Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Nouvelle-Calédonie: le mouvement "Les Loyalistes" veut un "Etat proactif"



Nouméa, France | AFP | jeudi 08/10/2020 - La coalition "Les loyalistes" (droite) de Nouvelle-Calédonie a demandé jeudi à l'Etat d'être "proactif" pour éviter un troisième référendum sur l'indépendance, après celui de dimanche, gagné par leur camp mais avec une majorité nettement plus courte qu'en 2018.      

"Le rôle de l'Etat aujourd'hui, c'est d'être proactif. (...) C'est lui qui porte la responsabilité de tout faire pour éviter le troisième référendum", a déclaré lors d'une conférence de presse Sonia Backès, présidente de la province sud, qui fait partie des leaders de la coalition Les Loyalistes. 

Le processus de décolonisation de l'accord de Nouméa autorise d'ici 2022 la tenue d'une troisième consultation sur l'accession à la pleine souveraineté. Les indépendantistes y sont favorables.     

Les déclarations des Loyalistes interviennent alors que Sébastien Lecornu, ministre des outre-mer, est attendu vendredi en Nouvelle-Calédonie pour tenter de renouer le dialogue entre les partenaires de l'Accord de Nouméa (Etat, non indépendantistes et indépendantistes).       

"Il faut se mettre autour d'une table pour discuter sans préalable", a souhaité Mme Backès, faisant allusion aux déclarations le jour même du FLNKS (Front de Libération Nationale Kanak Socialiste), qui veut que "l'accession à la pleine souveraineté soit la base" des échanges.       

Pour la deuxième fois, les électeurs calédoniens ont rejeté l'indépendance dimanche mais avec une majorité de 53,26%, en recul de plus de trois points par rapport au score du premier référendum du 4 novembre 2018.        

"Cette victoire du non confirme la volonté d'une grande majorité de Calédoniens de rester Français", a déclaré Virginie Ruffenach, chef de groupe au Congrès (assemblée délibérante, ndlr).        

Elle a toutefois mis en cause "les obstacles" auxquels font face les partisans du maintien dans la France telles que les restrictions du corps électoral, les démarches d'inscription imposées aux natifs non Kanak ou encore "la plus grande facilité à fédérer autour d'un oui".      

Les Loyalistes, qui regroupent six formations dont le RN, ont en outre dénoncé "des exactions et des perturbations inacceptables qui ont créé un climat très anxiogène autour des bureaux" dimanche.      

Lors de la proclamation des résultats, le président de la commission de contrôle, chargée de la surveillance du scrutin, avait évoqué "des véhicules arborant des drapeaux (kanak, ndlr) et des groupes de personnes" avec des drapeaux, aux abords des bureaux. Tout en les jugeant "regrettables", il avait estimé que ces faits n'étaient pas "de nature à changer le résultat du scrutin".

le Jeudi 8 Octobre 2020 à 04:32 | Lu 399 fois





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Janvier 2021 - 05:55 Un séisme de magnitude 7 au sud des Philippines

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus