Tahiti Infos

Nouvelle carte blanche pour les élèves d'André Tschan


Tahiti, le 7 décembre 2021 - Le centre de danse André Tschan a proposé à ses élèves de créer une chorégraphie personnelle pour la scène du Petit théâtre. C’est la troisième édition de cette initiative. Ils seront 27 à présenter leur travail ce mercredi 8 décembre.

Pour la troisième fois, le centre de danse André Tschan a proposé à ses élèves de penser une chorégraphie puis de la présenter au public. Cette initiative, obligatoire pour les membres du jeune ballet, est facultative pour tous les autres élèves. Vingt-sept danseuses et danseurs sont attendus.

Pour Florence Yhuel, professeure et directrice du centre, l’initiative a des impacts très positifs. Selon elle, la danse est un "moyen de s’exprimer", il participe à la construction de l’être. Offrir un espace de création à ses élèves est important pour qu’ils "prennent en main le vocabulaire". Les progrès des élèves à l’issue de la première édition ont été significatifs. À l’issue de la deuxième édition, ils se sont affirmés. La troisième édition est attendue avec impatience. Elle a été lancée au début de l’année scolaire 2021-2022 et a été accompagnée par les professeurs au fil des semaines et à l’occasion d’un "dance camp" pendant les vacances scolaires.

"Aller plus loin"

Les élèves ont eu à choisir leur musique, leur costume, leurs pas… Ils ont créé une chorégraphie d’1 minute 30. Aucune indication n’a été fournie aux élèves en catégorie loisir. Ils ont eu toute liberté. Les élèves du jeune ballet, eux, ont eu à gérer plusieurs contraintes. D’abord, ils ont dû s’exprimer en danse classique. Ensuite, il leur a fallu choisir un objet et l’intégrer dans leur création. "L’idée étant de les sortir de leur zone de confort, les pousser à exprimer autre chose. Certains élèves participent à leur troisième création, il me semblait intéressant d’aller plus loin", explique Florence Yhuel.

À l’annonce des contraintes, et notamment de l’intégration d’un objet dans la chorégraphie, une certaine réticence s’est fait sentir. Les élèves ont eu du mal à démarrer au point d’interroger la directrice sur la pertinence des contraintes. Un atelier a été mis en place pour expliciter les consignes. "Et à partir de là, les créations ont véritablement commencé. La valeur ajoutée est indéniable."




La création pour moteur

Iriatai, 13 ans, Eléa, 13 ans et Matiss, 14 ans, sont trois élèves du corps du jeune ballet. Iriatai a obtenu le prix du jury "niveau jeune ballet 1" cette année, Eléa a obtenu deux fois le prix du public et Matiss celui du prix du jury "niveau moyen 2" cette année aussi. Pour eux, l’initiative du centre André Tschan est l’occasion de montrer leur "univers", c’est "une expérience", mais aussi un vrai "plaisir". Ils peuvent interagir avec le public si proche. "On montre ce que l’on est, nous, ce que l’on a en nous. La danse, pour moi, est un moyen de me faire plaisir", précise Eléa. "C’est une partie de ma vie."

Matiss va proposer une création en solo. "La danse me permet d’évacuer ce qui est bloqué en moi dans le train-train quotidien de la vie : c'est une libération de danser. Cette initiative m’apporte confiance en moi, m’oblige à assumer, à montrer ce dont on est capable. Un élan de motivation est constaté après le spectacle dans les cours de danse. On évolue sur l’interprétation en restant toujours aussi passionné." Si cela a provoqué un certain stress chez les élèves, ils ont hâte aujourd’hui de pouvoir montrer leur travail. Une fois sur scène, "j’oublie tout", assure Iriatai.

Pour cette troisième édition, les élèves ont eu à choisir un objet. Une contrainte qui les a poussé dans leur retranchement pour aller au-delà ce qu’ils étaient capables de faire. Iriatai a composé autour d’une feuille, Eléa d’un djembé et Matiss d’un élastique. "Il a fallu trouver quelque chose d’original qui nous corresponde et qui soit conforme à l’objet", raconte Matiss. Ce qui a été, dans un premier temps, inconfortable mais qui, à la veille de la présentation est une vraie valeur ajoutée. "Sans objet le processus créatif n’est pas du tout le même", confie Matiss.

Pratique

Le mercredi 8 décembre à 18h30 au Petit théâtre de la Maison de la culture.
Tarif : 1 500 Fcfp.

Contacts

FB : Centre de danse Tschan
Tél. : 87 71 55 41

Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 7 Décembre 2021 à 15:30 | Lu 472 fois