, pour le visiter dans le détail, on prend notre temps. On n'est pas pressé.”
 
C'est un site qui est accessible avec l'équipement habituel des plongeurs, ou est-ce qu'il nécessite des bouteilles avec des mélanges particuliers pour l'explorer ?

“Alors, eux, ils ont fait ça avec des recycleurs pour pouvoir rester plus longtemps. Mais nous, on fait de la plongée accessible à tous. On plonge juste à l'air avec des bouteilles. La plongée à l'air en Polynésie est limitée à 50 mètres. Mais de toutes façons les roses qui sont magnifiques commencent vraiment vers 30 à 35 mètres. Et donc, à l'air, on y a accès en toute sécurité.”
 


Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 20 Janvier 2022 à 21:03 | Lu 3743 fois